Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 20:36

J'en ai marre de ces polémiques stériles sur le "mariage des couples de même sexe". Sérieux. Ca ne nous mènera nulle part, ça divisera encore plus cette société désunie qu'est la nôtre. Mais surtout, je déteste les polémiques stériles de la droite. Faire du chiffre en disant qu'ils supprimeront le mariage pour tous... Même Valérie Pécresse, pourtant... spéciale, proposait de juste changer la dénomination de l'institution (un truc vaseux, mais qui signiferait la même chose, sans toutefois le jugérer pleinement). Une crise UMP, quoi. 

Vivement, aussi, ce dimanche. Quand Copé aura pris sa mandale dans la gueule, qu'il arrête de stigmatiser tous ceux qui n'ont sont pas d'origine française (sauf lui et Sarkozy, cela va de soi). Ou alors, autre option désastreuse, il passe. Et là, François Hollande devra vraiment s'accorcher pendant quatre ans et demi. Parce que Copé est un chacal. Fillon aussi. Sauf que lui, il est fourbe. Il fait tout en douce et tout en sous-entendu. Il suffit de voir comment il tacle Copé sans en avoir l'air. De toute façon, c'est soit le Méchant Affiché soit le Fourbe caché derrière ses sourcils (ouais, c'était facile, j'admets).

La grogne des médecins. J'peux pas vous dire, j'ai pas suivi. J'ai pas envie de rentrer dans la complainte des hauts salaires, en fait, même si leurs manifs sont justifiées.

La paranoïa islamiste qui s'empare du pays est en train de me faire rire. Parce que sérieux. En dehors d'une poignée d'extrêmistes et de profiteurs, les islamistes ne font de mal à personne (si on prend le mot islamiste comme pratiquant de la religion musulmane, ce qui est faux, evidemment, mais comme tout le monde amalgame, je me dis que ce sera plus facile pour vous expliquer). Nos politiciens, pour nous faire peur (parce que c'est là-dessus que reposent les élections, hein, c'est pas sur un programme qu'une élection se joue, c'est provoquer la peur de l'autre qui peut la faire gagner) sont presque en train de nous croquer un barbu avec un couteau entre les dents et une ceinture de dynamite autour du bide. Vous avez sûrement entendu parler d'Abdelghani Merah, le frère de Mohamed (le type qui a descendu trois militaires, deux enfants et un professeur de confession juive en mars dernier). Ce musulman, avec des origines plus que sombres et troubles (limites famille salafiste, la haine du juif, tout ça) a pourtant été au-dessus des clichés, à ne pas être "que" le frère de Mohamed Merah, mais aussi la personne qui ose affirmer que tous les "musulmans d'apparence" ne sont pas des êtres sanguinaires.  

Repost 0
Published by Hannibal
commenter cet article
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 22:02

Aujourd'hui était un jour spécial. Celui de... la gentillesse. Ouais. Exactement. Affligeant. Et plat. Le mec qui a inventé ce concept devait faire partie d'une minorité opprimée. Un islamiste ou un truc dans le genre. Ah oui non. On ne joue (plus ?) pas avec les religions. 

Rien que le concept de "journée de la gentillesse" m'échappe. Pourquoi pas un truc tout aussi inutile, du genre "journée de la femme" ? Non mais sérieux. "Journée mondiale de la paix" ? "Journée mondiale du cookie géant" ? "Journée mondiale de la pluie de boulettes géantes" ? "Journée mondiale de la pluie de vierges" ? Non sérieux. A un moment, faut arrêter le délire et se recentrer sur la réalité. Un fantasme, ça reste un fantasme. Journée de la gentillesse... Putain. Bande de cons. Abrutis. La gentillesse, c'est juste un concept vaguement philosophique qui sert juste aux gens aimables à se fondre dans la masse une fois par an. Ou presque. Et sincèrement. Mettre ce genre de journée en plein milieu du mois de Novembre. J'aurais plutôt mis la journée mondiale de la prévention du suicide. Mais bon.

Et apparemment, les gens ont pas eu l'air convaincu. A part faire des tweets injurieux avec un "<3" à la fin, c'était pas vraiment gentil. Et la conférence de presse de François Hollande. Les UMPitres semblent avoir légèrement oublié le détail : discours du président, certes, mais pendant la journée de la gentillesse. En fait, Hollande avait calculé le truc. Conférence de presse des six mois de présidence le jour de la journée de la gentillesse pour pas se faire clasher. Et... Non, raté.

