Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 novembre 2012 6 24 /11 /novembre /2012 18:35

- Les fusillades à Marseille, c'est comme la pluie à Caen. Ca finit par ne plus surprendre personne, en fait. 

- L'UMP se déchirera tant que Fillon n'aura pas dit qu'il refuse le siège de président de l'UMP. Comment ça, c'est déjà fait ? Donc la mascarade continue.

- A Bordeaux, le juge Gentil aurait soit-disant confondu Liliane Bettencourt et Ingrid Betancourt. C'est con, ça quand même. Bon, ceci dit, Liliane aurait été envoyée chez les FARC, ça aurait pas été trop trop mal, quoi. Ca aurait un remix d'Un Indien dans la Ville. Un truc du genre La Milliadaire dans la Jungle.

- J'ai appris que Justin Bieber aimait les céréales. Du coup, j'ai fait pareil. Mais j'ai toujours pas mes 40.000 retweets et mes 20.000 favoris. Bande de méchants.

- La vidéo du Gangnam Style est la vidéo la plus vue sur Youtube de tous les temps. Je veux bien, mais qu'on ne vienne plus me dire que j'écoute de la merde. Perso, j'ai jamais touché à ça, et c'est pas grâce à moi.

- Larry Hagman, JR dans Dallas est mort. Ca met donc un point final à la reprise de la série qui avait été annoncé il y a un moment déjà. C'est pas plus mal. Je suppose que ça va être repris dans Plus Belle La Vie, ce genre d'info. 

- Lou Reed publie un livre de photo. Interrogé par Le Figaro, l'espèce de blaireau de critique musical en prend pour son grade, il pose des questions à la con, il n'a que le mépris du génial musicien. 

- NDDL : pour un peu, on se croirait en Indochine, avec les groupuscules de manifestants qui vont dans la forêt pour pas se faire tauper par l'armée régulière envoyée par Manuel Valls. Tiens d'ailleurs. Quand il parle de kyste, il parle bien de l'aéroport ? Non. ah. 

Repost 0
Published by Hannibal
commenter cet article
23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 20:00

"Et yes, Philippe, the feuilleton vire to the psycodramatic scene" . C'est en ces termes que Nelson Monfort serait venu commenter l'élection (qui ressemble plus à un épisode de Plus Belle La Vie, en fait) du "Président" (un guignol, quoi) de l'UMP. J'admets, ça fait trois jours (quatre ?) que je me la coltine, je dois dire, je trouve toujours matière. 

Maintenant que ça commence (un peu, sinon, c'est pas drôle) à se tasser au niveau de la tête du parti que voilà les militants que nous rejouent une scène de Racine. Oui, un gros psychodrame avec des morts, du sang, de la chair, des têtes qui tombe, du sexe, de la baise, du cul, de la violence, des cris, des larmes. Olivier Mazerolle qui explose en plein direct sur BFMTV. 

Le psychodrame de la carte de militant, découpée sans aucuns scrupules, j'en ai encore des frissons, en voyant ce pauvre morceau de plastique écartelé de part en part, explosé en mille morceaux par un militant chamboulé. C'est pas parce qu'on est triste qu'on est obligé de faire mal à une personne qui ne vous a rien fait. D'autant plus une carte d'électeur. Est-ce que vous réflechissez, parfois, les gars ? La petite carte, elle peut même pas se défendre, vous, vous mettez un coup de ciseau dedans. Ca va pas bien, hein. C'est comme frapper un tétraplégique. En pire. 


