Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 18:08

Pochette-EP.jpg


Je suis tombé, totalement par un total hasard pas fortui, sur l'EP d'un groupe qui s'appelle La Bite et Le Couteau, groupe Ô combien intellectuel. Paroles sensées et musique recherchée (bien qu'il n'y ait pas de paroles et qu'ils se contentent de faire du "pompage", pour reprendre leur mot) sont le fait de ce groupe montant en puissance au fil des concerts. 

Un premier EP décontenançant, qui souffle sur les braises de ce melting-pot d'influences que ce doit d'être la musique. Ils se sont cassés le cul pendant trois jours (les 24, 25 et 31 Décembre, en plus) pour sortir dix minutes de pure folie musicale. Une musique aux abords de new-wave tibétaine post-trans, qui touche au sublime pour certains morceaux, puisque, touchés par la grâce, les deux comparses vont jusque dans des improvisations de black metal chrétien, inspirées par les toutes puissantes déesses Frigide Barjot et Christine Boutin. Pour les avoir rencontré, je peux vous assurer que ce sont des gars simples (ils viennent de Haute-Saône, on peut pas s'attendre à des flambées d'intelligence, hein), impliqués dans ce qu'ils font. La Bite et Le Couteau, c'est une histoire d'amitié, un truc de longue date (un peu comme Rox et Rouky, en moins tragique) entre Jéjé (Rox, à la guitare et au hurlement sur Buscail) et La Floche (Rouky (j'aime tes mèches rousses flamboyantes) à la batterie). 

Un EP d'une telle qualité mérite une écoute approfondie (ne venez pas me dire que vous n'avez pas dix minutes, s'il vous plaît), au casque, dans le noir et, si possible, avec une bonne bière. Pour plus de confort d'écoute (et ne pas finir votre bière en dix minutes), vous pouvez prolonger sur le très bon Back to Motor City, des Electric Worry. 

Dans les influences, les deux Vésuliens affirment refaire "l'histoire du rock, avec beaucoup moins de talent". A savoir, les Thee Oh Sees pour le morceau Staribeauf, Pneu pour Buscail (comme le dit La Floche "certains nous diront même que c'est du pompage"), un riff sompteux digne d'un Tom Morello amputé d'un bras pour Pilou. Leur dernier morceau, Mac Doom, est une référence à Vincent Mac Doom, comme l'a précisé Jéjé. "On cherchait un truc avec Doom dedans, pour rendre hommage au genre. Donc oui y'a un peu de Vincent dedans, mais pas que. Ça peut aussi être un menu Mac Do ou un truc comme ça". 

Modestes, La Floche et Jéjé ont enregistré chez un ami, Guillaume Renahy, qu'ils connaissaient depuis le collège et qui a déjà enregistré les EP de leur ancien groupe (Rogan Josh). Pourtant, de gros producteurs s'étaient intéressés à cette machine de guerre qu'est La Bite et Le Couteau : Rick Rubin, Brian Eno, Jay-Z... Marqués des valeurs Haut-Saônoises, prônant l'amitié par rapport à l'argent (faut dire que c'est plus facile d'avoir des amis que de l'argent, là-bas), La Floche et Jéjé se sont tournés vers un son typiquement Haut-Saônois, faisant raisonner les caracasses de voiture Peugeot tout en envoyant une forte odeur de Gandeuillots et de Griottines. 

Fortement attachés au patrimoine culturel de leur ville, les deux Vésuliens nomment leur EP Fondue Chinoise en l'honneur du festival international des cinémas d'Asie (encore que...).

La pochette est d'une rare finesse, faisant référence à "ce qui fait bander" de par la Haute-Saône : les tétés avec du scotch, la bouteille de Ballantine's, le chat. Purement figuratifs, la batterie et le cintre ne sont pourtant pas là au hasard. Tout est pensé, tout est calculé. Certains diront que ça ne mène à rien. Et si c'était ça, l'art ? L'art de faire beaucoup avec p(n)eu ? 