 

starbuck-coffee-devient-fuck-off.jpg 

Repost 0
Published by Hannibal
commenter cet article
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 22:10
Kill 'Em All

Il se réveille, il est bien. Tranquille. Il décide alors de partir de chez lui. Comme ça. Ni une ni deux, il fait son sac, embarque deux trois trucs, plus ou moins utiles. En passant par le garage, il voit le fusil à pompe de son père sur l’établi. Une idée monte alors. Il essaie de la repousser, mais quelque chose le force, le pousse. Il jette son sac au sol. Recharge l’arme. Retourne dans la maison. Il est quatre heures du matin, sa famille dort encore. Ses pas font grincer les marches. Il se sent comme Michael Myers, traquant ses proies jusqu’à la mort. Il rentre dans la chambre de sa petite soeur. Pointe le calibre sur son visage d’ange et fait feu. Bruit assourdissant. Personne ne semble avoir entendu. Le sang lui dégouline sur les lèvres. Il aime ça. Il fracasse la porte de son frère, réveillé en sursaut. Lui colle une douille entre les deux yeux. Ses parents, affolés, arrivent. Il tire dans les jambes de sa mère, dans le bras de son père. Les achève. 


Wherever I May Roam
Et je me remets à errer, comme un moins que rien, un paria, un solitaire. La nuit me court après, je cherche désespérément le jour salvateur. Les ombres me guettent, au détour de chaque rue, la mort me cherche. Le soleil noircit, la lune s’éclaircit, et alors, au loin, tout se retrouve happé dans un brouillard sinistre et confus. Tout disparaît alors très vite, le froid s’approche, et, dans un ultime soubresaut, la mort attrape ma main. 
Repost 0
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 16:50

Cover The Arrs650


La religion. Cette arme de destruction massive vitale pour la survie d'une partie du globe. Sans religion, ils ne sont rien. La religion, cette arme de destruction massive dont The ARRS sont les principaux actionnaires. Presque tous leurs textes sont tournés sur ce doute de la religion, cette religion malsaine et violente. Ce ne sont pas des textes anti-religieux, primaires et violents, mais des textes travaillés pour faire ressortir ce conflit entre la foi, la vraie, et la folie de cette religion qui s'est tout permis pendant des siècles. Du moins je le comprends comme ça. 

Cette album est un bâton de dynamite dans un bénitier, donc. Tant par la force de ses textes que par la force de la musique. Ce metal hardcore parisien si caractérisque. Ils nous avaient habitués à des choses terriblement directs et nettes. Ici, la musique se fait plus vicieuse, (presque) moins brutale. Comme ce riff d'intro sur 1781. Lors de ma première écoute, c'est vraiment LE riff qui a retenu mon attention. Une guitare clean, assez rapide, mélodique. Le texte, chose ô combien efficace, mêle ce qui semble être une histoire d'amour et la violence de la domination. Les références sexuelles, chez le combo HxC parisien est aussi un thème à ne pas oublier. "A la vie, à la mort, le plaisir de jouer de son corps. A la vie, à la mort, le plaisir de jouir sur son corps". Toujours cette ambiguité des mots, cette recherche d'homophonie quasiment parfaite. 

Une recherche de beauté dans la violence. Une recherche de beauté par la violence, serait peut-être plus exact. Cette recherche d'une mort, physique, morale ou spirituelle, est constante. Dans Amants Damnés "Achève notre histoire, celle des amants damnés. Ici c'est la fin, ici tout commence". Une certaine forme de renaissance dans la mort amoureuse, une recherche d'un autre paradis, une foi pour ce qui a disparu. Ce qui donne une nouvelle piste à la présence importante de la religion : la foi ne serait qu'un passe-droit pour aller vers un monde inconnu. Une sorte de passeport pour têtes-brûlées. 

Je tiens à m'arrêter sur Fahrenheit. Référence ô combien non masquée à Ray Bradbury et son Fahrenheit 451 "Les poètes et les livres brûlent, / ils se consumment dans un nuage de cendre. Il voile l'horizon, / Aveugle la raison, / Eclipse nos noms." Pamphlet politique, aussi, contre la société "inculte, insensisble aux écrits", critique de cette société Orwellienne, où la censure se fait part belle "Toute vérité est contrôlée / Jugés, vous jugerez. / Toute vérité est contrôlée". Petite erreur dans l'impression du livret "Les racines du mal" au lieu de "les pouvoirs de l'image". Mais bon, c'est pas bien grave, on va dire. J'ai vu pire, aussi. 

