Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 18:24

J'ai retrouvé ce morceau parmi les pistes bonus de Minutes to Midnight. Alors qu'il n'avait absolument rien à faire là, étant donné que Grey Daze est le premier groupe de Chester Bennington, qui rejoindra Hybrid Theory, qui deviendra Linkin Park. Bref, le propos n'est pas là. Ce que je voulais vous montrer, via cette putain de fuckin' awesome chanson, c'est que Chester, ben il en avait encore dans le bide, il y a 20 ans. Et que Linkin Park n'est plus (parce qu'il a été bon, le groupe, par un temps) qu'une coquille vide qui sert à vendre.

Je vais peut-être en choquer plus d'un, mais si Grey Daze n'avait pas splitté, on aurait peut-être eu la relève d'Alice in Chains. Ou de Staind, aussi. Il suffit parfois de pas grand chose. Cependant, je me rends compte de l'énorme potentiel de Chester Bennington aurait été bien plus utile dans un projet de ce genre que dans un Linkin Park boîteux et commercial. 

 
Repost 0
1 décembre 2013 7 01 /12 /décembre /2013 19:10

Ouais, j'ai décidé de vous faire un petit calendrier de l'avent, en musique, pour ma part. D'ailleurs, les chocolats, ça vous fait grossir. Vous le dites vous-même, me flagellez pas. Ça serait pas fair-play de votre part. Je vais essayer de le diversifier au maximum. Qu'il n'y ait pas que du metal (et beaucoup de trucs tous doux. Parce que c'est bientôt Noël, en partie), mais tout ce que j'apprécie. 24 morceaux, ça va être tendu, mais ça peut le faire.

Aujourd'hui, c'est Dimanche. Alors j'ai choisi un morceau tranquille. Enfin pas méchant. C'est Burning Bright de Shinedown. L'amplitude de voix de Brent Smith est assez impressionante sur cet album, Leave a Whisper (la version acoustique de 45 est magnifique). Ce qui n'est plus vraiment le cas maintenant. Maintenant qu'il est devenu gros. Et qu'il a plus ses chevux rouges (parce que les cheveux rouges c'est la vie). Bon, en même temps, Leave a Whisper a dix ans. On peut donc pardonner Brent d'avoir évolué. Même si ce qu'ils font maintenant est pour le moins... déroutant.




 
Repost 0
28 octobre 2013 1 28 /10 /octobre /2013 17:20

Bon. Les gars. Faudrait que vous m'expliquiez. Pourquoi est-ce que vous vous sentez obligés de TOUS rendre un "vibrant hommage au plus grand musicien du XXe siècle, qui n'a jamais renié ses racines et a toujours lutté pour ses valeurs, quelque soit sa popularité, peu importe les critiques" alors que, dimanche à midi, vous ne saviez même pas qui était Lou Reed ?

Bien sûr, vous avez tous déjà entendu Walk on the Wild Side, moi aussi. J'aime bien ce morceau. Sa simplicité, son rythme entêtant. Mais c'est tout. Je n'aime pas Lou Reed. Crucifiez-moi si vous avez des burnes, si vous pensez que vous avez toute la légitimité pour faire cela. Si vous croyez que vous connaissez les paroles de chacun des morceaux par coeur. Allez-y. Mais pas si vous ne connaissez QUE Walk on the Wild Side. Parce que vous ne valez rien. Vous faites juste partie d'une génération qui n'en a rien à carrer de la musique, qui considère que ce qui est important, c'est l'instant. Dans trois mois, vous n'écouterez plus Lou Reed. Et vous vous en voudrez d'avoir acheté tous les albums du Velvet Underground, et ceux de Lou, bien sûr, en vinyl, en CD et en MP3 (ouais, vous étiez un fan à cette époque, vous vouliez tout ce qui rappelait sa mémoire). De temps en temps, vous écouterez un ou deux morceaux pour faire croire que. Pour vous faire croire que, finalement, c'était pas trop trop mal. Un peu répétitif, un peu chiant. Et vous n'aimez pas la façon dont il chante, c'est limite insupportable. Mais bon. On peut pas tout avoir. Et vous, l'album que vous aimez, il a une banane sur la couverture. Mais seulement parce que la couverture elle bien. Peinte par Andy Warhol (vous doutez de l'écriture de ce nom). C'est cool. Vous avez acheté le t-shirt. 

