Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 18:42

Après la musique dématérialisé, j'aimerais m'attaquer à un autre sujet sensible. Le livre dématérialisé. Précisons les choses. Je ne suis pas un énorme lecteur. J'aime bien lire, le soir, avant de me coucher, une demie-heure, une heure. J'aime lire plein de trucs. Notamment des policiers et des bouquins de SF. Quelques essais, aussi. Du moins des livres qui ne sont pas fictionnels. Dans le genre, j'avais adoré Propaganda, d'Edward Bernays. J'avais aussi été aspiré par Pouvoir et Terreur de Chomsky. J'aime aussi lire des bouquins sur la musique (narmol, vous me direz). J'ai lu l'autobiographie d'Anthony Kiedis qui m'a laissé sur le cul. Et faut que je termine House of Gold and Bones (le comics). Parce qu'il attend. Mais je vais le finir. J'ai aussi lu, ne vous étonnez pas, les cinq premiers Harry Potter. J'ai lu aussi des dizaines de Chair de Poule quand j'étais gosse. Ça me collait vraiment des sueurs froides. Mais je préfère par dessus tout la SF. Du genre de Stephen King. Je veux tester le Nécronomicon aussi. Et j'aimerais aussi trouver des livres sur les sciences occultes. Parce que, mine de rien, ça a l'air d'être terriblement intéressant, ça aussi. Bref, je suis pas un avaleur de papier, mais je ne pourrais pas vivre sans un bouquin à lire le soir. Même en revenant du Sonisphere, a 5h du matin, j'ai dû prendre le bouquin qui traînait avant de m'endormir. Ne serait-ce que lire quelques lignes. Pour dire à mon cerveau "C'est bon, tu peux commencer à éteindre". C'est plus ça. M'endormir peinard, calmé, loin d'un écran. 

J'aimerais tester, une fois, les liseuses. Voir si c'est vraiment aussi bien qu'on le dit. Parce que je ne lis pas dans les transports. Sinon j'ai des nausées. Donc lire en voiture, c'est mort. Lire dans le train, encore moins. Mais, après avoir lu des témoignages (tirés du Monde), je me pose réellement la question : à quoi ça peut bien servir de lire un bouquin sur smartphone ? Bon, après, je dois aussi dire que mon expérience est limitée parce que j'ai les yeux terriblement sensibles et que la lumière me perfore le crâne à chaque fois que je sors sans lunettes de soleil, et que je suis donc un bien mauvais cobaye pour ce qui concerne la lecture numérique. D'accord, lire sur smartphone c'est pratique quand t'es à deux dans un pieu. D'accord, c'est pratique quand t'as qu'un portable, et pas un MP3, un livre, un agenda, une montre, un appareil photo... Le problème n'est pas que les gens téléchargent du livre numérique pour mettre sur leur smartphone, non. Si ça permet aux gens de découvrir qu'ils aiment lire, tant mieux. Vraiment. Cela dit, dans les témoignages, ce qu'on retrouve souvent, c'est "Pourquoi le livre numérique est-il toujours aussi cher qu'un livre papier, alors que la musique numérique est nettement moins chère que la musique sur CD ?". Pour répondre à cette question, je vais utiliser un argument très simple, à la portée de tous, normalement. L'argent, les gars. L'argent. Ouais, c'est encore l'argent qui est en cause. "Mais pourquoi ?", me direz-vous. Pour deux raisons. 

La première, c'est qu'un musicien, même s'il aimerait vraiment beaucoup, n'est pas obligé de vivre QUE des albums qu'il vend. Un musicien, c'est une personne qui peut produire d'autres albums, donc toucher de l'argent grâce au travail d'autres musiciens. Un musicien, il peut être roadie pour une tournée. Lui, il s'en branle, il est en backstage, personne le verra porter des caisses d'un autre groupe. Un musicien, il peut avoir plein de side-projects qui lui permettent de vivre. Un musicien, et c'est là la principale source de revenus, bah il fait des concerts. Où les gens paient pour venir le voir jouer (c'est fou, en 2014 que des gens ne se soient pas encore plaints que les concerts étaient trop chers pour ce que c'était). Alors qu'un écrivain, bah écoutez... A part écrire ou être prof, il a pas trop le choix dans ses activités. Alors s'il pouvait vivre de sa passion, ça serait pas mal. Alors oui, le prix d'un livre numérique est peut-être similaire à celui d'un livre physique, mais un romancier ne peut pas se démultiplier comme peut le faire un musicien. Un romancier, ça fait pas des tournées qui lui rapportent des millions par mois. Les romanciers, ça vivote, la plupart du temps. "Oui, mais Marc Lévy ?". Marc Lévy, un écrivain ? Pardon ?

La deuxième raison, toute simple, c'est que la musique tend à se développer sur un autre secteur marchand, le merchandising. Alors oui, c'est purement commercial, mais tu l'aimes bien ton sweat Metallica, mec. Pareil pour ton t-shirt Slayer. Et ton futal Mötörhead (que je trouve purement ridicule, au demeurant). Et tes Converse Nirvana. Et ta boucle de ceinture Iron Maiden. Tes drapeaux, que tu sais plus où mettre. Tes posters qui sont restés chez tes parents. Les patchs sur ta veste en jean que tu ressors pour les concerts. Les pins sur ton sac à dos de lycéen... Bref. Vous comprenez bien qu'on peut pas vendre des t-shirts "Ionesc 'Em All", ça marcherait pas. Pas du tout. Et ça fait pas génial, pour un ado en pleine lutte contre la société, d'arborer des Converse Zola. Ou encore une boucle de ceinture "Gustauve Flaubever".

Donc, pour palier à cette lacune que les auteurs ne peuvent pas combler, il fallait bien, malgré tout, qu'on leur permette de vivre. Alors un livre aura toujours le prix d'un livre. Et si vous en voulez pour votre argent, passez au format papier, ça devrait aller mieux. Un vrai livre, de vraies pages, du vrai papier. Qui vaut généralement plus les 23€ que son homologue numérique. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Hannibal - dans Réflexion
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : My Way of Thinking
  • My Way of Thinking
  • : Vous vous rendez compte de ce qu'il se passe dehors ? Non mais allô quoi.
  • Contact