Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 février 2014 2 18 /02 /février /2014 18:10

C'est ce genre de trucs qui fait rire. Ce genre de petites phrases qui fait sourire, malgré la morosité ambiante, malgré le feuilleton autour du coma de Schumacher, malgré le bilan morose des français à Sotchi. Malgré la croissance en berne (0.3%, merci mais c'est pas de la hausse. Genre de la stagnation surélevée), Pierre Gattaz se place comme l'un des humoristes phares de cette nouvelle année. Vous avez aimé Copé et Fillon en 2012, vous avez adoré Frigide Barjot en 2013 ? Vous allez surkiffer (je pèse mes mots wesh) le one-man show de Pierre Gattaz, révélation 2014. 

Pierre commençait déjà à rôder son sketch alors que sa prédécésseuse (je sais pas si ça se dit, alors je l'écris mal exprès) Laurence Parisot n'a toujours pas laissé son poste (c'est un peu Tennant qui fait "I don't wanna go" mais qui part quand même parce que la vie est ainsi faite). Mais que, comme seule la forme change, on peut donc dire que Parisot s'est régénérée en Pierre Gattaz (mêmes idées, mêmes combats, mêmes haine des socialistes). Alors bon, on se dit que le temps n'est pas une ligne droite, plutôt un genre "wibbly wobbly timey wimey... stuff", alors Pierre Gattaz s'est rencontré plusieurs fois sous sa forme précédente et sa forme future (suivez un peu, c'est chiant ces questions inutiles) pour avoir les idées qu'il a maintenant. Bref je m'éloigne.

Donc Pierre Gattaz reprend le show Parisot, mêmes sketchs, mêmes punchlines. Sauf qu'il va parfois plus loin. Comme aujourd'hui. Où il a demandé que des lois soient signées, certes, mais des lois qui "ne doivent pas faire stresser les patrons". Par contre, si vous pouviez mettre un peu plus de poids sur ces fainéants assistés gentils intermittents du spectacle, ça serait cool. C'est pas qu'on les aime pas, mais s'ils pouvaient arrêter de nous pomper notre fric, ça devient lourd quoi. Après, les lois pour pas faire stresser les patrons, je suis totalement pour. C'est tellement mieux un patron qui peut s'épanouir en plein air, élevé au blé dur (humour) et qui a plus de goût une fois dans l'assiette des syndicalistes. A propos de "l'observatoire des contreparties" monsieur Gattaz souhaiterait qu'il y ait un changement d'appelation. Un truc du genre "comité de suivi". Ça fait moins agressif. C'est clair. Ça fait presque "comité d'entreprise". Pour un peu, on demanderait que le comité de suivi soit composé de membres du Medef. Et un seul syndicaliste. Parce qu'on n'est pas paritaire, mais qu'un avis anticonformiste, c'est pas gênant. Et c'est vrai que c'est pas bon d'agresser les patrons. Ça les fait stresser, ça envoie de l'acide lactique dans les muscles et après ils sont plus mangeables.

Repost 0
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 19:05

Remettre en cause l'immigration en suisse, c'est fait. Quand on vous disait que le FN, c'était un parti de lopettes qui ne prenait pas assez au sérieux la préférence nationale. Quand on vous disait que l'UMP se la jouait petits bras quand elle disait, au sortir de l'Assemblée Nationale "Remettons-les dans les bateaux". Quand on vous disait que la Suisse était neutre et ne voulait froisser personne. Oubliez tout ça et venez vous asseoir pour assister à un joli feu d'artifice.

L'UDC a dynamité tout ce qu'on pensait de la Suisse, petit payé coincé au milieu de l'Union Européenne, sans pour autant y adhérer. L'UDC a permis de faire reconnaître la Suisse comme étant l'un des premiers pays qui limite les flux de travailleurs français, allemands et italiens. D'ici trois ans. La modération Suisse. On est toujours pas passés à la fibre optique. Un autre problème, mais il semblait plus important de limiter les droits des personnes en difficulté. Hein. Parce que vous comprenez, quand on est le dernier bastion à résister à l'envahissement européen, on doit supplanter notre réputation et aller toujours plus loin. Alors on décide quoi ? Bah de réduire les libertés aux frontières. Pépouze. En plein milieu de l'Europe. Ils auraient été aux frontières, on aurait compris. Mais là. Entourés de la France, de l'Autriche, de l'Allemagne et de l'Italie. C'est pas compréhensible.