Comme tout bon suiveur, vous vous indignez en écoutant Lulu. Comment Metallica a-t-il pu ruiner sa carrière avec un disque aussi minable ? Comment le plus grand quator metal du monde a-t-il pu vendre son âme pour faire un truc pareil avec Lou Reed, qui, depuis Trainspotting, n'a plus aucune crédibilité dans le milieu musical (vous avez vaguement entendu parler du film et vous savez, par un quelconque hasard, que Lou Reed a participé à la BO et a peut-être même fait un disque avec ce titre. Vous vous foutez complètement des dates, en fait, ça sert à rien, une date. Juste vous faire dire que vous vous êtes vautré dans vos gueulantes). Et "Metallica, c'est plus vraiment ce que c'était. Depuis ...And Justice for All, ils ont vendu leur âme. Le Black Album est une hérésie complète. Totalement commercial. J'ai pas aimé un seul de leurs albums depuis. Et St.Anger. Il est juste immonde. Pas de solos, que des sons crades. Non, sérieusement, ils sont plus rien. Je crois qu'on est tous d'accord pour dire que Lulu, c'est juste un final moisi pour un groupe qui sait plus faire de musique". Les puristes sont, déjà à la base, des putains de connard. Alors quand ce sont des gars qui te parlent de musique sans rien connaître, ça va, c'est bon, quoi.

Donc non. Je n'aime pas Lou Reed. Sa manière de chanter m'exaspère au plus au point. Cependant, l'harmonie naturelle qu'il y a dans Lulu avec les Four Horsement m'a fait aimer cette voix. Seulement sur cet album. Je rate du potentiel, j'en suis conscient. Lou a réinventé la musique, un truc entre le pop et le punk totalement surréaliste, et, rien que pour ça, je suis vraiment triste, aujourd'hui, d'avoir perdu un musicien et parolier comme lui. Je n'aime pas Lou Reed, je n'irai pas me coller la tête entre mes enceintes et me passer toute sa disco pendant trois heures pour "commencer à aimer". Ce n'est pas l'une des valeurs portées par la musique. Et je pense que cet homme aurait été d'accord avec moi. Rest in Peace, Lou. Peut-être qu'un jour, au détour d'une recommandation d'un de tes nombreux morceaux, que dis-je, masterpiece, par un(e) ami(e), j'aimerai ta carrière pleine et entière.


Repost 0
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 16:07

Après la chronique consacré au puissant et magnifique EP qu'est Fondue Chinoise, partons à la rencontre de deux êtres singuliers, La Floche et Jéjé, respectivement batteur et guitariste de ce groupe exceptionnel qu'est La Bite et le Couteau, tranchants et couillus dans leur propos. C'est dans les plaines vertes et luxuriantes de Haute-Saône, non loin d'une usine Peugeot que s'est formé ce duo atypique.


La Floche, Jéjé, salut !


La Floche : Hello !

Jéjé : Salut !

Vous êtes membres de La Bite et Le Couteau. Qu'est-ce qui vous a poussé à faire ça ? C'est quoi le concept de ce groupe ?

La Floche : A la base, on avait un autre groupe, Rogan Josh. Jéjé était à la basse, moi j'étais chanteur et guitariste et il y avait un pote, Ben, à la batterie. Le groupe s'est terminé pour diverses raisons, principalement pour des raisons de disponibilités, mais aussi d'inspiration. Il n'y avait plus le même moteur qu'au début, on s'est donc arrêté naturellement. On s'est retrouvé, Jéjé et moi, comme deux beaux couillons. Sauf que Jéjé est revenu à son premier instrument, la guitare et moi, à mon premier amour, la batterie. C'est comme ça que La Bite et Le Couteau est né.

Jéjé : Vu qu'on s'est retrouvé comme deux cons et qu'on trouvait pas de bassiste, on est parti sur un duo guitare / batterie.
La Floche : En même temps si on ne trouvait pas de bassiste c'est parce qu'on en a jamais cherché.

Le nom du groupe est une référence à l'expression "Avec ma bite et mon couteau". Ça veut dire que vous avez vraiment le strict minimum ?

Jéjé : Il y a de ça, ouais.

La Floche : Ça correspond bien au fait qu'on soit toujours à l'arrache dans tout ce qu'on fait. Que ce soit avant de faire des concerts ou en dehors de la musique, en fait. Pour l'anecdote, avant de partir en concert avec Rogan, un ami qui gérait le local où on répétait devait nous prêter du matériel pour faire le concert le soir-même. On n'était pas du tout prêts, il nous a demandé ce qu'il nous fallait comme matériel, on ne savait pas, on était paumés. Il nous a dit "Putain les gars, vous partez avec la bite et le couteau". On a toujours gardé le concept en rigolant et quand on s'est retrouvé à deux on a choisi ça.