Le choix des titres aussi, relève d'une certaine puissance poétique. Décembre Acide. Peut-être le plus significatif et le plus énigmatique. Lorsque le groupe nous suggère l'Enfer sur Terre, il va jusqu'au bout de son idée. La mort, l'idée vraiment récurrente de cet album. "La corde à mon pied, la corde à la pierre / Passée par dessus bord".

Que je vous parle aussi du côté engagé/enragé du groupe. Plutôt en retrait de ce côté là, comparé aux autres groupes hardcorde parisien (comme L'Esprit du Clan ou Black Bomb A, 91 AllStars), le groupe se lâche. Le morceau le plus violent et virulent des albums de The ARRS. Morceaux choisis, de la piste Authentiques - Indignés : "J'emmerde tous ces fils de pute, dopés aux vices, violeurs de gosses déchus. J'emmerde ces putains d'intégristes, bâtards de Dieu, leurs vies, leurs sacrifices", mais encore "Putain d'insigne, putain d'emblème / J'emmerde le Jihad, les sectes et tous leurs adeptes. / Je hais les fafs, je hais les macs / L'avenir de l'homme et celui de la femme". Cette guitare de fin, comme un rappel à 1781


Cet album de The ARRS sonne comme le glas. Un rouleau-compresseur broyeur d'âmes, damnées ou non. La folie des hommes, sujet ô combien traité, mais ô combien renouvelé par nous, est au centre de cet album. La religion est un prétexte à la critique de l'Homme, car, il me semble, c'est la religion qui fait l'Homme, et non le contraire (vous remarquerez, au passage, le paradoxe). Ce n'est pas dit explicitement dans l'album, c'est juste une interprétation que je fais. Authentiques et Indignés, les cinq de l'Alien Right Respect Sect ont vraiment sorti un album quasi-parfait, et ce, malgré le changement de line-up. Pour moi, ce changement de line-up a apporté un nouveau souffle au groupe, plus tourné vers des mélodiques metal hardcore et plus seulement hardcore bourrin (pour les néophytes, écoutez les précédents albums, vous verrez bien). Des textes toujours aussi puissants, aussi engagés/enragés. "Quasi-parfait" reste quand même un bien grand mot. 97% parfait serait peut-être plus juste. Les trois pourcents ? Je m'attendais à une plus grande présence de chant clair, au vu du clip Mon Epitaphe (au passage très réussi, et qui résume très bien l'idée de religion qui sous-tend l'album. Et la disco du combo).

Un 18/20, pour moi, cet album étant sans doute la base d'un nouveau départ pour le groupe. Un petit coup de coeur aussi, pour le package de précommande : en plus d'avoir, comme il était stipulé au départ, le cd et un t-shirt, j'ai aussi eu la surprise d'y trouver un poster, un pin's, des autocollants et des flyers. Et aussi pour l'esthétisme de l'album. Simple, sans fioritures, tout comme le nouveau logo. 

Repost 0
Published by Hannibal - dans Chroniques
commenter cet article
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 18:00

Le Pape Benoît XVI va arriver sur Twitter. On va lever deux trois doutes avant, quand même. Déjà, le préparer à la possibilité de voir des photos de lesbiennes tourner en TT, qui se roulent des galloches devant de vieilles puritaines outrées et honteuses. On devrait lui dire, aussi, que non, il ne pourra pas prendre contact direct avec Dieu. Comment dire... On le cherche, pourtant, son Twitter, au type là-haut. Mais bon, il camoufle super bien son IP.

Et faudra lui dire, aussi, à Benoît Croix Vé Bâton, que, même s'il utilise une tablette, ça fera pas de lui le porteur de la voix de Dieu sur Terre. Et que l'iPhone, c'est pas, avec sa taille réduite, un évangile portable. Mais il trouve quand même que la Bible en livre numérique, c'est un peu priceless, quoi. Bah ouais. Mais c'est bien, on peut zoomer, on peut modifier les contrastes, et tout. 