On pourrait utiliser cela comme conclusion : La Floche et Jéjé reviennent au fondement de la musique : de la sueur et de l'alcool. Pas de grosse prod, pas de coke dans les coulisses, une bouteille de whisky pour se chauffer. L'esprit de Lemmy rôde encore autour du studio de Guillaume Renahy, lui qui a insufflé, à La Bite et Le Couteau cet élan musical si fort qui leur a permis de sortir un premier EP flamboyant (deux morceaux de moins de deux minutes, un de quatre et un de trois) qui, espérons-le, appelera à lui ses petits frères LP qui produiront un son apte à décrasser les oreilles de bikers les plus encrassées. Et si ce n'était pas ça, le concept fondamental de la musique ? 


Ici, vous trouverez le lien de leur bandcamp (ou vous pourrez télécharger leur EP, c'est légal. Et gratuit. Non, y'a pas de piège) : http://labiteetlecouteau.bandcamp.com 

Ici, le lien facebook (si vous aimez, faites tourner, ça leur fait plaisir) : http://www.facebook.com/LaBiteEtLeCouteau?fref=ts 

Repost 0
Published by Hannibal - dans Chroniques
commenter cet article
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 18:27

Après avoir poussé un coup de gueule contre les fascistes et les antifascistes, j'aimerais pousser un coup de gueule envers ce milieu qu'est le rap (français ou non, c'est pas bien grave, en fait).

Pourquoi ? Parce que je trouve étrange qu'on donne tant de place à une musique graveleuse, misogyne (qui peut me citer des nanas en baggy et avec des casquettes NY vissées sur le crâne ayant réussi à percer ? Et oubliez Diam's, ça compte pas) et violente dans une société où l'on prône le contrôle de soi, le respect de la femme et la non-violence. Sérieusement ? C'est pas du discrédit total pour les deux côtés concernés ? De un, le rap qui se retrouve le cul entre deux chaises, à devoir faire des chansons tiédasses pour un public qui veut de la baston et du sang. Et de l'autre, la société qui est maintenant obligée de légitimer les artistes rap parce que c'est "mainstream" (et que le mainstream, ba cé cool parske tu entands les artists ke tu émes bi1 sur toute les chénes de télé et a la radio. SKYROCK BG !) et que l'élite culturelle bobo y voit les nouveaux Indignés d'une société qui tombe en lambeaux (un beau tas de conneries, oui). Non, pas d'accord. Et ce, pour deux raisons. De un, le rap n'a pas vocation à être mainstream. Comme le metal, c'est une mouvance souterraine qui n'a(vait) pas vocation de s'extraire de ce monde-là (excepté les premiers groupes qui ont fait le genre). De deux, le côté mainstream tue la musique. D'un coup, tu te retrouves propulsé en avant, tu ne sais pas quoi faire, tu dois t'adapter, ton public change très vite, tu commences à remplir des énormes salles. Et tu te retrouves là, à devoir souffler le chaud et le froid pour garder tes anciens adeptes et en ramener toujours des nouveaux.

Le truc d'autant plus moche, c'est que le rap a récupéré un filon en or : celui des jeunes en manque de repères : comme le punk au début des années 70, le rap se prétend "musique des indignés et des sans repères" (un truc de filou, puisque tout le monde a des repères, en fait). Et c'est là tout le problème : faire croire à des jeunes qu'ils ne peuvent rien faire s'ils rentrent dans les codes.

De plus, on assiste à une éternelle ritournelle du rap : sa persévérance à vivre dans les années 90. Aucun rappeur ne s'est-il aperçu que la société a changé en 20 ans ? Ils pensent toujours que "niquer la police", c'est classe. Ils pensent toujours que la femme est uniquement à considérer sous son aspect de "vide-burnes" et de femme-objet. Ils pensent encore que si tu ne vis pas dans les cités tu n'es pas du même monde. Ils pensent encore que si t'es blanc, tu les détestes (un peu comme les fachos qui te disent que si t'es typé maghrébin, t'es un bougnoule, quoi). Un rap pour choquer Marie-Catherine de la Feuillante qui trouve horrible qu'on puisse dire que "la 6T c'est de la merde et qu'on devrait tous avoir la tehon de notre vie si on dit rien". Un rap so 90's, qui, au lieu de traiter, à sa manière, les problèmes de son époque, préfère traiter les problèmes d'une génération dorée du rap, celle des années 90 qui leur a donné confiance en ce qu'ils faisaient (légitime mais complètement contre-productif, puisque les années 90 ne sont pas les années 2010... Captain Obvious, yay !), celle qui a eu une portée symbolique car elle arrivait après deux décennies de chansons tiédasses (autant française qu'étrangère) et que ça apportait un sang neuf, un style totalement inconnu, qui vocifère sur la société sur un flow lyrique et puissant. Tout le contraire de ce qui se fait aujourd'hui. Les basses sont légitimées et portées en seul instrument, le flow est réduit à un simple ruisseau et les paroles ne représentent rien.

