Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 20:48

Comme je reviens, je reviens complètement. Ce qui veut dire que le dimanche, bah c'est la playlist du soir (un peu comme chez Topito, vouais, mais je m'en fous, c'est mon idée. Et si y'en a un que j'ai copié, c'est M.Z'gut. Et lui seul). Si j'ai choisi Stand by Me, la raison est bien simple. C'est parce que "I won't be afraid just as long as you stand by me".

On commence par l'originale, celle de Ben E. King. On aura beau dire, tout était là. Même si je suis pas forcément fan de cette version, elle est empreinte d'une sensibilité et d'une force de sentiment qu'on ne retrouve pas nécessairement dans les autres (ou pas dans une même forme).




La version de John Lennon, qui a le mérite d'exister, même si elle est pas vraiment innovante. Et que l'écho particulier du clip avec Yoko donne tout son sens à la musique.




Deux versions plus "modernes" cette fois, avec dose de saturation et de grosse rythmique bien péchue, notamment pour celle de Flavor by Suck, que j'ai découvert pendant ma période MySpace (qui était pas mal pour dénicher des pépites de ce genre, je dois l'avouer) et que j'écoute encore assez régulièrement (la chanson, pas MySpace).



La dernière, c'est celle de MONA, un groupe d'indie-rock (je sais même pas si le terme est juste, en fait, mais YOLO) que j'ai découvert un peu par hasard au détour d'une reprise de Rihanna (note à moi-même ; penser à faire un article sur les reprises des morceaux de Rihanna). Parce que les mecs qui composent pour Rihanna sont un peu les Bob Dylan modernes. Ils font des trucs catchys mais sans aucun intérêt musical et les reprises qui en sont faites en ont un vrai.

 


 
 
 
Repost 0
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 11:17

Cet article est plus pour moi que pour vous. Comme ça, c'est dit. J'ai l'impression d'être un mec qui écrit ses mémoires. Aujourd'hui, j'aimerais m'attarder sur la question "Pourquoi ai-je repris mon blog (peut-être pas de manière significative, mais quand même) ?"

De prime abord, cela peut vous paraître étrange (à moi aussi, au début) de reprendre un blog qui flottait comme un cadavre de ragondin sur les berges de la Loire (RPZ la famille sisi TMTC). La première raison est simple. Depuis le début de mon stage, je vois des centaines d'actu passer devant mes yeux quand y'a rien à écrire (quand on est stagiaire, ça arrive souvent, je le concède) et je me dis "putain, y'a moyen d'en faire quelque chose. Comme au bon vieux temps, en pire". Effectivement, je me trouve plus corrosif (je fais mon Norman, ouais ouais), plus méchant et surtout, j'ai l'impression d'être de nouveau utile (toutes proportions gardées, évidemment), du moins pour moi. J'ai retrouvé un truc qui s'était perdu. Ou brisé. Ou les deux. Bref, vous m'aurez compris.

La deuxième raison, ben c'est que j'en avais marre de parler de vieux, de galettes et de mioches toute la journée. J'avais besoin de fritter des politiques, j'avais besoin de me foutre de la gueule des voleurs de voiture, j'avais besoin de retrouver ce qui m'avait faire ce blog. A la base, c'était politique, j'avais dévié vers de la critique de "faits divers". Par faits divers, c'était des trucs insensés, genre un prêtre qui se fait mordre par un serpent, ce genre de choses. Oui, vous pouvez trouver l'article sur le prêtre qui se faire mordre par le serpent, oui. J'étais content de moi, sur le coup. Un mec qui mâche aussi bien le travail. Même les oiseaux qui régurgitent de la bouffe pour leurs chiards ne font pas mieux, je pense.

Last but not least, Kyo revient. Ça me permet de préparer le terrain et de retrouver un lectorat assez conséquent, je l'espère. Parce que juger les morceaux actuels de Kyo avec les yeux d'un gosse de dix ans, ça va faire des dégâts. Et j'aimerais que vous soyez nombreux à lire ça. Parce que j'ai présentement l'impression qu'on a violé mon enfance, qu'on a écrasé ses genoux avec une masse d'armes, qu'on l'a brûlé, reviolé et jeté dans un fossé sur une départementale de Bourgogne (du côté de Cosnes, ce genre de truc bien glauque). "Faites moi de la place, juste un peu de place pour ne pas qu'on m'efface". Ouais, aussi. J'ai pas envie de tomber dans les limbes d'internet.