Alors bon. On se dit que l'Union Européenne va réagir un peu quand même. Un peu, c'est le cas. Pas de grandes sorties d'Angela Merkel, pas de grande dénonciation de Hollande. Marine Le Pen qui approuve et qui pense qu'il serait temps de faire pareil en France parce que vous voyez ça devient éprouvant ces étrangers qui prennent le travail des français qui n'ont rien. C'est éprouvant pour tous. Sauf pour les oligarques. Ceux qui écrivent ces textes. Alors voyons. Utilisons, pour une fois, la vraie définition du mot "démocratie" et laissez-nous choisir. 

Repost 0
7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 18:46

La justice enquête sur le patrimoine de Jean-Marie Le Pen. Bah déjà, on peut trouver un poignard pour émasculer des bougnoules (je me permets d'utiliser un langage que je cautionne pas, pour faire plus vrai). Un beau poignard qui aurait servi à tuer des gens. Pas seulement des biches, hein. Non parce que la biche faut la respecter. Elle était là avant nous, donc bon. On fait pas les cons. Non et bon. Si on avait des arguments pour buter de la biche, en dehors du fait que ça se mange (contrairement au bicquot), on l'aurait déjà fait. Mais là, pour le coup, c'est nous qui lui avons envahi son Lebensraüm espace vital, en mettant des immeubles et des autoroutes sur les forêts. Non et puis bon, respect quoi. La mère de Bambi s'est fait buter. On peut au moins, au moins leur laisser ça, aux biches.

Qu'est-ce qu'on peut trouver ensuite ? Ah, tiens. Une ex-femme qui pose nue dans Playboy. Je sens votre intérêt (et pas que) grimper en flèche. Je vous comprends. Voir une Le Pen en soubrette et non en chien de garde, ça ravive un truc dans votre cerveau reptilien (pas le mien, merci Seigneur). Mais seulement dans votre cerveau reptilien, celui qui est enfoui, à la limite de votre subconscient. Celui qui va vous faire rêver de Pierrette et de son aspirateur... vorace... pendant la nuit. Et vous aurez honte quand vous vous réveillerez avec une trique de bâtard le lendemain matin. Vous risquerez même de faire une tentative de suicide en vous noyant dans votre lavabo.

En héritage Le Pen, comment ne pas parler de la philosophie de vie. Celle qui te fait dire que les camps, quelle hérésie. Tout le monde sait que ça existe pas, putain de merde. Arrêtez avec vos conneries de journaliss là. C'est comme dire que la colonisation n'était pas favorable aux peuples noirs. Foutaises. Regardez le Rwanda. C'est totalement ubuesque comme situation. Vingt ans après on en parle encore. Vingt ans. On les aurait pas envahis, bah on parlerait pas d'eux.

L'héritage Le Pen, c'est aussi une dynastie. Le père, la fille et la petite-fille. Oh, la jolie trinité ! Parce qu'on aura beau dire que le FN n'est pas puissant, que le FN est républicain, faut quand même reconnaître que la tête (pas pensante pour un sou) du parti, elle est clairement verrouillée par la famille depuis sa création dans les années 70. Ou un truc comme ça. C'est marrant quand même, d'entendre Sarkozy dire que le FN est compatible avec la république alors que la marque de fabrique du parti pourrait aisément être "Made in Le Pen". 

Donc ouais, c'est un héritage à la France que laisse J-M. A sa famille, j'en sais rien. Il leur a en tous cas permis de devenir une sorte de dynastie. Un peu comme les Ming. En moins puissant. Un peu comme la famille Royale en Angleterre. Ou la dynastie Bush aux États-Unis (vous remarquerez qu'on est au même niveau d'intelligence pour le coup).