carte-twitter-ump_scalewidth_300.jpg


Et Copé qui vient couiner, là. "J'ai mal, je suis blessé, horrifié, détruit, abasourdi, tout comme le parti, je cherche des solutions pour me sortir d'une grave dépression. Oui, je vous le dis, mes amis, compagnons de route, souffre-douleur, adversaires, femmes, petits amis, j'ai fait une grave dépression, dimanche. Me voir accablé d'une telle responsabilité, je n'y étais pas préparé. Au fond de moi, je savais qu'il y avait esbrouffe. Le directeur de la COCOE, c'est un de mes plus proches collaborateurs. Les DOM-TOM, c'était son idée. Bourrer les urnes à Nice de bulletins "Fillon" et faire accuser Eric [Ciotti, NDLR] ? Son idée aussi. C'est fourbe. Ca aurait pu très vite jouer en ma défaveur, si les gens avaient eu la jugeotte de se dire "Mais c'est pas possible, Copé est assez fourbe pour bourrer l'urne de bulletins "Fillon" et faire accuser son adversaire de triche". Mais voilà, ça a fonctionné. Maintenant, je viens me repentir devant vous. J'allais proposer à François de reprendre ma place, mais, comme il l'a très bien dit sur TF1, il ne prendra pas la place qui lui revient de droit. Donc je garde ma place d'imposteur, oui, je l'avoue, je le suis. Mais je ne laisserai pas ma place à Alain [Juppé, NDLR], je considère qu'il n'est pas l'homme de la situation. Certes, c'est grâce à lui que le parti s'est mis sur pieds.
                Mais que serait le parti sans la force et le charisme de Nicolas ? C'est pour ça que je vous demande de faire une standing ovation à Nicolas, qui revient d'entre les morts pour reprendre en main notre parti. Qu'il soit mis en examen ou non, il reste notre chef naturel. Qu'il soit mis en examen nous montre une chose : nous savons que nous faisons des erreurs, nos hommes politiques condamnés, on les affiche comme tels, pas comme cette gauche immonde, donneuse de leçon, incapable de gérer un pays sans le faire sombrer dans un marasme noir. Et si vous saviez comme il m'est difficile de voir mon pays détruit petit à petit par ce "président normal" qui se sert de son pouvoir pour aider ses amis. Voyez Jean-Marc Ayrault et son aéroport. Une droite sociale et respectueuse de ses administrés n'auraient jamais laissé faire une chose pareille. Madame Merkel, un gros problème aussi. La gauche est acculée, elle se laisse dicter sa conduite par une femme néo-libérale à moitié folle, à moitié inconsciente. Une droite unie, c'est une droite qui évite à son pays de payer des erreurs commises par les néo-libéraux européens tels que Madame Merkel. Sarkozy tenait en laisse Mme Merkel, il ne la laissait pas gouverner une seule question européenne. Vous, les petits calomniateurs, les suppôts de Satan que vous êtes en tant que journalistes, je veux vous dévoiler l'envers du décor. C'est Mme Merkel qui apportait son café à Nicolas après les repas.
                 Mais j'ai assez parlé de moi, je veux parler de l'amour de mon parti et de ce qu'il a fait pour moi. A l'UMP, à tous mes amis, je vous aime, je dois partir."

Tiens, je ne savais pas que Jeff écoutait du Megadeth. 

Repost 0
22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 21:04

- L'UMP, c'est, depuis 2007, un parti comique. Ils essaient de verser, quelque fois, dans la tragédie, en parlant de trahison ou de trucs comme ça, mais leur premier choix, ça devait être "Théâtre de Vaudeville". Alain Juppé, fondateur, qui a refusé de lire les conditions d'utilisation. 

- Parce qu'on a cherché quelque chose de plus rapide pour retourner des vestes, on a pas trouvé. Même l'Ancien, le "Grand", le Respecté y va même de sa pique, en disant que "pour un premier ministre, ne pas faire plus de 50% à une élection interne, c'est [un peu minable, surtout face à un fils de trou du cul proctologue]"

- Sarkozy : sur la pente glissante, convoqué par le juge Gentil (pour le coup, il le sera un peu moins, hein). Pour le parti qui prône la rigueur morale, tu parles d'un exemple. Mais apparement, pour eux, et surtout pour Nadine, il reste le seul qui ait sorti l'UMP du gouffre. Sauf que quand on est un gouffre, on a pas conscience d'en voir un. Voilà voilà.