Repost 0
Published by Hannibal
commenter cet article
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 18:38

Les Smart ForTwo ont été les voitures les plus volées en 2013. De deux choses l'une. Soit on considère que la société s'appauvrit au point que des mecs en viennent à voler des Smart (faudrait aussi parler de ceux qui en achètent, mais c'est une autre histoire) et qu'ils ont tellement besoin d'une bagnole qui prend la première qui vient. Lofofora disait "plus c'est gros et mieux ça passe" (à propos de la connerie, bande de pervers). Mais apparemment, c'est le contraire car le vol de BMW est en recul. En même temps, quand tous les caïds de cité ont des BM, comment faire pour ça soit encore volé ? Non, et bon. Vu le nombre de morts à Marseille, tu m'étonnes que le vol de BMW soit en net recul. Donc, on prend petit pour pas se faire tauper par les flics. Pour le volé, c'est plus rentable de racheter une bagnole après un vol de Smart plutôt que de faire des pieds et des mains pour retrouver l'ancienne (qui avait encore la cassette de la Macarena, qui était blouquée dans le lecteur depuis 1998). 

Après, voler une Smart en montre beaucoup sur l'évolution de la société. A-t-on enfin compris (putain depuis le temps) que la Twingo n'était pas une voiture a part entière ? Une voiture même pas digne d'être volée ? Généralement, quand vous annoncez que vous vous êtes fait voler votre Twingo, les gens réagissent un peu comme ça "Bah du coup, c'est cool, tu pourras racheter une vraie voiture avec l'argent de l'assurance" ou encore "T'avais une Twingo, toi ? En 2014 ? Putain, franchement, les mecs devaient être aveugles pour voler une telle bouse. Du coup, je sais pas si c'est toi le con ou eux. C'est tellement incroyable comme histoire. Une Twingo. En 2014. Je vais me remettre un double whisky derrière la cravate pour oublier tiens". Après, je veux bien que vous soyez un travailleur fauché (ou pire, un étudiant en info-comm). Mais dans ce cas, prenez des vraies voitures de ville. Désolé, la Twingo a eu son heure de gloire. Tu me diras, même là, c'était pas terrible. Et pour le coup, ça a vraiment duré une heure. Quand les mecs se sont rendus compte qu'ils avaient oublié d'intégrer un compteur kilométrique analogique et qu'ils ont dû se rabattre sur un numérique. Au milieu du tableau de bord (ce qui te permet, quand t'es gosse, de dire à tante qu'elle est à 52 km/h au lieu de 50. Et que ça devient un gimmik à chaque fois que tu montes dans la voiture).

Mais j'y pense. Bernard Tapie vient de se faire renverser par une voiture alors qu'il était à vélo. Si ça se trouve, c'était par une Smart volée avec une cassette de la Macarena dedans.

Repost 0
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 18:56

"Rob Ford demande la clémence pour Justin Bieber". C'est à la fois surprenant et totalement normal, je trouve. C'est surprenant car Ford l'avour lui-même : il n'écoute pas Justin Bieber. Donc à partir de là, on peut se demander pourquoi Ford a envie de laisser Justin aux États-Unis. Peut-être que ce n'est pas le meilleur moment pour le maire de Toronto. Peut-être qu'il attend une livraison de crack d'ici peu et que c'est mauvais que la presse soit au Canada en ce moment. Après, ça se comprend hein. Justin est la majeure partie du temps aux États-Unis y'a pas de raison de pas le garder. D'ailleurs, les Canadiens l'ont mal joué. Au lieu de le déchoir de sa nationalité et de le refourguer définitivement aux États-Unis, ils ont laissé faire. Normal quoi. 

D'un autre côté, Rob plaide "la jeunesse" de JB. Ouais, certes. Enfin conduire en état d'ébriété, frapper des gens, se prendre en photos en train de fumer des joints, monter sur scène et vomir (voir Naples et mourir marche aussi, oui), est-ce vraiment ça qu'on fait quand "on est jeune" ? Peut-être du temps de Rob, ouais. Parce que Rob est un hippie hors-temps (et moi aussi dans ce cas), parce qu'il écoute les Rolling Stones, Led Zeppelin ou encore les Eagles. Mais aujourd'hui, les jeunes, ça boit de la Smirnoff Ice en entendant le bus, ça vapote (bah ouais, fumer c'est un truc de vieux), ça fait des selfies et ça écoute Maître Gims sur son iPhone 5S qu'il a eu parce que ses parents divorcés lui filent l'équivalent d'un RSA tous les deux mois. Les jeunes, ça passent leur temps à regarder Norman sur Youtube "parce que c'est trop un vrai comique". Alors non, Justin Bieber n'est pas "un jeune de 19 ans", c'est déjà un vieux con sur le retour qui essaie de survivre médiatiquement et qui ferait tout et n'importe quoi pour que l'on parle de lui.