Bien que je sois très critique, je conçois très bien que le rap n'est pas que ça. Qu'il n'est pas seulement une machine commerciale avec des codes préétablis par des majors. Le rap, c'est aussi un univers qui permet de cracher sa détresse comme aucun autre, il permet de fédérer de vrais amateurs de musique (je parle du rap underground, celui qui a encore sa fierté, qui s'assume même s'il galère à remplir des salles) et permet de déconstruire une société du culte de plus en plus forte. 

Repost 0
Published by Hannibal - dans Réflexion
commenter cet article
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 19:13

9558.jpg

Sincèrement. J'ai été aussi dégoûté à mort, mais vraiment, d'avoir la capacité de me dire que Metallica ait pu pondre une bouse pareille avec Lou Reed (qui, pour moi, était juste le mec qui chantait Walk On the Wild Side).

La première écoute m'a mis les larmes aux yeux, sérieusement. Après le désastreux Death Magnetic (pour dire, je trouve même, par certains aspects le St.Anger meilleur), je me suis dit qu'on ne pouvait plus rien faire pour sauver le combo californien.

Et, petit à petit, j'ai commencé à me dire que cet album ne pouvait pas être complètement mauvais (faut dire qu'ils ont fait fort en balançant The View comme single, le seul où James hurle qu'il est une table. Je dis ça, hein...). Et après, j'ai réécouté l'album en entier. D'une seule traite. Des morceaux me laissent dubitatifs, c'est sûr. Et c'est obligé. Et je pense que c'était, à la rigueur, le but recherché par les deux entités : un truc hybride que ni les fans de Metallica ni les fans de Lou Reed (s'il restait des fans de Lou Reed, cela va de soi) ne prendraient pour eux. Et ça, je pense que c'est le vrai but d'une collaboration entière, cette chose qui ne peut pas être réalisée sur un duo ou un featuring : faire en sorte que deux univers puissent se confondre et qu'on ne puisse pas les discerner tellement ils sont imbriqués l'un dans l'autre.

Pour moi, le morceau le plus fort de cet album, ça reste Cheat on Me. Un morceau avec une vraie atmosphère, une vraie recherche musicale pour faire coller les deux univers. Quand y'a tous les instruments qui rentrent, ça commence à prendre de l'ampleur, petit à petit. C'est pas Metallica, c'est Lou Reed et son power band Metallica, c'est totalement différent. C'est comme si on disait que Chickenfoot, c'était pas Van Halen ou que Them Crooked Vultures, c'est pas QOTSA. C'est bel et bien des entités différentes, y'a pas à tortiller du cul pour chier droit.

Donc, je mets pas une note exceptionnelle à cet album (un six sur dix) parce qu'il ne le mérite pas, objectivement parlant : avoir fait une telle comm pour un résultat aussi décevant, ça me fait pas particulièrement bander. Mais au moins une petite moyenne pour que le monde cesse de conchier à la gueule de Lou Reed et Metallica une fois pour toute. Et je le repète, cet album est peut-être meilleur que certains morceaux de Metallica, et au moins, ça les a ouvert à d'autres projets que leur carrière solo qui les a mené loin (et surtout à cette horreur qu'est Death Magnetic).

Parce que j'ai pu comparer les deux Metallica : avant et pendant l'enregistrement de Lulu. J'ai été voir (au cinéma) ce concert qu'est Français Pour Une Nuit. Tout y est attendu, pas de grosses surprises au niveau du set, ils avaient l'air empâtés sur scène, ne bougeant presque pas. Le set était, pas décevant, ça serait injuste, mais comment dire... Trop conforme à ce qu'on peut attendre de Metallica. Grosso modo, une setlist dictée par le fan : on met pas de Load / Reload parce que le fan trouve ça nul. On évite d'aller au maximum vers St.Anger parce que ça rappelle trop de mauvaises choses (ce qui me semblent être un argument assez fort pour dire qu'on ne veut pas jouer cet album en live. Plus que de dire que c'est parce qu'Hammett ne fait pas de solo). Et j'ai eu la chance de les voir au Sonisphere. Ils avaient récupéré une certaine énergie, une nouvelle envie de jouer, j'ai trouvé. Et j'ai pas été le seul à penser ça. Le plus surprenant ? Qu'ils aient eu l'audace de faire The Memory Remains et que le public ait suivi de bout en bout. Et ça, c'est beau. Et merci Lou Reed de nous avoir rendu le Metallica qui nous manquait à tous.