Par contre, le type qui a dit à B16 que youporn, c'était la vie de Marie en image, il s'est fait giclé du Vatican. Vatileaks, j'y crois pas trop, moi... Ou alors le mec en avait vraiment marre d'être sous abstinence, il a fait un truc de bâtard pour se faire dégager.

Bah tiens. Il va venir rajouter son grain de sable au mariage gay, encore, je suis sûr. Du genre "C'est pas propre. Vive #UnPapaUneMamanUnCuré".

AVT_Pape-Benoit-XVI_9655.jpeg

Ce genre de personne qui finira par faire sa messe en 140 caractères. Et qui reprendra la Bible en autant de caractère par versets. Un truc bien short, quoi !

 

Repost 0
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 19:00

MSN va disparaître. Avec lui, tout un pan de ma jeunesse. Comme l'a remarqué un twitto, c'est pas tant une douleur lancinante au fond de mon être, mais une douce nostalgie qui me fait dire "Jeune et con"... et capable du pire pour avoir le meilleur sur sa vie. Cet article, plein de nostalgie et de regard condescendant sur les êtres ayant utilisé ce "pré-réseau social", ne peut être pleinement compris que par ces mêmes êtres qui ont usé et abusé des fonctionnalités, certes intéressantes (au moins un peu) du fameaux MSN Messenger.

Oui, car, pour ceux qui sont nés après 2000, vous êtes, me semble-t-il, trop jeunes pour avoir connu MSN à son âge d'or (et donc lire mon blog en ce moment, CQFD...). A savoir entre 2005 et 2010. Cet âge d'or qui te faisait croire que tout était possible, que tu pouvais envoyer des trucs impunéments à tes potes alors qu'ils n'étaient même pas connectés (ça, c'était la révolution : les messages différés. Ce genre de truc qui te change la vie quand tu trouve une putain de vidéo et que t'as peur de pas la retrouver, à l'époque où Youtube ne permettait pas la fonction "favoris" ou même les playlists (loin, loin, je vous dis !), en fait). Tout plein d'inventions plus géniales les unes que les autres ont permis l'expansion de ce réseau social avant l'heure de gloires des mastodontes que sont devenus Facebook, Twitter et Skype (racheté par Microsoft, en remplaçant de MSN, donc). Renommé Windows Live Messenger, les français (au moins) sont réticents et continuent leur appellation fétiche "MSN" (désuette mais tellement symbolique pour toute une génération). Parce que, comprenez-nous. Nous étions la première génération à accéder à ce vaste monde qu'est Internet sans avoir à se poser de questions. Alors, dialoguer en direct avec ses potes qui étaient loin (ceux qu'on rencontrait en colo), c'était bien pratique.

Je me rappelle encore de cette période, où tout fier, j'étais l'un des premiers à avoir MSN dans mon école (en 2003, donc). Cette fierté de demander aux autres s'ils avaient un ordi. Si oui, leur demander s'ils avaient une connexion internet (je vous parle d'une époque où les modems grésillaient quand ils se connectaient, qu'il fallait se déconnecter si les parents voulaient passer un coup de fil, et si on le déconnectait pas, on se faisait démolir parcequ'il n'y avait pas encore l'illimité à cette époque) et enfin, la fameuse question-Graal "Est-ce que t'as MSN ?", demandée avec cette pointe d'hésitation et de crainte d'avoir la réponse "C'est quoi ça ?".

MSN est surtout connu pour ses facéties en tous genres. Déjà, la typographie. Y'aurait pas eu MSN, on ne se serait jamais retrouvé à considérer le Comic Sans MS comme une police (sérieusement, à part pour des invits de cirque, je vois pas, quoi). Le complot est là : mettre cette police en deuxième position (après le banal Times New Roman) pour que les gens se mettent à voir de l'originalité dans cette horreur (originalité qui deviendra, malheuresement, banale). Le Comic Sans MS, pour ceux qui auraient (voulu) oublié(er), c'est ça : -"Coucou, ça va ?" -"Oui, et toi ?" -"Bien. Quoi de neuf ?" -"Pas grand chose, et toi ?" -"Pareil".  Voilà à quoi ressemble cette fameuse police de caractères. Au début, c'est original. A la fin, ça donne des envies de meurtres. C'est encore pire quand on peut faire ce genre de trucs : "Salut, comment tu vas ?" Pas besoin de vous dire que c'est comme si quelqu'un vous violait visuellement. Et vous avez vu, plus haut, à quoi ressemblait nos conversations sur MSN, fût un temps où on squattait les bancs du collège. 