Jéjé : On ne connaissait pas l'expression, ça nous faisait bien marrer. C'est venu naturellement au moment de choisir le nom. J'aime bien le concept qu'il y a autour, à savoir, faire beaucoup avec peu de choses.

La Floche : Une question revient souvent en concert, quand les gens viennent discuter à la fin, à savoir "Qui de vous deux est la bite, qui de vous deux est le couteau ?". On ne répond jamais, ça dépend des concerts, ça dépend des erreurs qu'on peut faire sur scène, en fonction de nos têtes aussi. On dit souvent aussi que notre son est couillu et tranchant.

Justement, en parlant de son couillu et tranchant, quelles sont vos influences ?

La Floche : Heu... Christine Boutin.

Jéjé : Nadine Morano.

Elles font quoi comme musique ?

La Floche : Du rock chrétien (rires). Non, plus sérieusement, on écoute plein de choses. Essentiellement du rock, mais c'est très varié. On écoute autant du metal, du stoner, du doom, du sludge et du punk que du hip-hop, de l'électro-dub et de l'acoustic. S'il faut donner des noms, pour le punk, je pencherais vers Black Flag, Fugazi, les Pissed Jeans, aussi. C'est surtout l'éthique DIY [Do It Yourself] qui nous intéresse. C'est pas du "Disney punk" à la Green Day ou à la Offspring, même si on en écoutait étant ados, au collège. Après, on est passé au-delà. On écoute pas mal de sludge, de metal. Par exemple Kylesa, Mastodon... Black Sabbath et Led Zeppelin pour les classiques. Du grunge également, même si c'est un terme un peu trop dévié aujourd'hui, comme Nirvana, Dinosaur Jr., Mudhoney, Sonic Youth... Il y a énormément de choses.

Jéjé : Il y a aussi Kyuss, plein plein de trucs. Du hip-hop, comme les Beastie Boys, Public Enemy. Mais aussi du gros metal, comme Napalm Death. Si tu veux, il y a tellement de styles musicaux que ça serait dommage de rester bloqué dans tel ou tel style de musique comme certains groupes peuvent le faire. T'es d'accord, Floche ?

La Floche : Ouais, mais de toute façon, je t'écoutais pas (rires). Pour voir un peu plus largement ce qu'on écoute, on a un blog, Viol Auditif, où l'on recense tous les albums qu'on aime bien.

Donc, les gars, si on est là, c'est pour parler de votre EP intitulé Fondue Chinoise...

La Floche : Le titre c'est le choix de Jéjé. J'étais pas au courant (rires).

Qu'est-ce qui s'est passé pour que vous intituliez votre album comme ça ?

La Floche : C'est par rapport au corps féminin sur la pochette : on a importé aussi cette femme de Chine. On lui a mis un sac sur la tête...

Jéjé : Ouais, on ne voulait pas avoir de problèmes avec la police chinoise (rires). Non, on déconne, évidemment.

La Floche : Ça fait partie de toutes les choses bon marché qu'on importe depuis l'Empire du Milieu...

Jéjé : On a mis trois secondes pour choisir le titre. C'était débile.

La Floche : C'était une blague par rapport à un pote. En fait, c'est souvent ça les titres des chansons, c'est par rapport à des personnes qu'on rencontre dans des petits villages en France, qui nous invitent à boire de la gnôle avec eux. C'est atypique. Fondue Chinoise, c'était une blague entre nous, je ne pensais pas que ça serait le titre de l'EP, mais j'ai vu que Jéjé avait inscrit ça. J'ai pas eu mon mot à dire.

Votre titre MacDoom, est-ce que c'est une référence au Vincent du même nom ?

(Rires interloqués)

Jéjé : On l'a composé en une répète, juste avant l'enregistrement. La chanson est assez doom dans le tempo. On cherchait un titre qui colle et c'est le premier truc qui est venu.

La Floche : C'est un hommage, en fait.

Jéjé : Pour le titre, on s'est dit "Qu'est-ce qu'il y a avec doom comme jeu de mots ?", et on a pensé à Vincent MacDoom. Donc oui, pour répondre à ta question, il y a un peu de ça mais ça peut être aussi un menu, genre MacDo. On ne se casse pas le cul pour trouver des noms, la plupart du temps ça va vite.

La Floche : C'est pas pour critiquer ce genre de musique, d'ailleurs, on est fans, notamment les premiers Cathedral, Serpentine Path... Chaque morceau de l'EP est un hommage à un style différent. Pour Stari'beauf, on avait en tête un truc du genre Thee Oh Sees, et Buscail ressemble beaucoup à du Pneu [groupe de math-rock / noise français], certains nous diront que c'est du pompage (rires)...