Repost 0
Published by Hannibal - dans Chroniques
commenter cet article
17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 18:55

I Don't Care ft. Adam Gontier (Three Days Grace)




Bitterseweet ft. Ville Valo & Lauri Ylonen (HIM & The Rasmus)




One ft. Metallica




Bring Them to Light ft. Joe Duplantier (Gojira)




I'm not Jesus ft. Corey Taylor (SlipKnot, Stone Sour)




Seeman ft Nina Hagen




Helden ft. Till Lindemann (Rammstein)




Not Strong Enough ft. Brent Smith (Shinedown)

 



 
 
 
 
 
 
 
Repost 0
16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 18:44

Debout, sur une voie à sens unique, infinie,

Seule, désespérée, cible privilégiée du monde,

Tu cours, à en perdre haleine, tu sembles ne plus pouvoir t'arrêter,
Tout comme la proie des films d'horreurs, la blonde.

Tu cherches désespérément un échappatoire,

Tu cherches désespérément un monde illusoire.

Ta vie est en jeu, maintenant,

Le monde veut ta peau, veut boire ton sang.

 

Immobile, tapie dans l'ombre,

Subis les regards, les insultes, les gestes,

Pars te cacher sous les décombres

De ta mémoire. Les gens te fuient comme la peste.

 

Tu t'enfermes dans ton monde, recluse.

Tu cherches un nouveau Soleil, un astre,

Capable d'expier tes péchés macabres,
Un astre qui te trouvera des excuses.
Ton imagination, telle un couperet,
Te tombe sur la gorge, t'ôte la vie,

Tu perds pied, peu à peu, avec la réalité,
Tu détestes la foule, le peuple devient ta phobie.


Tu te replies sur toi-même, chétive gamine,

Ton monde illusoire s'unit avec la réalité,
Tout tourne, un axe invisible, tu tombes avec dureté

Sur du marbre. Sur ton marbre, cela finit.

Tu te relèves, fuis ce cimetière,
Où le même nom revient inlassablement.

Où le même nom revient comme un satanique refrain,
Où le même nom n'est que le tien, infiniment.

 

Ton monde s'évapore, ton sommeil ne finit plus,
Tu émerges, seule, perdue, au milieu d'une rue,

La populace te regarde avec mépris,

Tu l'insultes, la menaces. Et elle rit.

Le suicide reste le plus bel échappatoire,
Tu marches sur un pont, escalades. Attends ta chute.
Le vent semble t'inciter à choir, à perdre espoir.

Et d'un coup...chut...

Repost 0
15 mars 2013 5 15 /03 /mars /2013 17:12

Lundi 11 Mars

- Conversion d'un élu de l'extrême-droite hollandaise à l'islam. "STOPPEZ LES ROTATIVES PUTAIN STOPPEZ CES SALOPERIES DE ROTATIVES ! On va mettre son adresse en première page" : directeur de publication chez Minute.

- Des milliers de cadavres de porcs sur les berges du Huangpu (Shangaï). On le dit pas aux musulmans et on évite la crise sanitaire.

- François Hollande à Dijon. Un flan à la moutarde. Spécial.

- Le nouveau pape sera choisi par une nouvelle épreuve : la prière en 140 caractères. Adieu conclave de papy, bonjour papauté 2.0 !

- Nabila amerait savoir pourquoi on a retrouvé des cheveux dans les lasagnes Findus et pourquoi on ne nous dit pas avec quoi ils ont été lavés.

- Victorin Lurel compare Chavez à un dictateur. Et trouve que c'est dommage que Chaplin ait été élu Chancelier en 1933.

- Hier, un homme poignarde sa soeur en pleine rue dans le département de l'Isère. Le mec, il se prend pour Michael Myers. Mais il a 50 ans, il fait ça en plein mois de Mars... Un peu de cohérence, quoi. Si ça s'appelle Halloween, c'est pas pour rien.