Repost 0
6 février 2014 4 06 /02 /février /2014 21:19

Daniel Schneidermann répond à Patrick Cohen dans une tribune comment dire... plus ou moins hallucinante. Pour vous situer les faits, hier, Patrick Cohen a fait une tribune sur Daniel Schneidermann, le fondateur d'Arrêt Sur Images car il y a un an, celui-ci a dressé une sorte de "liste noire des invités" du chroniqueur radio. 

Alors bon, vous vous dites que Patrick Cohen avait déjà réagi à cela. Hé bien non. Même pas. Pas une seule fois. Pas un seul mot à propos de cela. Et là, il a vaguement dit qu'il a vécu, pendant 324 jours dans la tristesse et la douleur. Blablabla. C'est pas pour être méchant avec Cohen, hein. Je suis pas antisémite, du tout. Moi-même, je mange du pain azyme alors bon, vous savez... Mais par contre, je n'aime pas le pain noir (serais-je raciste ?). Mais 324 jours avant de pondre une réponse. Je dirais pas qu'il y a prescription, mais quand même. Ça ridiculise un peu le bonhomme.  Un an. Si c'est ça être un journaliste qui tient une matinale sur France Inter, je veux bien sa place. En décembre prochain, je pourrai peut-être parler de la mort de Mandela. Je suis tellement impatient. Là, je comprends pas, vous voyez. Là, je bloque. Un an. Y'a foutrement prescription.

M.Cohen trouve que Schneidermann a instrumentalisé la haine à son encontre, en publiant une liste noire des personnes qui ne sont rarement, pour ainsi dire jamais, invités dans ses émissions. Patrick Cohen s'étonnait, peut-être à juste titre, de voir que Dieudonné ou Tariq Ramadan étaient encore invités dans son émission. Autant dire que c'est crétin comme argumentation et comme cheminement de pensée. Pêle-mêle (parce que j'ai sacrément mal au crâne), une émission de télé où des dieudonnistes sont invités, une chronique acerbe de Didier Porte sur ce même Patrick. Bref, c'est un peu le bordel. La tourelle s'est enrayée et tire à vue. Sur tout ce qui bouge et où l'on prononce le mot juif. Peut-être que ça fera de la pub à mon blog, après tout. 

Daniel Schneidermann conclue sa vigie avec un point sur lequel j'aimerais revenir. "Vous ne reprochez pas seulement de vous avoir critiqué. Vous me reprochez de vous avoir critiqué en tant que juif. "Le juif Cohen", glissez-vous au détour d'une phrase. Et ça, cette manière de brandir son étoile jaune en bouclier, je vous le dis, c'est infâme". Je l'avoue, je trouve ça odieux aussi. Passer une chronique entière à critiquer quelqu'un parce qu'il vous considèrerait plus en tant que juif que français, et conclure sur cette idée magnifique, à savoir que Cohen, bah c'est juif, ça décridibilise toute l'argumentation derrière et donnerait raison à Schneidermann. Ça ferait de vous plus juif que français. Si je peux me permettre, cette contradiction revient souvent. Passer son temps à dire "on n'est pas seulement juif on est aussi français" et, à chaque attaque personnelle, sortir un "je suis juif, si vous parlez de mon peuple, vous parlez aussi un peu de moi quand même", bah c'est trop facile. C'est un peu facile de ne pas vouloir être considéré comme juif et de se réfugier derrière la mémoire d'un peuple exterminé quand on reçoit des critiques professionnelles. C'est même un gros raccourci.

Allez, Patrick Cohen, rendez donc les bottes de Sept Lieues à qui vous les avez volées et n'en parlons plus (cette petite conclusion à la Christophe Barbier est jouissive, vous trouvez pas ?).

