Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2013 4 14 /03 /mars /2013 18:55

Encore une fois, la fac de lettres de Nancy s'est transformée en lieu de gueguerre entre fa' et antifa'. Ça fait un moment que les tags y sont, mais je n'y prête jamais attention, en fait. Allez savoir pourquoi aujourd'hui. En dehors de tout caractère politique, je trouve cela minable. Minable de dégrader des bâtiments qui sont là pour servir à d'autres et pas à des décérébrés qui se battent à coups de slogans minables et sans fond ("A mort l'État" pour les antifa, qui, la plupart du temps, ne veulent pas être confondus avec les punks, mais bon...). 

Il est vrai qu'il est légitime de combattre le fascisme (on a vu où ça a mené pour Mussolini, Hitler, Staline (qui n'était pas communiste), Pinochet). Mais pas comme ça. Pas à coup de croix gammée barrée dessinée sur le parvis de la fac. C'est complètement con comme méthode. Pour ça, je trouve les antifa complètement crétins. Utiliser les mêmes méthodes que les "ultras" (parce que, eux, ne semblent pas se considérer comme tels, c'est étrange), ça ne les dérange pas. Ils trouveraient même ça plutôt légitime vu comment les tags anti-fa fleurissent sur les murs d'entrée de la fac. Le principal problème de déontologie est là. Dans une action légitime, utiliser les armes de l'ennemi, c'est bien vu quand on est du côté des gentils (des puissants ou des majoritaires). Qu'auraient dit les pays de l'OTAN si le Vietnam avait utilisé du napalm contre les troupes des États-Unis dans les années 70 ? Ça aurait sûrement été très très mal vu, on aurait "condamné" cet acte (taper du poing sur le bureau et froncer les sourcils, efficace). Donc on laisse faire les gentils, qui se battent pour la démocratie et l'égalité, même si les méthodes utilisées sont plus que limites.

Beaucoup de gens font un amalgame (assez sordide mais compréhensif, je dois dire) entre l'antifascisme et la bien-pensance. Parce que, par ces procédés malsains, les antifa' rejettent au lieu d'essayer de comprendre (ouais, je sais, c'est limite). Mais y'a certainement un petit coeur qui bat derrière ce blouson de cuir, ce doberman, ces godasses de sécu à lames de rasoir, ce jean délavé (vous voyez, ce ne sont pas des punks, eux non plus). Parce que, comme l'extrême-droite et l'extrême-gauche en politique, ces deux mouvement reprennent les mêmes idées pour les étirer sur les extrémités de l'échiquier politico-social. Au final, ils défendent certains points de vue, de manière totalement radicale. Et sincèrement, quand on voit les antifa' débouler, on aurait tendance à les prendre des fa'. 

Si je peux me permettre, je vais taper sur l'antifascisme (parce qu'on tape trop sur le fascisme, pas assez sur les autres rigolos encapuchonnés). Soyons lucides un instant. Qualifier de "légitime" le combat des antifa' me fait légèrement rire. Qu'y a-t-il de légitime dans le fait de défendre une doctrine, quand on sait qu'elle n'existerait pas si son pendant radical n'était pas là pour lui renvoyer la balle ? C'est pareil en politique. Que serait Marine Le Pen sans Jean-Luc Mélenchon (et vice-versa) ? Rien, ils ne seraient rien. Parce qu'il faut qu'il y ait friction pour que jaillissent des idées. Il faut qu'il y ait contact pour que le courant s'établisse. L'antifascisme, c'est comme l'anticapitalisme : un truc que tout le monde soutient, parce que son opposé, c'est le mal. Comme dans le morceau de Mass Hysteria, "L'anticapitalisme est une idée vide : à moins de ne vivre que du troc, enfin, soyons lucides" (et pourtant, c'est un groupe (plutôt) de gauche). Et c'est vrai. Il n'y a pas, pour l'instant, une doctrine économico-politique potable qui ait été proposé depuis le XVIe siècle (oui, première apparition du capitalisme dans ce siècle, avec la création des premières places boursières). Je déplore cela (tout en sachant que je fais intégralement partie de ce système et que le moindre changement mettrait à mal mon être tout entier), le fait que personne ne soit capable de se lever contre les grandes dominations du fric et de l'austérité. Pour en revenir au fascisme et à son pendant gauchiste, arrêtez de vous battre comme ça, vous ne servez à rien, juste à faire tâche dans le paysage français. Si votre seul argument de vente est "Moi, je suis capable de casser la gueule d'en face, viens avec nous on te protégera", c'est limite, hein, vous convenez ?

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Hannibal - dans Réflexion
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : My Way of Thinking
  • My Way of Thinking
  • : Vous vous rendez compte de ce qu'il se passe dehors ? Non mais allô quoi.
  • Contact