Mardi 12 Mars

- Les cardinaux sont rentrés dans la Chapelle Sixtine. Les mecs, ils font des zombies-walk sur Rome, ils préviennent pas... 

- Sinon, il a neigé aujourd'hui. Genre beaucoup beaucoup. Et c'est tout.

- Cinq centimètres de neige, on est un pays d'assistés et les JT plantent leurs caméras partout. Par contre quand y'en a quinze sur l'Est, là, y'a rien. Juste un petit "il neige encore sur l'Est de la France".

- Pas de Pape ce soir. Non mais même si c'était le cas, ils auraient fait durer le truc une semaine au moins. Pour se faire servir au lieu de servir les autres.

- Valérie Pécresse critique la mauvaise gestion de l'arrivée de la neige par les communes gauchistes. On vient d'atteindre le point Godwin du "je dis de la merde pour montrer que je suis là et me faire fusiller par mon propre camp".

- Le réseau ferroviaire perturbé par les chutes de neige. Genre ils ont besoin de ça...

- Trois dauphins soldats en fuite en Ukraine. Non, ceci n'est pas une blague. Non je vous dis. Et là, on l'entend plus, la mère Bardot...

Mercredi 13 Mars

- Nabila à Sinead O'Connor : "T'es une fille t'as pas de shampoing, c'est comme si je te dis t'es une fille t'as pas de cheveux. Non mais allô quoi". 

- Le nouveau Pape a 76 ans. Si je peux conseiller les cardinaux, n'éteignez pas la cheminée trop vite, le conclave risque de revenir assez vite.

- Le nouveau Pape s'appelle François Ier. Je veux le Pape Louis XVI. Louis XVI sous Pape), oui.

- La mouette sur la cheminée du conclave. Celle-ci devient donc emblématique des télés qui ne savent pas quoi diffuser.

- La pochette de l'album de Saez encore refusée par la RATP. Bientôt, il aura sa propre catégorie "Pochette refusée par la RATP".

- 28 éléphants tués au Cameron. Brigitte ! BRIGITTE ! BRIGIIIIIIIITTE !

- Hollande veut réformer à coups d'ordonnance. Qu'il apprenne à écrire comme un médecin et on verra après.

Jeudi 14 Mars

- Nous avons un nouveau Pape. Jorge Mario Bergoglio. François (Ier) pour les intimes.

- Élection papale : la COCOE se constitue partie civile et déclare ne pas comprendre la rapidité de recomptage des voix et qu'elle traînera en justice le Vatican pour diffamation.

- Le cardinal Jean-François trouve injuste que ce soit François qu'il l'ait emporté.

- Des traces de porc retrouvé dans des spaghettis bolognaise. Dans la sauce ou dans les spaghettis ? Parce que ça change tout, là.

- Le Vénézuela aurait raté l'embaumement de Chavez. Ça valait le coup de se foutre de la gueule des maoïstes, tiens...

- 28% des ados sont séropositives en Afrique du Sud. Je conseille à Ribéry de faire un test de dépistage du SIDA... La Coupe du Monde en 2010, tout ça...

- David Guetta renonce à son concert à Marseille. S'il pouvait renoncer à TOUS ses concerts, ça serait cool. 

Vendredi 15 Mars

- Pour Manuel Valls, les roms qui vivent dans les camps "ne souhaitent pas s'intégrer". Parle-t-on de l'intégration des gens (oui, ces choses qui sont habillées en tongs, short, marcel Pastis et bob Jack Daniel's sont des gens)  qui vont dans les campings miteux chaque année et qui sont français ? Non. Posons-nous les vraies questions, Monsieur le Ministre.

- Deux ans de combats en Syrie. Une pensée à tous les gens qui meurent sous les bombes.

- Le PSG jouera contre le Barça. Autant dire qu'Ibrahimovic et Beckham, c'est du flan, quoi.

- Carla Bruni-Sarkozy compare Hollande à un pingouin dans son dernier album. Quand on a un mari aussi grand que Pingu, on évite de la ramener.

- La neige a fait perdre environ 85 millions d'euros à l'économie. Vous apprendriez tous à rouler quand il neige deux centimètres, on en serait pas là.

- L'UMP n'est pas favorable à envoyer des armes aux rebelles syriens. Y'aurait eu du pétrole, oui, peut-être. Mais là...