- Jean-François qui tient à son trône de Roi du Monde. Bah si, c'est ça. Bon, il a lâché un peu de lest pour aller discuter avec Fillon et Juppé, mais bon. Ce mec est un rapace. Quand il est capable de placer "chicaner" dans une phrase, on se dit que le niveau est là. Mais pas vraiment bien réparti, en fait. Il aurait aimé les belles lettres, Jeff, il aurait pas pris Morano comme soutien, cela coule de source. Nadine, ce roquet qui gueule mais qui mord jamais. 

- Romney peut aller se rhabiller avec ses soutiens de Chuck Norris et de Clint Eastwood. Quand t'as le soutien de gens aussi influents que Faudel, Mireille Matthieu ou Gérard Depardieu, ben tu sais que t'es parti pour fritter tout le monde. 

- Quand on critique le PS parce qu'il y a eu de la fraude à Reims en 2008, on évite de faire pareil quatre ans après et de venir pleurer parce que vous, ben vous aviez fait ce qu'il fallait pour que ça n'arrive pas. Par exemple, laisser Eric Ciotti bourrer les urnes de Nice avec des bulletins Fillonistes. Après, ce qu'il bourre, hein, ça regarde personne, mais pas les urnes, enfin !

- Quand t'as un institut dont l'acronyme est "COCOE", tu m'étonnes que tu vas passer une semaine de merde. Encore plus quand tu découvres que t'as convoqué la "CONAR" pour le recours, tu te dis que t'es vraiment mais vraiment dans un délire complet.

- Quand on propose Alain Juppé pour régler le conflit et que tu penses directement à "Mais il est pas mort, lui ?", c'est que vraiment, ce n'était pas la bonne personne pour régenter la maison.

- Quand Copé reçoit le soutien, à demi-caché, de Christine Boutin par coup de "François Fillon n'a rien à dire, il a perdu, c'est un lâche" touça touça, tu te dis que ça cache pas loin de 800.000 euros, ça. Pour que Christine prenne la défense de ce pauvre JF, persécuté par ses camarades qui ne reconnaissent pas son aura naturelle de chef naturel du parti naturel de la France.

- Quand tu vois que le bouquin de Copé titré "Promis, j'arrête la langue de bois", c'est que vraiment, l'amnésie a fait un carton à droite. 

Repost 0
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 19:10

Je pensais mon article d'hier définitif. Et bien non. Après une "soirée" (de 24h) électorale, on croyait que Jean-François Copé en était sorti vainqueur. Partiellement détruit, mais vainqueur quand même. François Fillon a totalement démoli cet espoir aujourd'hui. 

Quelle ne fut pas ma joie de "sale gôchiss de merde" de voir ça ! Encore un peu d'animation ! Chouette ! François Fillon qui revient à la charge et qui affirme que les votes en Outre-Mer n'ont pas été comptabilisé. Soit Copé reste, et il passe pour un raciste xénophobe, soit c'est Fillon et tout ira(it) bien (mieux ?). Mais Copé refuse de lacher son steak (oui, la métaphore animale, oui. Que quelqu'un ose me dire que ça ne correspond pas), au profit de Droopy, sous prétexte que c'est lui qui a gagné. L'argument béton. Il prévoit aussi de ressortir les résultats de Nice, rien que pour lui mettre un peu sur la gueule. Jean-François refuse de "chicailler" avec François. Il essaie de tendre la main, en affirmant que "le temps électoral est terminé". En gros, c'est "François, je t'ai démoli, maintenant t'arrêtes de me saoûler, et de me mettre des bâtons dans les roues. C'est moi le président ! Alors tais-toi et cire mes pompes". Peut-être pas, mais presque.

Voilà une interview de Copé, où il semble partiellement irrité qu'un "ancien premier ministre qui n'a pas pu faire plus de cinquante pourcents soit battu" cherche des embrouilles.

Puisque la platefrome à l'air de vouloir me pourir mon article, je vous mets directement le lien de la vidéo. JFC entube FF.