Repost 0
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 20:55

"Les 5 candidats à Paris s'affrontent lors d'un débat sans relief". Déjà, je tiens à préciser que c'est la première fois que j'entends le nombre aussi elevé de "5 candidats". On se croirait aux présidentielles aux États-Unis. Deux mastodontes de la politique qui t'écrasent les débats et qui monoplisent l'attention (Hidalgo et NKM) et trois pauvres péquins qui essaient de lamentablement sortir la tête de l'eau (Wallerand de Saint-Just, FN; Christophe Nadjovski, EELV et Danielle Simonnet, PG). En dehors du fait qu'on peut aisément remarquer que le candidat FN a un prénom franco-français, je tiens à vous faire savoir que je suis surpris de compter cinq candidats ! CINQ ! LES DOIGTS DE LA MAIN ! Pourquoi ne pas gouverner à 5, d'ailleurs ? Ne dit-on pas "unis comme les doigts de la main" ? Y'a un truc à faire. Au lieu de faire des listes uniques, faites des listes plurielles ! Mettez du FN à la sécurité, mettez du front de gauche à l'économie, mettez de l'UMP aux affaires sociales ! Éclatez-vous bordel ! Faites que ce soit drôle, au moins. Votre politique est triste ! Votre politique nous ennuie ! FAITES VALSER ! Appelez Manu, je sais pas, moi ! Après, vous faites bien ce que vous voulez avec votre ville, mais la politique serait tellement plus inattendue comme ça.

Y'a rien à faire, mais quand je lis "débat sans relief", ça me fait même pas tilter. Peut-être que pour certains, la politique se doit d'être vivace, tenace, mordante. Mais en fait, un débat entre NKM la bourgeoise du 91 et Hidalgo "soldat inconnue" du PS, je vois pas comment on peut mettre du relief. C'est tellement attendu. C'est comme vouloir un combat de boxe entre deux T-Rex. Mais juste de la boxe. Pas le droit aux mâchoires et aux coups bas. Maintenant, imaginez le PS et l'UMP débattre de sécurité. Avec les bilans qu'ils se traînent, vous devriez autant rire que lors d'un combat de boxe anglaise entre deux T-Rex.

Repost 0
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 18:25

"Une femme tue son compagnon de 318 coups de couteau". Jusque là, rien d'anormal. Un monde où trois enfants retrouvent leur père, un matin, raidi par une crise cardiaque, la mère ayant déserté le foyer. Donc ouais, ça peut sembler normal. Mais alors, pourquoi 318 ? Peut-être qu'on peut y voir un nombre maléfique. Genre "8+3 = 11", "11+1 = 12" et que 12 bah c'est 3x4. 4 c'est 2x2, donc on arrive à un 223. ET DANS 223 Y'A LE NUMERO 23. Oui je me calme. Oui. Mais c'est juste pour vous montrer que des fois les coïncidences sont bizarres. Et qu'il faut toujours prêter attention aux coïncidences, sauf si on n'a pas le temps.

 

Bon, je veux bien admettre que ce raisonnement est un peu capillotracté, mais on arrive à rien sinon. D'ailleurs, je tiens à vous faire remarquer que ce nombre de "317" coups de couteau est aussi (un chouilla) capilotracté. Mais vraiment pas beaucoup. Combien de coups faut-il pour tuer quelqu'un ? Entre un et quatre, je pense. Et encore, pour aller à quatre, faut vraiment pas savoir viser. Si vous lisez l'article du Figaro, il me semble qu'il y est précisé que la victime a été principalement poignardée au thorax. Alors soit le mec était terriblement résistant, soit la nana devait être vraiment à un point de rupture totale. Je pencherais plutôt pour la deuxième solution. La première aurait été viable, mais on n'a apparemment pas affaire à Iron Man, alors je reste sur ma réserve. 

 

318. Ce chiffre est hallucinant. Le mec devait ressembler à de la bouillie à la fin. Le temps d'enfoncer le couteau, de le retirer, la femme a dû passer pas mal de temps sur son oeuvre. Et le temps de reprendre son souffle. Et le temps de boire parce qu'on a trop soif. Et le temps d'étendre ses muscles courbatus. Non, faut apprécier la constance et la détermination de la dame.