Ensuite, les mecs de Windows ont eu la bonne idée de balancer ce qu'on pourrait appeler un "MSN Market". Un genre de site où tu pouvais t'acheter des photos de profil, des émoticônes, des  "clins d'oeil" (pour les anciens neophytes amnésiques, les énormes émoticônes qui s'animaient et qui te pourissaient tout ton écran pendant quinze bonnes secondes, où t'étais paralysé par la peur de voir ce genre de trucs), qui remplaçaient un peu tout et n'importe quoi (de l'émoticône de base à un amical "Salut ça va ?") et qui faisait dire à celui qui venait te parler "J'm'ennuie un peu, alors je viens là, histoire de combler un manque". Sur ce même MSN "Market", on trouvait aussi des fonds d'écran de conversation animés (ce truc super utile que tu pouvais PARTAGER avec celui qui était en train de "converser" avec toi). Le fameux, aussi, "messenger plus". Ce truc inutile mais tellement important (je sais plus pourquoi) pour les gens, à l'époque.

Je me souviens, encore plus, des fameux "wizz". Cette fonction qui disait "emmerde tes amis, leur dis pas bonjour, ils sauront très vite que t'as rien à faire", et, soit se déconnecteront, soit te diront purement et simplement d'arrêter de les faires chier. 

C'était marrant, aussi, à l'époque de changer de statut tous les quatre jours et chercher les trucs pertinents à mettre pour que les gens vous reconnaissent, et rient, au moins une fois à des statuts un peu cons du genre "Presque mort, mais pas encore battu par ses parents", sous de jolis couleurs chatoyantes, accompagné d'une photo de profil de votre chat ou d'un caillou (un beau caillou, en photo sur le "MSN Market", t'as craqué, c'est comme ça). Avec, pour aider (et ajouter un contexte), les messages personnels (qui pouvaient être remplacés par un morceau, x ou y, écouté sous une version du Windows Media Player (du old, donc) ou un autre truc qui lisait ta musique, mais pour iTunes, c'était la grosse misère d'installer le plug-in), qui amenait parfois à des clashs sur l'utilité d'écouter telle ou telle musique, qui finissait en "De toute façon, je te bloque, t'es trop con(ne), tu veux rien comprendre" -" Bah c'est pas plus mal, je faisais ça juste pour te caser avec [insérer un nom], mais quand il (elle) va voir que t'es trop con(ne), tu pourras t'en prendre qu'à toi". Finalement, Facebook, n'a rien inventé. Mark, petit joueur.

Et tellement plein d'autres fonctionnalités, aussi. Ce genre de trus désuets, mais tellement importants psychologiquement. Comme la webcam (où les bugs qui duraient plus de dix secondes avaient le droit à un "je me déco, je me reco après, si ça marche pas, on abandonne").




Quelque chose de ce genre là, quoi.
 
Repost 0
8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 21:30

Les gens se pâment en apprenant qu'il y aura une taxe sur le Nutella (le truc préféré des enfants, et même des enfants devnus grands). Ceci dit, à part sur les crêpes et le dimanche matin dans le croissant, j'en mange pas, donc je vais pas crier au scandale (pour le tabac, c'est autre chose, par contre). Bon, je comprends les gens, hein. Besoin de leurs deux tartines de Nutella le matin, leur verre de jus d'orange et un bol de lait pour démarrer la journée. Sinon, c'est ce genre de personne qui tire une gueule de six pieds de long (dans laquelle on peut enterrer un corps, donc), et qui est partie pour couiner toute la journée qu'elle va mal. 

Parce que Nutella, c'est plein de bonnes vitamines, "plein de bonnes choses qu'on peut pas comprendre, nous, humains" (vous aurez remarqué la facilité avec laquelle je cite Les Nuls), plein de trucs dont on ne connaît pas le nom. Cependant, on sait tous très bien (oui, même toi avec la main dans le pot) qu'il n'y a quasiment pas de noisette et de chocolat dedans. Au pire, quelques grammes par pot, et encore... Et là, je vous voir venir, la faucille et le marteau dans les mains en me traitant de vendu à une pâte à tartiner X ou Y (déjà que c'est hyper laid, la conception de "pâte à tartiner". Ca sonne hyper mal, c'est méga moche). Eh bah non, même pas. Sincèrement... Et leur argument, là "Nutella, c'est plein de bonnes choses pour te permettre d'avancer et de grandir". "Plein de bonnes choses" ? Sérieux ? Attends... J'suis sûr qu'y'a des acides gras saturés pas bons pour ton coeur, des tonnes de sucres hyper mauvais pour ton diabète. Et je suis sûr que niveau calorique, c'est comme s'avaler une bonne grosse cuillère d'huile. 

