Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 19:13

Womb_film.jpg



Je vais être parfaitement franc. Y'aurait pas eu Matt Smith au casting, je suis pas sûr que j'aurais regardé ce film. Après, je dis ça parce que je suis actuellement en plein milieu de Doctor Who et que Matt Smith est trop bien. Mais bref. Eva Green est géniale, dans son rôle de femme tiraillée entre aimer un fils ou un amant.

Comment critiquer ce film... Ce film est un extra-terrestre, non pas de ceux qui voyagent dans une boîte bleue, mais un OVNI cinématographique. On assiste à un mélange des genres, d'un côté le drame, avec la mort de Thomas et de l'autre, on est jamais loin de la science-fiction, avec le clonage qui permet de faire vivre les personnes indéfiniment. Ou ressusciter des animaux morts depuis des millénaires (du genre les limules, oui, voilà). Bref, le clonage semble un peu être utilisé à tour de bras (et on assiste à un rejet sociétal, comme à chaque avancée scientifique ou sociale, en fait).

Ce film amène le clonage dans des recoins plus sombres qu'un simple clonage d'enfant décédé. En l'occurrence, c'est le clonage d'un petit ami shooté par une bagnole. Rebecca, qui était la petite amie de Thomas veut le cloner pour le refaire vivre. Cependant, et cela arrive très vite dans l'histoire, Rebecca a un choix à faire : celui d'aimer un amant, ou d'aimer un fils.

Ce film est déconcertant, déjà par son thème (ça fait un peu pléonasme, je sais), mais encore plus par la façon dont il est réalisé. Il n'y a pas de plan spatial a proprement parler, étant donné qu'on pourrait être dans n'importe quel pays dans la partie Nord de la planète ayant un bord de mer, ni de plan temporel. Quelques durées, jetées au spectateur, pour qu'il ne se perde pas trop ("12 years". "We were 9 when we met for the first time"). On peut supposer que Rebecca et Thomas ont 21 ans quand ils se rencontrent pour la seconde fois (avant que Thomas ne meurt). La photographie est magnifique, dans les tons de gris. Jamais de clarté, comme le ton du film, toujours lourd et pesant. Comme le poids du secret.

Partager cet article

Repost 0
Published by Hannibal - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : My Way of Thinking
  • My Way of Thinking
  • : Vous vous rendez compte de ce qu'il se passe dehors ? Non mais allô quoi.
  • Contact