Repost 0
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 19:04

"François Hollande est un goujat, sa rupture ressemble à une lettre de licenciement". Merci Nathalie, vraiment. On avait besoin d'une experte pour en parler. C'est cool, ça éclaire la question. Sinon, bah... Valérie Trierweiler n'est plus première dame (faites pas cette moue dégoûtée, enfin, elle est partie en Inde, on la reverra sans doute pas. Genre "Il est où l'avion ?") et c'est une page de la politique française qui se tourne. Si on peut dire ça comme ça. Parce que ça fait quand même quinze putain de jours qu'on nous tartine la presse à coup de "Valoche ou Ju', qui va gagner la finale de "Mon incroyable fiancé" ?" Parce que c'était ça pendant quinze longs jours. Donner une importance maximale à une émission de télé-réalité.

 

Arrêtez de dire qu'Hollande est un goujat. Ça vous est jamais arrivé, vous, de plaquer votre gros beauf de mec / chieuse de nana avec un sms ? Allez, c'est bon, arrêtez, on le sait que ça vous titille un peu quand même. Avant que vous pensiez "Oh non c'est trop méchant je peux pas faire ça, il/elle va souffrir. Vaut mieux que je le/la plaque dans un bar, là où il/elle pourra chialer comme une merde au milieu de mecs imbibés". Nettement plus humains. A un moment, je veux dire, faut être lucide. Il allait pas aller en Inde, plaquer Valérie, les yeux dans les yeux et lui dire "Écoute, je t'aimais bien, vraiment, c'est sincère. Mais voilà. Ton tweet sur Ségolène, j'ai pas vraiment apprécié. Falorni, quand même. Putain. Oui, c'est en partie pour ça que je te quitte, oui. Non, et puis bon, tu me faisais passer pour un guignol. Déjà moi, je le fais très bien tout seul, alors si en plus mon principal soutien me plombe le fion, voilà, j'ai plus qu'à plier bagage. Je sais pas où on va aller. Enfin où tu vas aller. Parce que moi, je repars avec l'avion. Je dois aller en Turquie, là. Ils changent de constitution. Ils disent que je devrais m'en inspirer, je sais pas pourquoi."

 

Je pensais pas qu'on puisse s'attacher autant à Valérie Trierweiler. Enfin je veux dire. Vous avez passé combien de temps à lui matraquer la face à cause du tweet de Falorni ? Vous avez passé combien de temps à la critiquer pour tout et pour rien ? Et là, pouf ! D'un coup, c'est une femme bien, avec un mari goujat. Non, je suis pas d'accord. Vous pouvez lui témoigner de la sympathie ouais. Okay. Mais pas comme ça. Après tout, Hollande voulait être un président "normal". C'est certainement là qu'il y arrive le mieux, à nous prouver que le président est un homme comme les autres. Et que, même s'il est président de l'un des pays les plus puissants du monde, bah quand il s'agit de rompre, les couilles, elles sont pas forcément posées sur la table (pour parler vulgairement). Qu'on se le dise. Cette histoire n'est qu'un écran de fumée, alimenté par la droite (faire oublier qu'elle est aussi minable dans l'opposition qu'au gouvernement) et par la gauche (qui se sert de ça pour masquer son effroyable bilan social et économique). Toujours est-il qu'on voit enfin quel est le vrai visage de François Hollande. Tout le monde le disait faible, mou, incapable de prendre ses décisions. Là, il expédie son ex dans les limbes avec un cinglant communiqué, alors il faut réagir. "Merde, il agit enfin. Les gars, faut trouver comment contre-attaquer. On a qu'à dire que c'est un goujat. C'est pas mal. Ouais. On garde". Et on envoie la duchesse du 9-1 pour montrer qu'à l'UMP bah on est un peu sensible au broyage médiatique de Valérie et qu'on aimerait bien récupérer un peu de l'électorat de gauche (celui qui avait un petit penchant vers Falorni, et donc, Trierweiler). 

Repost 0
28 décembre 2013 6 28 /12 /décembre /2013 20:47

Je n'avais plus foi en rien. Jusqu'à ce qu'elle arrive. Je ne savais plus vraiment où j'en étais. Et elle est arrivée. Je n'étais plus qu'une coquille vide, complètement vide. La précédente locataire avait dévasté les lieux comme vous ne l'oseriez l'imaginer. Et elle est arrivée. Elle a remis de l'ordre dans la pièce principale. A redressé les miroirs qui menaçaient de se briser. Elle a ouvert les rideaux. Et le soleil est entré. En même temps qu'elle. Parfois, j'en viens à me demander si ce n'est pas elle, le soleil. Longtemps, j'ai eu l'impression d'attendre le lever du soleil derrière des rideaux occultants. Longtemps, j'ai voulu m'accrocher aux précédents rideaux qui tombaient, malgré eux, en lambeaux.