Et l'essentiel de cette mesure, c'est de taxer l'huile de palme, un truc hyper dégueu, produit en énorme quantité parce que c'est vraiment pas cher et que ça remplace à peu près tout ce qui est matière grasse. Donc, s'ils font ça, c'est pour votre santé avant tout. C'est sûr que trois-cent pourcents, ça peut paraître beaucoup comme ça... Mais en regardant certains chiffres, on s'aperçoit que la hausse ne sera que de... six centimes pour les pots d'un kilo. Hé oui. Vraiment pas grand chose, quoi (quand on considère qu'on augmente le tabac de plus de quarante-cinq centimes à chaque fois). Cette augmentation de l'huile de palme (partout, pas que pour le Nutella) vise surtout les fabricants à changer leurs recettes et leur mode de production. 

Alors, c'est qui, les grand baisés des taxes sous Hollande ? Fumeurs ou goinfres ? Faites vos jeux, rien ne va plus !


 
Repost 0
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 18:40

Bon, ça y est. Obama est (pratiquement) réelu (avec les petites facéties du système électoral américain, on sait jamais, en fait, jusqu'en Janvier) aux States. 

Ce genre d'infos super importantes qui influe à mort sur le fil d'actu Facebook et sur la TL de Twitter. Rien n'aurait été pareil si le Mormon (le méchant mormon polygame et croyant) l'avait emporté sur le Président sortant le plus cool du monde (en apparence, au moins, d'après ce qu'en dit Le Monde). Les fils d'actu Facebook auraient été moroses, les TL de Twitter auraient nettement moins relayées cette victoire sans précédent de Mitt... Bref, c'est comme les plaques tectoniques, les réseaux sociaux. Tu sais que ça finira par bouger, sauf que tu sais pas quand ni comment. 

Moi, le truc qui me met sur le cul, c'est la capacité des français à s'intéresser aux élections américaines plus qu'aux élections françaises. Ca me semble complètement con, comme attitude. Qu'on soit satisfait (heureux, c'est trop, je trouve) de la réélection de Barack Obama face à Mitt Romney, je peux comprendre (j'en fais partie, évidemment), mais qu'on dise que la politique américaine est plus facile à comprendre que la politique française "Parce qu'il n'y a que deux partis qui se disputent la place". Mmhh. J'ai vérifié cet argument. En effet, il n'y a que les républicains et les démocrates pour brûler des milliards (oui, des milliards. Mais vous savez, nous n'avons pas les mêmes valeurs, hein. La crise, la crise, c'est vague...), mais il y a d'autres candidats. Lesquels ?... Ben... Si vous vous intéressez à la campagne présidentielle américaine, vous serez capables de me les citer. Sinon, vous êtes juste des suivistes. Je ne les connais pas non plus, le battage médiatique autour de Mitt et Barack étant tellement fort... Sérieusement. Vous y comprenez quelque chose, vous, dans les "grands électeurs", "swing states" ? Si une âme charitable peut me l'expliquer ça serait cool. Mais si vous avez autre chose à faire, faites-le, hein, je ne vous en voudrai absolument pas. Cependant, je crois que la chose qui semble "faciliter" les élections aux Etats-Unis, c'est la présence de "2" candidats (une sorte de second tour à la française, quoi), alors qu'en France, la dizaine de candidat, ben c'est compliqué, ma bonne dame, hein. Ils ont tous des avis différents, ils parlent presque tous de la même chose, comment voulez-vous qu'on fasse la différence, nous, pauvres français stupides ? Et en France, on aura beau dire, mais ce sont des corrompus sur-médiatisés, alors hein... Ouais. Ouais. D'accord. C'est généralement là que je remets mes écouteurs.