Jéjé : … En beaucoup moins talentueux mais c'est un pompage, oui.

La Floche : Pilou, le riff du début aurait presque pu être du Tom Morello...

Jéjé : … Avec beaucoup moins de talent, on précise.

La Floche : La Bite et le Couteau, c'est l'histoire du rock avec beaucoup moins de talent.

Repost 0
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 16:05

La pochette de votre EP est violette. Est-ce un hommage à Deep Purple ?

Jéjé : Honnêtement, non.

La Floche : Pas du tout. Ou alors, tu nous l'apprends.

Jéjé : Plutôt les Cramps.

La Floche : Ouais, The Cramps, dans l'esprit un peu sombre, les teintes violette et rose de la pochette. Même la calligraphie du nom sur la pochette y fait référence. On pensait pas mal au Cramps, effectivement.


Sur votre Bandcamp, il est dit que vous avez enregistré les 24, 25 et 31 Décembre. Vous n'avez pas de vie, c'est ça ?


La Floche : Pas tellement non. Mais ça va mieux maintenant. En fait, Jéjé et moi, on vit ensemble, on étudie ensemble, on fait les soirées ensemble, on mange ensemble... On a quand même fait les repas de famille. D'ailleurs, on n'a pas marqué l'année sur le CD. C'est bien pour dans quelques années, quand les gens se demanderont en quelle année ça a été enregistré. Une connerie de plus ou une de moins, de toute façon.

En combien de temps avez-vous donc enregistré les quatre titres  ?

Jéjé : En une journée. Les 24, 25 et 31, c'est une connerie, tu t'en doutes. La veille, on devait faire un apéro qui a terminé en grosse soirée. On a enregistré en ayant dormi une heure grand maximum. Après l'enregistrement, on devait faire un concert. On s'est dit que ça serait mission impossible. Le mixage a été fait par Guillaume Renahy, dans son studio.

La Floche : On commençait les prises de batterie pour l'enregistrement à 10h, on est arrivé à 9h. J'ai fait deux heures de prises de batterie. On a enregistré la guitare l'après-midi.

Jéjé : Comme on n'a pas de chant, ça facilite les choses. On a bouclé l'album fin Décembre, il a été mixé très rapidement. On vient d'avoir les CD, d'ailleurs.

La Floche : Pour l'anecdote, j'ai même dû faire une prise guitare tellement Jéjé était fatigué. Pour en revenir à Guillaume, il bosse bien, il a déjà enregistré les deux CD de Rogan Josh. Il est intermittent du spectacle à La Laiterie [à Strasbourg]. C'est un ami de longue date que je connais depuis le collège, il sait ce qu'on veut, et comme on est sur la même longueur d'ondes niveau musical, ça a été efficace et rapide.

Une question pour toi Floche. T'es aussi batteur dans Membrane, comment ça se passe ?

La Floche : En fait, je ne fais plus partie de Membrane. C'était une très bonne expérience qui a duré cinq mois. C'était très compliqué au niveau emploi du temps, ça demandait beaucoup de boulot et beaucoup d'énergie. Niveau des disponibilités, c'était pas évident. Eux, ils ont une famille, une maison, moi je suis étudiant à Nancy, donc il fallait que je fasse les allers-retours à Vesoul presque tous les week-end. Il faut une sacrée force et un sacré jeu, il fallait que je gravisse un échelon monumental parce que c'est un groupe qui est rôdé depuis longtemps. C'était très intéressant et je ne regrette pas l'expérience, cependant. C'était très prenant. Je leur souhaite de trouver un autre batteur et que ça se passe bien. Je reprendrai des nouvelles à l'occasion.

Vous êtes toujours en bons termes, donc ?

La Floche : Totalement, oui. D'ailleurs, il n'y a jamais eu de mauvais termes en étant avec eux. Il n'y a jamais eu d'engueulades, ça s'est toujours très bien passé. Ce sont des gars géniaux.

Et toi, Jéjé, des projets parallèles ?

Jéjé : Je dois te dire que je ne m'attendais pas à cette question. Ouais, donc j'ai un album solo qui est sorti en Asie du Sud-Est. On va croire que j'ai un problème avec l'Asie. Non, sérieusement, y'a La Bite et Le Couteau qui me prend du temps. J'ai mis la basse de côté, je compose deux trois trucs à côté. Mais pour l'instant, ça reste La Bite et Le Couteau. Je suis peut-être trop asocial.

Une question un peu plus légère. Vous vous dites "anti-beaufs", mais vous faites poser une femme aux seins nus avec du scotch sur les tétons. N'est-ce pas les attirer pour mieux les repousser ?

Jéjé : Ta question est très intéressante.