Repost 0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 18:42

Le Vatican vient couiner que l'ONU fasse des petites tentatives d'ingérence dans les affaires du pays micro-état dont la devise est "In God we trust". A moins que ce ne soit celle des États-Unis, je confonds toujours, ce qui est drôle quand on parle d'ingérence. Parce que les States sont les champions à ce niveau. Bref. Revenons à nos moutons. Prêtres. Même s'ils grandissent dans un enclos paroissial. BREF. Anyway.

Le Vatican qui se dit outré par une "tentative d'ingérence" en dit long sur la pratique de la pédophilie dans ce pays. Parce que bon, c'est avéré. Comme la Terre ronde. Sauf que ça a mis du temps à arriver à l'oreille des croyants. Alors certes, c'est un peu facile de dire que le Vatican refuse d'entendre les arguments de l'ONU parce que tous les catholiques sont les mêmes et qu'une met inoxerblement des siècles à être acceptée. Mais c'est aussi un peu facile de dire que le Vatican n'a rien à se reprocher. D'ailleurs, l'existence d'un lobby gay dans la cité en est la preuve hein. Comment un catholique pourrait-il être intègre s'il se met à chérir les homosexuel(les) comme les siens ? Mais où va-t-on ?

Non, puis bon, le Vatican qui te parle d'ingérence alors que ses évêques, sa police de la pensée, ses chiens de gardes sont disséminés dans tous les pays du monde depuis deux millénaires, quatorze ans et six semaines, c'est un peu facile. Ça fait un peu américain dans la manière de présenter le problème. "On oblige le monde à se soumettre grâce à une puissance supérieure (argent ou Dieu), mais en échange, ils nous devront allégence et loyauté pendant des millénaires, et on pardonnera pas une incaratade. Quand il y aura des représailles contre notre peuple, par contre, on ne se gênera pas pour aller faire chier tous ceux qui s'y opposent (l'inquisition ou les guerres d'Irak par les États-Unis)". Je ne vois donc pas la différence entre l'ingérence de l'ONU (qui, admettez-le) est nettement dominée par les américains, et l'ingérence des catholiques dans la vie des autres pays.

Donc, messieurs les religieux. Si vous ne supportez pas qu'on vienne taper dans votre fourmilière dorée, vous pouvez licencier les ecclésiastiques qui ont effectivement violé des enfants (arrêtons de parler d'attouchements, ça minimise) ou qui sont supposés l'être. Comme ça, finie l'ingérence et finis les colères.

Repost 0
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 20:55

"Les 5 candidats à Paris s'affrontent lors d'un débat sans relief". Déjà, je tiens à préciser que c'est la première fois que j'entends le nombre aussi elevé de "5 candidats". On se croirait aux présidentielles aux États-Unis. Deux mastodontes de la politique qui t'écrasent les débats et qui monoplisent l'attention (Hidalgo et NKM) et trois pauvres péquins qui essaient de lamentablement sortir la tête de l'eau (Wallerand de Saint-Just, FN; Christophe Nadjovski, EELV et Danielle Simonnet, PG). En dehors du fait qu'on peut aisément remarquer que le candidat FN a un prénom franco-français, je tiens à vous faire savoir que je suis surpris de compter cinq candidats ! CINQ ! LES DOIGTS DE LA MAIN ! Pourquoi ne pas gouverner à 5, d'ailleurs ? Ne dit-on pas "unis comme les doigts de la main" ? Y'a un truc à faire. Au lieu de faire des listes uniques, faites des listes plurielles ! Mettez du FN à la sécurité, mettez du front de gauche à l'économie, mettez de l'UMP aux affaires sociales ! Éclatez-vous bordel ! Faites que ce soit drôle, au moins. Votre politique est triste ! Votre politique nous ennuie ! FAITES VALSER ! Appelez Manu, je sais pas, moi ! Après, vous faites bien ce que vous voulez avec votre ville, mais la politique serait tellement plus inattendue comme ça.