Y'a encore un truc qui me chiffone. Peut-être plus que ce que je dis au-dessus. C'est comment on peut soutenir une démocratie terroriste néo-libérale. Et le truc qui vous fait tiquer, dans cette phrase, c'est certainement pas le "néo-libéral" (même moi, j'aurais la flemme de l'expliquer, pour tout vous dire). Par contre, c'est pour le mot "terroriste" que j'ai plus d'intérêt. J'ai lu, dans le cadre de la fac (sinon, je ne l'aurais même pas fait), Noam Chomsky. Ce linguiste, penseur, qui parle de la dominance mondiale des Etats-Unis et qui assimile "la plus vieille démocratie du monde" à un état terroriste tout ce qu'il y a de plus banal. Bush, en 2001, par exemple, en assiégeant l'Afghanistan et l'Irak, il a fait quoi ? Du terrorisme, ni plus ni moins. La Guerre de Corée ? Du terrorisme (et c'est sûrement encore pire dans ce cas-là, puisque les Américains se réjouissaient des attaques contre ce pays asiatique), mais ça, personne n'en parle, évidemment. Comment la nation, née du colonialisme, peut-elle envisager d'attaquer d'autres Etats pour leur imposer son mode de pensée et sa façon de vivre ? Pour la plupart des gens, c'est impensable. Parlez-leur de la France qui a colonisé au XIXe, et là, ça va tout de suite mieux. On n'utilise pas encore le mot "terrorisme", mais presque.

Alors, les néo-américains, vous en dites quoi, de cette présidentielle pas trop trop démocratique ? (mais on va faire semblant qu'elle l'a été, pour la forme et le rayonnement du pays du fordisme, du taylorisme et de la bombe nucléaire...) 


 
georges-w-bush-finger.jpg


Ce 43e Président des Etats-Unis. Un texan, roi du pétrole. Un doigt qui vaut largement un bras (Gérard, t'es pas tout seul, t'inquiète pas). Qui a laissé repartir l'avion des Ben Laden en Arabie Saoudite après le 11 Septembre alors que les voies aériennes étaient fermées. Celui dont le père à fait pas mal de saloperies aussi. Dont le prédécesseur de ce dernier, acteur vénéré et vénéneux du cinéma des années 40, a fait encore plus de mal à la nation américaine en 8 ans. Good Job, Guys ! 

Repost 0
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 21:42

Il m'était difficile de faire un choix parmi les livres imposés. Évidemment, il a fallu que le seul livre que je connaisse soit déjà choisi. Je veux bien faire une analyse de livre, pas de problèmes. Mais quel livre ? Alors, comme la prof s'impatientait de ne pas voir sa feuille revenir, elle m'a dit "Tu sais pas quoi choisir ? Tu choisiras le dernier livre qu'il reste". Alors j'ai attendu la fin. C'est long, une heure de roulette russe littéraire. Le seul qui restait ? Shining, de Stephen King. Je n'avais pas trouvé La Ligne Verte terrible, alors j'ai tendu le dos et j'ai appuyé sur la détente.

C'était pendant les vacances d'hiver, celles de Février, les plus longues, en plus. Mes parents avaient loué un chalet à la montagne. Le propriétaire du chalet nous avait emmené en chasse-neige, si on avait besoin de quelque chose il nous suffisait de l'appeler, il venait. Très grand, pas cher, mais vétuste et mal isolé. Avec l'électricité, quand même, je remercie l'inventeur du groupe électrogène qui nous a permis d'avoir de l'eau chaude, quand même. Je tiens à préciser que je hais le ski, le snowboard, tous ces trucs à la mode qu'on pratique quand on a un peu d'argent de côté. Je trouve ça chiant de monter et descendre sans cesse la même pente. Alors, pendant qu'ils partent skier, moi, je lis. On était à une altitude certaine et conséquente. Il faisait froid, c'était une horreur. Alors je tremblais en lisant Shining. Au début, ça allait, c'était gentil, une famille qui part garder un hôtel pendant six mois. Et... non, finalement. Je déteste par dessus tout que la fiction se mêle à la réalité. Si ce n'est que de la pure fiction, j'arrive à gérer le stress.