La Floche : La fille, c'est elle qui s'est proposée, nous, on avait prévu une autre pochette. On était surpris, mais on l'assume et elle aussi, donc il n'y a pas de problèmes de ce côté-là. Franchement, on met une fille qui pose volontairement, qui a voulu se mettre du scotch noir sur les seins et un sac en toile de jute sur la tête, les gens ne vont pas crier au scandale ! Faut pas être irrité par ce qui fait bander. Seigneur...

Jéjé : Et encore, moi, j'ai plein de réactions de gars qui parlent plus du chat sur la pochette que la nana. Il faudrait se poser les vraies questions ! Et, oui, c'est mon chat sur la pochette. Le côté beauf, c'est plus les titres de chansons.

Repost 0
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 15:59

En fait, dans votre description de bandcamp, il y a marqué "anti-beaufs". Est-ce que c'est mieux les attirer pour mieux les repousser avec votre musique qui n'est pas du tout beauf ?

La Floche : Certainement, oui. La pochette, c'est purement de la provocation. L'esthétique collait bien à la musique, en plus.

Jéjé : Il n'y a pas tellement de signification, on a improvisé totalement. La veille, on a déliré sur ce concept, on a pris un appareil photo et c'était fait.

La Floche : Je pense que La Bite et Le Couteau, un corps de femme qui tient un couteau, tout est dit. C'est de la dérision, complètement.

Pourquoi avoir mis un cintre sur la batterie ?

Jéjé : Parce qu'il y avait un cintre dans mon armoire.

La Floche : Il a dit "Est-ce qu'on peut le mettre là ?". C'est encore moins significatif que la fille. On vient de Haute-Saône, il faut montrer les fantasmes du coin : une bouteille d'alcool, un corps de femme, un chat (rires). De toute façon, il n'y a pas de message profond et il n'y en aura jamais.

Comment feriez-vous pour vendre votre album, si vous deviez démarcher dans la rue ?

Jéjé : Il ne faudrait pas que j'oublie les CD dans la voiture, déjà. On les vend deux euros.

La Floche : Tout le monde nous dit que c'est dérisoire, mais en même temps, deux euros pour quatre titres et dix minutes, c'est largement suffisant, on rentre dans nos frais. On allait pas le vendre dix euros.

Jéjé : On commence à avoir quelques dates sympas de prévues pour vendre les CD, donc la rue, c'est plus trop envisageable. On essaye de jouer un peu partout, même dans des lieux incongrus, comme dans des fêtes de potes. Tant que l'ambiance est bonne et rock 'n roll, ça ne nous dérange pas. En fait, on a vu Pneu à Audincourt, Metz et Vesoul en concert, et leur démarche de jouer au milieu du public nous a séduit.

La Floche : Il y a de moins en moins de spontanéité dans le rock, aujourd'hui. On a l'impression qu'il faut le matériel le plus cher et le meilleur pour être considéré. Il faut déjà essayer, je crois, de faire beaucoup avec peu. Aujourd'hui, beaucoup de gens te considèrent comme nul si tu n'as pas de guitare Fender ou de cymbales Zildjian. Si tu as les sous pour, tant mieux, le son n'en est que meilleur. Faire beaucoup avec peu, c'est d'abord une question d'éthique, dans la musique comme ce qu'on fait dans la vie. Pour en revenir aux dates, on a des plans en Meuse, en Moselle, à la fête de la musique à Vesoul, dans le Jura. Des plans à concrétiser, quoi.

Une grosse tournée mondiale, en somme.

Jéjé, La Floche : Ouais, une grosse tournée mondiale dans l'Est de la France.

La Floche, Jéjé, merci de m'avoir accordé de votre temps !

La Floche, Jéjé : Merci à toi !

Repost 0
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 18:26


Et la version Wayne's World, juste excellente 


















Repost 0
17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 18:55

I Don't Care ft. Adam Gontier (Three Days Grace)




Bitterseweet ft. Ville Valo & Lauri Ylonen (HIM & The Rasmus)




One ft. Metallica




Bring Them to Light ft. Joe Duplantier (Gojira)




I'm not Jesus ft. Corey Taylor (SlipKnot, Stone Sour)




Seeman ft Nina Hagen




Helden ft. Till Lindemann (Rammstein)




Not Strong Enough ft. Brent Smith (Shinedown)

 



 
 
 
 
 
 
 
Repost 0
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 20:08








































Repost 0
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 18:47



































Repost 0

Présentation

  • : My Way of Thinking
  • My Way of Thinking
  • : Vous vous rendez compte de ce qu'il se passe dehors ? Non mais allô quoi.
  • Contact