Y'a rien à faire, mais quand je lis "débat sans relief", ça me fait même pas tilter. Peut-être que pour certains, la politique se doit d'être vivace, tenace, mordante. Mais en fait, un débat entre NKM la bourgeoise du 91 et Hidalgo "soldat inconnue" du PS, je vois pas comment on peut mettre du relief. C'est tellement attendu. C'est comme vouloir un combat de boxe entre deux T-Rex. Mais juste de la boxe. Pas le droit aux mâchoires et aux coups bas. Maintenant, imaginez le PS et l'UMP débattre de sécurité. Avec les bilans qu'ils se traînent, vous devriez autant rire que lors d'un combat de boxe anglaise entre deux T-Rex.

Repost 0
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 19:04

"François Hollande est un goujat, sa rupture ressemble à une lettre de licenciement". Merci Nathalie, vraiment. On avait besoin d'une experte pour en parler. C'est cool, ça éclaire la question. Sinon, bah... Valérie Trierweiler n'est plus première dame (faites pas cette moue dégoûtée, enfin, elle est partie en Inde, on la reverra sans doute pas. Genre "Il est où l'avion ?") et c'est une page de la politique française qui se tourne. Si on peut dire ça comme ça. Parce que ça fait quand même quinze putain de jours qu'on nous tartine la presse à coup de "Valoche ou Ju', qui va gagner la finale de "Mon incroyable fiancé" ?" Parce que c'était ça pendant quinze longs jours. Donner une importance maximale à une émission de télé-réalité.

 

Arrêtez de dire qu'Hollande est un goujat. Ça vous est jamais arrivé, vous, de plaquer votre gros beauf de mec / chieuse de nana avec un sms ? Allez, c'est bon, arrêtez, on le sait que ça vous titille un peu quand même. Avant que vous pensiez "Oh non c'est trop méchant je peux pas faire ça, il/elle va souffrir. Vaut mieux que je le/la plaque dans un bar, là où il/elle pourra chialer comme une merde au milieu de mecs imbibés". Nettement plus humains. A un moment, je veux dire, faut être lucide. Il allait pas aller en Inde, plaquer Valérie, les yeux dans les yeux et lui dire "Écoute, je t'aimais bien, vraiment, c'est sincère. Mais voilà. Ton tweet sur Ségolène, j'ai pas vraiment apprécié. Falorni, quand même. Putain. Oui, c'est en partie pour ça que je te quitte, oui. Non, et puis bon, tu me faisais passer pour un guignol. Déjà moi, je le fais très bien tout seul, alors si en plus mon principal soutien me plombe le fion, voilà, j'ai plus qu'à plier bagage. Je sais pas où on va aller. Enfin où tu vas aller. Parce que moi, je repars avec l'avion. Je dois aller en Turquie, là. Ils changent de constitution. Ils disent que je devrais m'en inspirer, je sais pas pourquoi."

 

Je pensais pas qu'on puisse s'attacher autant à Valérie Trierweiler. Enfin je veux dire. Vous avez passé combien de temps à lui matraquer la face à cause du tweet de Falorni ? Vous avez passé combien de temps à la critiquer pour tout et pour rien ? Et là, pouf ! D'un coup, c'est une femme bien, avec un mari goujat. Non, je suis pas d'accord. Vous pouvez lui témoigner de la sympathie ouais. Okay. Mais pas comme ça. Après tout, Hollande voulait être un président "normal". C'est certainement là qu'il y arrive le mieux, à nous prouver que le président est un homme comme les autres. Et que, même s'il est président de l'un des pays les plus puissants du monde, bah quand il s'agit de rompre, les couilles, elles sont pas forcément posées sur la table (pour parler vulgairement). Qu'on se le dise. Cette histoire n'est qu'un écran de fumée, alimenté par la droite (faire oublier qu'elle est aussi minable dans l'opposition qu'au gouvernement) et par la gauche (qui se sert de ça pour masquer son effroyable bilan social et économique). Toujours est-il qu'on voit enfin quel est le vrai visage de François Hollande. Tout le monde le disait faible, mou, incapable de prendre ses décisions. Là, il expédie son ex dans les limbes avec un cinglant communiqué, alors il faut réagir. "Merde, il agit enfin. Les gars, faut trouver comment contre-attaquer. On a qu'à dire que c'est un goujat. C'est pas mal. Ouais. On garde". Et on envoie la duchesse du 9-1 pour montrer qu'à l'UMP bah on est un peu sensible au broyage médiatique de Valérie et qu'on aimerait bien récupérer un peu de l'électorat de gauche (celui qui avait un petit penchant vers Falorni, et donc, Trierweiler). 