Par contre, quand il commence à y avoir des bruits au grenier, quand je suis tout seul en pleine nuit parce qu'ils ont tous été skier by night, c'est moins cool. Alors, je prends la batte de base-ball qui traîne dans le chalet (une batte dans un chalet de montagne, j'hallucine encore), je sors dehors (pour aller dans le grenier, c'est encore plus flippant) et monte à l'échelle. Certainement un oiseau ou un chat. J'entends que ça grogne, je redescends chercher la lampe torche. Je remonte, plus rien. J'ai passé deux jours enfermé dans ma chambre, seul, avec pour seul repas du fromage à raclette et de la bière. C'est qu'on est faible, à seize ans, surtout sans ses parents. Mes parents étaient coincés en bas des pistes, la neige est tombée avec une telle abondance que les accès aux pistes et les routes de sorties, dont celle menant au chalet, évidemment, ont été bloqués jusqu'à la fin des chutes de neige et des vérifications d'usage. J'aurais su, j'aurais eu deux nuits en hôtel gratuites...

Les bruits dans le grenier continuaient, toujours plus forts. Je sortais, tout s'arrêtait, étrange. J'avais l'impression d'entendre des pas, dehors, la paranoïa m'inonde, mon royaume est incertain, mon palais s'effondre, bientôt, il ne restera plus rien. C'est long, quarante-huit heures, seul, dans un chalet, sans électricité. J'essaye tant bien que mal de relativiser, c'est compliqué. J'ai pas dormi depuis vingt-sept heures, j'ai le stock de Red Bull à portée de main. Le drôle d'effet que le résultat du mélange fatigue et Red Bull. Les ombres bougent, maintenant, dehors. Elles font craquer la neige sous leurs pas. "Giant Jack is on my back, now". Qui est mort, qui ? Je veux, je dois savoir. Si c'est pour moi, c'est pas la peine, je me battrai. Les nuits sont longues, le vent hurle comme un mort. Il n'y a presque plus de bois, j'ai froid. Je sais plus quoi faire. Fermer les yeux et mourir, ou les garder ouverts et survivre ?

Saloperie de livre. Saloperie de neige. Saloperie de ski. J'ai jamais aimé ça, de toute façon. Au moment où je sombre dans le sommeil, la porte s'ouvre. Je hurle. Il pose ce qu'il a dans les mains et vient me voir. "Giant Jack is on my back now".

Repost 0
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 21:37

http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2012/11/05/eureka-les-quinze-inventions-du-futur/

Voilà le lien source. 

A mon tour de proposer des inventions.

- Le collier électrique pour personnes influentes et qui contrôlent (presque) tout. Quand on verra Nadine Morano à la télé, on pourra, à faible dose, lui envoyer des décharges électriques, à chaque connerie qui sortie de son gosier. Le risque de mort n'est donc pas à oublier, ça serait dommage de perdre Nadine, mine de rien. Le meilleur élément comique de la France après Franck Dubosc, Anne Roumanoff et Arthur.

- Le laser changeur de couleur de peau. Juste pour faire subir à Copé ce qu'il mérite : devenir un rom. Ah bah oui mais non, ça marche pas, son père l'était déjà. Bon bah on le changera en musulman, on lui mettra un pain au chocolat et on le collera devant une mosquée pendant le Ramadan

- Des postes dans les voitures qui explosent automatiquement dès que les basses dépassent les 410 bpm/s. Exit, donc, l'électro à fond et le rap de merde qui coule à flot dans les bagnoles.

- Un truc qui corrigera les fautes d'orthographe de tous les gens. Ah bah ouais, nan, oubliez, ça existe déjà. Le dictionnaire. 

- Une puce électronique, implantée directement dans le cerveau qui fera avoir un avis critique sur à peu près tout. Du but de la présence de l'Homme sur Terre et de sa place dans l'univers en passant par la capacité à zapper de chaîne quand on tombe sur les Ch'tis à Mykonos (des consanguins chez les homos, traduction littérale) ou lorsqu'on regarde Le Grand Journal.

- L'eau en poudre. A mélanger avec... Non rien.

- La bière sans alcool, pour Sam, "qui conduit et qui ne boit pas". Sauf que de la bière sans alcool, c'est pour les lopettes. Alors Sam tournera au coca, en expliquant qu'il conduit et qu'il ramènera ses potes cadavres en vie chez eux.

- Le détecteur de cons... pour avoir en permanence un horrible "BIIIIIIIIP" au fond du crâne, non, en fait.

- Si vous en voyez d'autres, laissez un commentaire, bande de ... [insérer mot de votre choix] 

Repost 0

Présentation

  • : My Way of Thinking
  • My Way of Thinking
  • : Vous vous rendez compte de ce qu'il se passe dehors ? Non mais allô quoi.
  • Contact