Repost 0
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 22:05

Il était important de ne pas passer à côté de ce genre de choses. Ces choses qui changent radicalement un pays. Ou presque. Ce genre d'élections tellement importante, que, lancée il y a plus d'un mois (officiellement), maintenant, on s'en cogne presque. Voire totalement. Non parce que le problème est fondamentalement là. Les deux guignols (exactement) ont voulu croire à une élection nationale. Prise d'assaut des plateaux télé, des radios, de Twitter. Pas un seul endroit de la sphère médiatique n'aura été épargné, bien au contraire. Gueuler plus fort que l'adversaire, ça semblait être ça, leur slogan, à l'UMP. Copé a été plus direct. Pains au chocolat, tout ça... 

Le mieux, ça restera sans doute le dépouillement en 24h. Un petit côté Chaplin, je crois. Où les ficelles sont énormes, mais tu rigoles quand même parce que c'est légèrement pitoyable. Mais pitoyable dans le sens ridicule, hein. La critique est, certes, facile. Mais bon, à droite, personne ne se gêne pour écraser le PS et les autres partis de gauche. Alors là... Autant vous dire qu'après les événements de dimanche, je suis légèrement tendu en ce qui concerne les gens cons et bornés.

Donc, dans cette guerre de cour de récré (ni plus ni moins), c'est le type le plus cynique, le plus cruel et le plus vicieux qui aura donc fini par l'emporter ? A la loyale ? Vous déconnez, on parle de l'UMP, quoi. C'est comme demander à Nadine Morano de revoir son lexique ou à Lionnel Luca d'utiliser un Bescherelle. Tu veux, mais ça se fera pas. Ici, seulement 98 voix séparaient les deux candidats. Alors que, dans certaines villes, il y a quasiment deux fois plus de votes que le nombre d'inscrits. Bourrage d'urne. Pourtant, tous les jours, y'a de bourrage de quelque chose, on en fait jamais toute une histoire. Ils ont ouvertement critiqué le PS pour ses primaires truquées. Bah écoutez les gars. Vous n'avez pas été capable de faire mieux. Pire, même. Et bon. Je veux bien qu'ils critiquent les primaires du PS. Mais dans ce cas, qu'ils ne refassent pas les mêmes quatre ans après. Comme si les socialistes avaient besoin qu'on les compare encore plus à la droite...


Nouveau-logo-ump-cope-fake-sblesniper-800.jpg 

Repost 0
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 21:55

La rue s'étendait sous ses pieds. Les crânes se brisaient sur le macadam, le sang giclait. Elle était stoïque, marchait au milieu de la rue. Elles traînaient avec elle un sac. Un grand sac en toile, d'où le sang perlait. Son katana dans l'autre main, elle s'en allait tranquillement. Pas de haine, elle était sévère, pas anxieuse. Un moment de doute quand elle s'arrêta, sembla vaciller. Elle se reprit. Cela faisait quarante heures qu'elle n'avait pas dormi, craignant pour sa vie. Les morceaux de verre brisés craquaient sous ses pas. Elle n'avait pas froid, on était pourtant début Février. La neige tombait abondament, le ciel était blanc et les nuages découpaient leur forme grise sur cette toile de ciel. Pas de soleil à l'horizon, pas de ciel bleu. La mort, partout. Tout le temps. Le chaos s'abat sur Terre. Une pluie de feu se met à tomber. Tellement énorme qu'elle est obligé de se cacher. Et alors, elle regarde le miroir. Un trou béant dans sa poitrine.

____________________________________________________

La grande mascarade prend fin. Les masques tombent, les uns après les autres. Les hypocrites se suicident, plus de vie sociale, tout prend fin. Tu regardes le ciel, les étoiles se meurent. Le monde semble se replier sur lui-même. Ton esprit est comprimé,  tu hurles comme une damnée. La terreur d’imploser. La terreur de ne plus pouvoir penser. La mort te regarde en face, ses grands yeux vides te fixent. Tu hurles, tant que tu le peux encore. Dans l’espace, personne ne t’entendra crier. Ta tête est lourde, tes yeux se ferment, lentement, comme un papillon qui s’éteint. Et la mort s’approche, elle est de plus en plus proche. Ta tête tombe lourdement. Tes yeux s’ouvrent, une dernière fois avant la mort. Et tu le revois, lui. C’est lui qui t’as tué.  