Repost 0
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 20:50

Pyongyang menace d'une attaque nucléaire "préventive" les États-Unis. Moi, ça me fait rire. Et même fort. Alors que je devrais m'alarmer, dénicher un bunker anti-atomique, non, je suis là et je me marre (enfin c'est pour l'image, hein, parce que derrière mon ordi, je suis stoïque comme un garde Anglais).

Pour un peu, on aurait presque une nouvelle guerre froide. D'un côté les méchants terroristes communistes dictatoriaux qui martirisent une partie du monde, de l'autre, les gentils démocrates américains qui souhaitent le bonheur de tous les peuples sur Terre, quelque soit leur couleur de peau ou leurs origines sociales (ou presque, mais bon). Parce que la Russie, c'est bien beau, mais ce n'est plus qu'une banale démocratie. L'URSS, ça avait de la gueule : un truc bien bourrin avec une armée surpuissante, des leaders charismatiques qui n'avaient pas besoin de chasser le buffle torse nu pour être admiré, mais qui devaient juste porter des enfants sur leurs genoux le temps d'une photo (et qui ressemblaient plus à des papis-gâteaux qu'à des dictateurs), y'avait pas de liberté et ça, c'était bon. La classe dominante était riche à s'en faire péter le plateau. Et la Corée du Nord, je suis désolé, mais niveau rayonnement international, on a fait mieux. Parce que là, à part nous envoyer deux trois images du peuple qui chiale comme c'est pas permis la mort du Cher Leader (et pas du cheerleader, sinon, ça la fout mal, sérieux) tous les vingt ans, c'est moyen. Et les dirigeants, ils ont pas de charisme. Vous avez vu la coup de cheveux de Kim-Jon Un ? C'est quoi, ça ? 

Et, comme la Guerre Froide de 1949 à 1989, on aura, des deux côtés, deux gouvernements qui n'oseront rien faire parce qu'ils auront pas les burnes d'envoyer un missile nucléaire sur la gueule de l'autre (encore que la Corée du Nord en serait capable, vu qu'ils font des essais au XXIe siècle alors qu'on connaît tous très bien les dégâts que ça fait) et que ça va nous soûler encore et encore.

Repost 0
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 18:40

Nicolas Sarkozy nous annonce, dans Valeurs Actuelles (y'avait pas Minute ?), qu'il se sentait "obligé" de revenir. Obligé pour quoi ? Parce que François Hollande applique son programme ? Parce qu'il ne supporte pas de savoir que la France reviendrait, soit à Fillon, soit à Copé en 2017 ? Ou alors est-ce par narcissisme, parce qu'il n'a pas supporté de se faire laminer par Hollande ?

A vrai dire, je pense que toutes ces hypothèses sont justes, que Nicolas Sarkozy est un camé à la politique qui est incapable de lâcher sa dope et qui critique ceux qui ont le nez dedans et qui partagent pas avec lui. Je pense aussi qu'il n'y aura pas de demi-mesure et que, s'il revient, il écrasera Fillon et Copé d'un coup de talon, puisque c'est lui le Chef Incontesté du Parti Démocratique UMP. Dans le même temps, Sarkozy ne se gêne pas pour entretenir un certain flou autour de sa candidature... Et c'est pas bien de jouer avec les émotions des gens. Leur dire, le 6 Mai "je quitte la vie politique" et revenir, dix mois après, y'a de quoi laisser un paquet de déçu. Les sans-emplois qui disaient "Comme Sarkozy, je m'occupe de ma fille" vont être désarmés. 

