Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 18:08

Pochette-EP.jpg


Je suis tombé, totalement par un total hasard pas fortui, sur l'EP d'un groupe qui s'appelle La Bite et Le Couteau, groupe Ô combien intellectuel. Paroles sensées et musique recherchée (bien qu'il n'y ait pas de paroles et qu'ils se contentent de faire du "pompage", pour reprendre leur mot) sont le fait de ce groupe montant en puissance au fil des concerts. 

Un premier EP décontenançant, qui souffle sur les braises de ce melting-pot d'influences que ce doit d'être la musique. Ils se sont cassés le cul pendant trois jours (les 24, 25 et 31 Décembre, en plus) pour sortir dix minutes de pure folie musicale. Une musique aux abords de new-wave tibétaine post-trans, qui touche au sublime pour certains morceaux, puisque, touchés par la grâce, les deux comparses vont jusque dans des improvisations de black metal chrétien, inspirées par les toutes puissantes déesses Frigide Barjot et Christine Boutin. Pour les avoir rencontré, je peux vous assurer que ce sont des gars simples (ils viennent de Haute-Saône, on peut pas s'attendre à des flambées d'intelligence, hein), impliqués dans ce qu'ils font. La Bite et Le Couteau, c'est une histoire d'amitié, un truc de longue date (un peu comme Rox et Rouky, en moins tragique) entre Jéjé (Rox, à la guitare et au hurlement sur Buscail) et La Floche (Rouky (j'aime tes mèches rousses flamboyantes) à la batterie). 

Un EP d'une telle qualité mérite une écoute approfondie (ne venez pas me dire que vous n'avez pas dix minutes, s'il vous plaît), au casque, dans le noir et, si possible, avec une bonne bière. Pour plus de confort d'écoute (et ne pas finir votre bière en dix minutes), vous pouvez prolonger sur le très bon Back to Motor City, des Electric Worry. 

Dans les influences, les deux Vésuliens affirment refaire "l'histoire du rock, avec beaucoup moins de talent". A savoir, les Thee Oh Sees pour le morceau Staribeauf, Pneu pour Buscail (comme le dit La Floche "certains nous diront même que c'est du pompage"), un riff sompteux digne d'un Tom Morello amputé d'un bras pour Pilou. Leur dernier morceau, Mac Doom, est une référence à Vincent Mac Doom, comme l'a précisé Jéjé. "On cherchait un truc avec Doom dedans, pour rendre hommage au genre. Donc oui y'a un peu de Vincent dedans, mais pas que. Ça peut aussi être un menu Mac Do ou un truc comme ça". 

Modestes, La Floche et Jéjé ont enregistré chez un ami, Guillaume Renahy, qu'ils connaissaient depuis le collège et qui a déjà enregistré les EP de leur ancien groupe (Rogan Josh). Pourtant, de gros producteurs s'étaient intéressés à cette machine de guerre qu'est La Bite et Le Couteau : Rick Rubin, Brian Eno, Jay-Z... Marqués des valeurs Haut-Saônoises, prônant l'amitié par rapport à l'argent (faut dire que c'est plus facile d'avoir des amis que de l'argent, là-bas), La Floche et Jéjé se sont tournés vers un son typiquement Haut-Saônois, faisant raisonner les caracasses de voiture Peugeot tout en envoyant une forte odeur de Gandeuillots et de Griottines. 

Fortement attachés au patrimoine culturel de leur ville, les deux Vésuliens nomment leur EP Fondue Chinoise en l'honneur du festival international des cinémas d'Asie (encore que...).

La pochette est d'une rare finesse, faisant référence à "ce qui fait bander" de par la Haute-Saône : les tétés avec du scotch, la bouteille de Ballantine's, le chat. Purement figuratifs, la batterie et le cintre ne sont pourtant pas là au hasard. Tout est pensé, tout est calculé. Certains diront que ça ne mène à rien. Et si c'était ça, l'art ? L'art de faire beaucoup avec p(n)eu ? 

On pourrait utiliser cela comme conclusion : La Floche et Jéjé reviennent au fondement de la musique : de la sueur et de l'alcool. Pas de grosse prod, pas de coke dans les coulisses, une bouteille de whisky pour se chauffer. L'esprit de Lemmy rôde encore autour du studio de Guillaume Renahy, lui qui a insufflé, à La Bite et Le Couteau cet élan musical si fort qui leur a permis de sortir un premier EP flamboyant (deux morceaux de moins de deux minutes, un de quatre et un de trois) qui, espérons-le, appelera à lui ses petits frères LP qui produiront un son apte à décrasser les oreilles de bikers les plus encrassées. Et si ce n'était pas ça, le concept fondamental de la musique ? 


Ici, vous trouverez le lien de leur bandcamp (ou vous pourrez télécharger leur EP, c'est légal. Et gratuit. Non, y'a pas de piège) : http://labiteetlecouteau.bandcamp.com 

Ici, le lien facebook (si vous aimez, faites tourner, ça leur fait plaisir) : http://www.facebook.com/LaBiteEtLeCouteau?fref=ts 

Partager cet article

Repost 0
Published by Hannibal - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : My Way of Thinking
  • My Way of Thinking
  • : Vous vous rendez compte de ce qu'il se passe dehors ? Non mais allô quoi.
  • Contact