Repost 0
18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 18:10

Décidément, les chrétiens ne valent pas mieux que les intégristes musulmans qu'ils dénoncent comme la peste. J'en veux pour preuve les manifs de Civitas. Un espèce de marasme immonde qui ne représente pas ce qu'est la religion à la base. C'est pas Jésus qui a dit, les yeux embués de larmes et pleins de peur, "Aime ton prochain comme toi-même" ? Si, je crois bien. A moins que cela ne soi son père (mais lequel ? Celui qui a engrossé Marie la "Vierge" ? Ou celui qui est un papa charpentier, par procuration). Parce que, même si les deux papas de Jésus ne vivent pas sous le même toit, ne se tiennent pas la main et ne se font pas des choses immorales et "contre nature" (et encore, on n'en sait rien, en fait, de quel bord il est, Dieu). Non parce que, sérieux, c'est bien beau la morale catho. Sur le papier. Parce que quand t'apprends à tes enfants qu'être homosexuel(le), c'est que Satan et dans ton corps et qu'il faudrait peut-être envisager de faire un exorcisme ou un truc dans le genre. Je ne vois pas comment on peut, en plus, critiquer l'éducation d'enfants par "deux parents de même sexe" quand on éduque les siens dans la haine du sodomite et de l'impur. Sérieusement... Quand j'aurai des gosses, je les éduquerai dans la haine du prêtre et de la soutane. Mais pas trop, j'aurai pas envie qu'ils virent extême-droite, quoi. Juste assez pour qu'à leur tour, ils puissent dénoncer ces magouilles entre politique et religion, hein Christine ?

Sérieusement, Jésus doit faire la toupie sur sa croix, là. On peut même pas dire que c'est une horloge, il doit aller beaucoup trop vite.

J'aimerais savoir ce qu'en pensent les hautes autorités religieuses de notre pays, les plus médiatiques comme le saint André Vint-Trois. Mais aussi, et surtout, savoir si Benoît XVI va condamner ces manifs. Mais plus important que le résultat qui impactera les religieux, j'aimerais savoir comment les politiciens vont se sortir de cette merde noire qu'est l'intégrisme catholique. Faire dissoudre Civitas (violences, non respect du droit d'autrui,...), ce qui me semblerait être la meilleure des choses à faire, ou alors laisser ces dangereux encore en liberté, capable de violence ? Quand c'est pour "casser du bougnoule" (je dis ça, c'est juste pour tenter de faire réagir, parce que non, je suis pas comme ça), y'a du monde qui monte au créneau (notamment contre les prières de rue et sur le sujet des mosquées, débat paradoxal, s'il en est), mais pour condamner le gentil catho qui aime son prochain, mais en fait non, y'a plus personne. Je hais ce monde, je hais cet obscurantisme, celui qui aveugle les peuples plus qu'il ne les guide.

Mais ceci dit, tous les cathos ne sont pas à mettre dans le même sac. Comme pour les musulmans, vous avez les intégristes et les autres. Ceux qui veulent pratiquer leur religion tranquille sans se faire emmerder par des extrêmistes.


A7_WtrOCUAERcLk.jpg

Je vous laisse méditer sur cette photo. Qui est en tort ? Cette femme qui contre-manifeste seins nus ou ce connard rétrograde, caché sous capuche, écharpe, casquette qui essaie de la savater ? Réflechissez bien la dessus, la religion est bien plus rétrograde que ce que l'on essaie de nous faire penser aujourd'hui. 

Repost 0
17 novembre 2012 6 17 /11 /novembre /2012 18:45

Ivre, il écoute Slayer et se met à bader. Si, c'est possible !