Le plus effrayant, c'est de savoir qu'il sera plébiscité par une majeure partie de la population française qui va hurler après son bilan en 2022. C'est triste, le culte de la personnalité. Étant donné qu'il se pratique autant ici qu'au Vénézuela, je propose qu'on s'arrête deux secondes et qu'on pense à cette idée démagogique de dire que "c'est pire ailleurs". 

Et Sarkozy qui se permet de critiquer l'intervention militaire au Mali. On croit rêver. Tout ça parce qu'Hollande va défendre les intérêts de la démocratie en Afrique, Monsieur Sarkozy se permet de critiquer ouvertement alors que c'est lui qui a envoyé les troupes en Libye alors qu'il n'y avait rien à faire là-bas non plus. Ah si... le pétrole, évidemment. Mais y'a de l'uranium au Mali, alors quoi... ? Nicolas se serait-il rendu compte que "le nucléaire c'est le mal et qu'il faut tout faire pour le bouter hors de nos frontières" ? Ou alors il critique juste pour le plaisir de critiquer ? Ou parce que Giulia ne veut pas aller à l'école.

Repost 0
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 18:28

Henri Guaino prône le référendum sur le sujet du Mariage Pour Tous. Il va même jusqu'à parler d'une "obligation morale". Qu'on se rassure, on ne le prendra pas au sérieux. Pourquoi ? Parce qu'en termes moraux, sincèrement, j'ai vu mieux.

Déjà, en fouillant très vite (comprenez Wikipédia et à grands renforts de Twitter), on peut voir que ce bon Henri n'a pas connu son père ! Et poum! un traumatisme, un ! Il a été élevé par sa mère et sa grand-mère. Deux femmes, donc. Ayant reçu une éducation lesbienne (bah si, c'est ça, arrêtez de lever les yeux au ciel), le jeune Henri ne comprend pas bien les codes des Hommes, les vrais. Alors, jusqu'au collège, il joue avec des barbies. Ce qui, évidemment, lui vaudra des huées le premier jour de classe. Donc, ce n'est déjà pas la personne la mieux placée pour avoir un avis sur le Mariage Pour Tous (manquerait plus qu'il ait été battu par sa mère et sa grand-mère, sans avoir un père pour leur en coller une bonne, à ces femmes).

Et bon, en dehors de ce joyeux bordel sorti (presque) de mon imagination, je vous rappelle que Guaino est l'auteur du célebrissime discours de Dakar. Oui, ce discours où l'on dit, explicitement, que "l'Homme Africain n'est pas assez entré dans l'Histoire". Déjà, coco. Si l'Homme Africain n'est pas entré dans l'Histoire, il faudrait peut-être remettre en cause ton sacro-saint continent, hein. Parce que si cet Homme n'a pas été capable de se faire un destin d'Européen, c'est peut-être de la faute de tes ancêtres (et peut-être des miens, va savoir), ces mêmes Européens. Ces gens qui ont détruit des royaumes parce qu'on ne pensait pas comme eux, parce qu'ils ne toléraient pas que les religions soient polythéistes, que Dieu puisse être la Nature. Alors soit tu remets tes ancêtres en question, soit tu nous dis texto que la suprématie blanche, c'était cool. Et là, on saura sur quel pied danser. Mais pour ta côte de popularité (déjà minable au demeurant), c'est mal barré. Parce que d'un côté comme de l'autre, tu perds. D'un côté tu perds tes soutiens (Boutin, barjot et une partie de l'électorat de droite, faut dire ce qui est), de l'autre, tu perds ta crédibilité nationale, passant pour un colonialiste.

Donc, que l'auteur du magnifiquement raciste discours de Dakar ose demander une obligation morale sur le Mariage Pour Tous, désolé, mais je suis mort de rire, quoi. LOL MDR PTDR XPTDR XPTDRXXL.

Repost 0

Présentation

  • : My Way of Thinking
  • My Way of Thinking
  • : Vous vous rendez compte de ce qu'il se passe dehors ? Non mais allô quoi.
  • Contact