Longtemps, j'ai essayé de faire rentrer quelqu'un dans mon appartemment pour que je puisse enfin y mettre de l'ordre. Longtemps, j'ai attendu. Longtemps, je n'ai été qu'une coquille. Vide et sans sentiments. Tout juste bon à craquer quand on marchait dessus un peu fort. Longtemps j'ai perservéré. A chercher du côté de gens qui ne m'ont aimé que pour l'intérêt, maladif, que je leur portais. Longtemps, j'ai cherché du côté des "forts" pour avoir la sensation de marcher, moi-même, sur des coquilles vides.

Comment expliquer qu'une relation puisse changer aussi vite et aussi fortement ? Moi même je ne le sais pas. Moi même je ne saurais pas lui expliquer, à elle, comment cela est arrivé. Alors pourquoi chercher à vous l'expliquer à vous ? Non pas que vous n'en valiez pas la peine. Loin de là. Je sais que vous serez heureux pour moi. Pas de problèmes là-dessus. J'aimerais juste que ça soit simple. Peut-être trop simple. Que j'arrête de me faire des films, sans cesse. Que je puisse enfin en avoir pleinement conscience. Ce qui est, en grande partie, déjà le cas. 

J'ai toujours eu peur des relations à distance, de ce qu'elles impliquaient comme sous-entendus. Des sous-entendus et des obligations. Qui blessent. Qui torturent, même. Pourquoi ? Je vous laisse imaginer, même si vous ne le pouvez pas vraiment. Comment se placer dans une relation à distance quand vous êtes à dix kilomètres l'un de l'autre ? Comment vous situer une relation à distance quand celle-ci n'est rien, pour vous ? Comment vous expliquez une relation qui est toujours sur la corde raide ? Qui menace toujours de tomber dans le vide intersidéral à la moindre tempête magnétique ? Comment la voir, elle, quand il n'y a ni TARDIS ni Docteur à portée de main ? 

Je l'ai attendu. Je t'ai attendu tellement longtemps. Comment imaginer que tu ne pourrais plus être là, d'un infime claquement de doigt... pouf! plus rien ? Je ne veux pas me l'imaginer et tu sais pourquoi.


 
Repost 0
24 décembre 2013 2 24 /12 /décembre /2013 14:31

Puisqu'un calendrier de l'Avent ne serait pas un calendrier de l'Avent sans la maxi surprise du 24 Décembre, la voili-voilou-voilà. Alors un genre de pêle-mêle de musiques, du metal, de l'irish. Et Sinatra. Pour Léna.

Frank Sinatra





The Dropkick Murphys



Can you hear the bells ringing outside ?


The Muppets



August Burns Red




Corey Taylor





 

 

 

 

 


 

 
Repost 0
23 décembre 2013 1 23 /12 /décembre /2013 22:52

Alors que les ombres courent le long du mur, tu essaies de fuir. Tu essaies de t'échapper assez loin pour que la rose ne t'avales pas. Mais au final, pourquoi fuir ? Tu n'es qu'une rouage dans leur engrenage. Alors que tu essaies de fuir l'aigle qui tente de se saisir de toi de ses serres acérées, tu tombes dans un trou. Ta tête explose en vol. Mais au final, pourquoi fuir ? Tu n'es qu'une pièce dans leur puzzle. La paranoïa te submerge, des dizaines de milliers de bras t'entourent. Petit à petit tu t'enfonces. Mais au final, pourquoi fuir ? Tu n'es qu'un bouton sur le panneau de contrôle. Au fond du trou, tu cherches un moyen de t'échapper, un truc assez puissant pour t'expulser hors de ton corps. Sous LSD, tout est si précis, tout est si beau. Les couleurs sont plus chatoyantes et les lumières plus puissantes. Mais au final, pourquoi fuir ? Tu n'es qu'une brique dans leur mur. La brique sur qui tout repose. Cet équilibre si fragile. Alors reste.


 
Repost 0

Présentation

  • : My Way of Thinking
  • My Way of Thinking
  • : Vous vous rendez compte de ce qu'il se passe dehors ? Non mais allô quoi.
  • Contact