Quand le monde semble enfin toucher à sa fin, tout l’univers se rétracte sur lui-même. Se passe alors ce laps de temps, à la fois court et long, temporel et intemporel. Mais malsain. Tellement malsain que vous en avez des nausées. Ça vous comprime les côtes et vous avez du mal à respirer. Et alors, la lumière se fait. Une lumière noire. Le soleil lui-même est noir. Noir comme le charbon. Désincarnée, la vie se refait, un peu différente. Les êtres ne ressemblent plus à des êtres. Amas de vide et de poussière, de matière noire et de particules de lumière, plus rien ne sera jamais comme avant. Vous vous faites une certaine idée de l’apocalypse. Et alors, vous vous voyez en contre-plongée. Et vous comprenez. Que tout ceci n’est qu’une vaste mascarade. Qu’on essaie de vous cacher votre mort, de vous gâcher votre vie. Les chaînes qui vous lient cassent une à une. Les chaînons hurlent comme des êtres mourants. Votre esprit n’est que boule de nerfs compressée et hurlante. Vous ne savez pas, vous ne savez plus. Au final, qu’est-ce que mourir ? Se désintégrer, laisser son âme divaguer, ne plus avoir de besoins physiques. Ferme les yeux, regarde au plus profond de ton âme, oublie ton nom, petit à petit, deviens FOU ! Tu te détruis, petit à petit, sans t’en rendre compte, tu commences à quitter cette enveloppe charnelle, ton âme se fait plus pure, tu comprends les méandres et les mécanismes de l’univers, tu accèdes à un supplément de réalité. D’un coup, la lumière t’arrache de cette demie rêverie et tu te mets à hurler. Pourquoi ? Pourquoi te faire ça maintenant ? Alors que tu allais tout comprendre, tu oublies finalement tout. Tu pleures parce que tu as froid, faim. 


 
Repost 0
Published by Hannibal
commenter cet article
16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 20:40

Le maire de Bugarach (mais si, vous savez, cette petite commune présumée pouvoir TOUS vous sauver de la fin du monde) a décidé de faire interdire l'accès à son pic. Sans aucun mauvais jeu de mots, bien évidemment. Parce que le pic de Bugarach, c'est un peu comme Avast. Tout le monde connaît ses soit-disant propriétés, mais personne ne l'a jamais vu fonctionner. Seuls quelques rares individus remplacent le fameux "La base de données a été mise à jour" et te disent que, oui, c'est bien capable de faire quelque chose. 

Non mais de toute façon, croire qu'un pic te protégera de la fin du monde, c'est complètement con. C'est comme croire que pour empêcher un truc de trop cuire au micro-onde, on le met dans une boîte en ferraille. Ca fera plus de mal que de bien. Non, le truc qu'il aurait fallu, c'est les laisser construire un abri souterrain. Et faire comme les Allemands en 1961, les bétonner en une seule nuit. Là, ça aurait marqué les esprits et tout le monde aurait bien vu que non, Bugarach n'était pas un endroit sûr. Bon, évidemment, c'est la survie de personne qui est en jeu. Mais bon, les illuminés de Bugarach, c'est qu'ils n'ont plus rien à perdre, s'ils sont là, quoi.

Enfin moi je dis ça, mais bon. Les gens croient en ce qu'ils veulent. Y'en a qui disent qu'on va tous clamser. Soit, c'est leur choix. Moi, je pense que Dieu aura le sens de l'humour et fera juste en sorte pour que les gens qui sont déjà sur le pic de Bugarach se prenne un truc sur la gueule. Du genre une météorite ou un coup de tonnerre. Mais Dieu ne peut pas laisser la connerie perpétrer comme ça. Il s'est déjà vengé des sorties douteuses de Christine Boutin en envoyant un séisme et une inondation, alors il peut bien faire quelque chose pour les illuminés de Bugarach.

Je comprends que le maire veuille interdire l'accès. Imagine tu te retrouves avec un Woodstock géant, sans musique, sur le pic de ton bled. Non, je rage, moi. 


7642259740_le-village-de-bugarach-refuge-pour-echapper-a-la.jpg 

Repost 0
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 21:15

Le National Geographic propose de vous faire gagner un abri anti-atomique. Je veux bien. Mais déjà, faut répondre à des questions de culture générale sur la façon de préparer et d'aborder une attaque nucléaire, naturelle ou X truc un peu apocalyptique (même un concert de black metal post indus grungecore norvégien. C'est dire de la puissance de protection de ce bordel). Mais surtout, c'est que c'est hyper pratique. C'est le seul endroit assez bien pensé pour pouvoir faire rentrer six personnes dans huit mètres carrés. Si c'est pas classe, ça. Vous vous marchez dessus toute la journée, vous passez le temps à vous prendre la tête pour rien, et le premier qui dit "J'vais me calmer dehors", ben il a perdu, quoi.

Par contre, j'aimerais savoir ce que ça fait de se dire qu'on sera peut-être coincé avec des gens qu'on supporte pas. Bah oui, réflechissez. Si toute votre famille claque, que cinq autres personnes survivent, vous allez pas faire le connard ? Si ? Bande de putes. Bon, vous êtes un peu altruiste et vous décidez de faire une place à ces gens que vous connaissez vaguement. Le connard qui vous crache dessus tous les matins prétextant des glaires trop intenses, la vieille blonde péripatéticienne qui fait le pied (mais pas que) devant votre immeuble, la grand-mère du septième étage (vous vous demandez comment elle a réussi à survivre, elle) et son roquet à la con auquel vous foutriez bien des coups de latte (NB : ce chien ne compte pas comme une personne, même si ça propriétaire prétend le contraire. Mais pour notre exemple, c'est mieux que ce soit un banal chien à la con), le jeune cadre dynamique qui cherche l'amour, la jeune fille blonde, vierge et trop romantique sur les bords qui est arrivée pourchassée par une meute de chiens enragés que le jeune cadre dynamique a fait fuir, vous savez pas trop comment, et vous n'en avez rien à foutre.

Première heure : tout le monde est en état de choc, personne ne bouge, ni ne parle.
Deuxième heure : la vieille blonde veut fumer une clope. Vous lui dites que non, c'est impossible. En effet, vingt-cinq centimètres de béton armé, ça laisse pas respirer, quoi.
Deuxième heure et trente minutes : la péripatéticienne décide de sortir fumer sa clope. Elle tambourinera cinq minutes plus tard pour rentrer. Vous ne lui ouvrirez pas. Elle l'a cherché. Et en plus, elle puait la vieille vinasse.
Quatrième heure : le chien veut aller faire ses besoins. Vous maudissez décidément la vieille de s'en être sortie. Déjà au départ, vous pouviez pas la blairer, mais là, c'est le summum. 
Quatrième heure et deux minutes : vous ne supportez plus d'entendre le chien couiner et gratter à la porte. Vous entrouvrez donc cette dernière, assez pour faire sortir le chien, mais trop peu pour que la blondasse puisse y passer un bras. Le chien ne rentrera pas, vous aviez prévenu la vieillle dame. Qui demande elle aussi à sortir. Vous la laissez sortir. Elle ne rentra plus. Et elle se fera bouffer par les loups. 
Sixième heure : le connard glaireux fait un arrêt cardiaque parce que c'est pas assez ventilé et qu'il est claustrophobe. Vous avez gagné, vous l'avez eu. 
Dixième heure : vous regardez depuis quatre heures le jeune cadre dynamique et la jeune nymphe batifoler comme si de rien n'était. Quand les galloches deviennent trop profondes, vous leur demandez si vous ne les dérangez pas. Ils vous demandent de les laisser seuls. C'est votre abri anti-atomique, vous protestez. Ils déguerpissent. Vous les entendez forniquer, puis hurler. Les loups, sûrement. Enfin seul !
Deuxième jour : le cadavre du gros commence à puer. Vous songez à vous en débarasser. 
Troisième jour : ça devient insupportable, vous le traînez jusqu'à la sortie et le balancez... pour vous apercevoir que dehors, tout le monde va bien. 

Ceci est un récit de fiction quant à une probable fin du monde. Toute ressemblance avec la réalité serait complètement con, je vous l'accorde. 

Repost 0
Published by Hannibal
commenter cet article

Présentation

  • : My Way of Thinking
  • My Way of Thinking
  • : Vous vous rendez compte de ce qu'il se passe dehors ? Non mais allô quoi.
  • Contact