- Les primaires pour le choix du candidat UMP des municipales à Paris fait déjà désordre. A un moment, ils devraient vraiment tester la démocratie à l'UMP.

Repost 0
Published by Hannibal - dans Revue de Presse
commenter cet article
14 mars 2013 4 14 /03 /mars /2013 18:55

Encore une fois, la fac de lettres de Nancy s'est transformée en lieu de gueguerre entre fa' et antifa'. Ça fait un moment que les tags y sont, mais je n'y prête jamais attention, en fait. Allez savoir pourquoi aujourd'hui. En dehors de tout caractère politique, je trouve cela minable. Minable de dégrader des bâtiments qui sont là pour servir à d'autres et pas à des décérébrés qui se battent à coups de slogans minables et sans fond ("A mort l'État" pour les antifa, qui, la plupart du temps, ne veulent pas être confondus avec les punks, mais bon...). 

Il est vrai qu'il est légitime de combattre le fascisme (on a vu où ça a mené pour Mussolini, Hitler, Staline (qui n'était pas communiste), Pinochet). Mais pas comme ça. Pas à coup de croix gammée barrée dessinée sur le parvis de la fac. C'est complètement con comme méthode. Pour ça, je trouve les antifa complètement crétins. Utiliser les mêmes méthodes que les "ultras" (parce que, eux, ne semblent pas se considérer comme tels, c'est étrange), ça ne les dérange pas. Ils trouveraient même ça plutôt légitime vu comment les tags anti-fa fleurissent sur les murs d'entrée de la fac. Le principal problème de déontologie est là. Dans une action légitime, utiliser les armes de l'ennemi, c'est bien vu quand on est du côté des gentils (des puissants ou des majoritaires). Qu'auraient dit les pays de l'OTAN si le Vietnam avait utilisé du napalm contre les troupes des États-Unis dans les années 70 ? Ça aurait sûrement été très très mal vu, on aurait "condamné" cet acte (taper du poing sur le bureau et froncer les sourcils, efficace). Donc on laisse faire les gentils, qui se battent pour la démocratie et l'égalité, même si les méthodes utilisées sont plus que limites.

Beaucoup de gens font un amalgame (assez sordide mais compréhensif, je dois dire) entre l'antifascisme et la bien-pensance. Parce que, par ces procédés malsains, les antifa' rejettent au lieu d'essayer de comprendre (ouais, je sais, c'est limite). Mais y'a certainement un petit coeur qui bat derrière ce blouson de cuir, ce doberman, ces godasses de sécu à lames de rasoir, ce jean délavé (vous voyez, ce ne sont pas des punks, eux non plus). Parce que, comme l'extrême-droite et l'extrême-gauche en politique, ces deux mouvement reprennent les mêmes idées pour les étirer sur les extrémités de l'échiquier politico-social. Au final, ils défendent certains points de vue, de manière totalement radicale. Et sincèrement, quand on voit les antifa' débouler, on aurait tendance à les prendre des fa'. 

Si je peux me permettre, je vais taper sur l'antifascisme (parce qu'on tape trop sur le fascisme, pas assez sur les autres rigolos encapuchonnés). Soyons lucides un instant. Qualifier de "légitime" le combat des antifa' me fait légèrement rire. Qu'y a-t-il de légitime dans le fait de défendre une doctrine, quand on sait qu'elle n'existerait pas si son pendant radical n'était pas là pour lui renvoyer la balle ? C'est pareil en politique. Que serait Marine Le Pen sans Jean-Luc Mélenchon (et vice-versa) ? Rien, ils ne seraient rien. Parce qu'il faut qu'il y ait friction pour que jaillissent des idées. Il faut qu'il y ait contact pour que le courant s'établisse. L'antifascisme, c'est comme l'anticapitalisme : un truc que tout le monde soutient, parce que son opposé, c'est le mal. Comme dans le morceau de Mass Hysteria, "L'anticapitalisme est une idée vide : à moins de ne vivre que du troc, enfin, soyons lucides" (et pourtant, c'est un groupe (plutôt) de gauche). Et c'est vrai. Il n'y a pas, pour l'instant, une doctrine économico-politique potable qui ait été proposé depuis le XVIe siècle (oui, première apparition du capitalisme dans ce siècle, avec la création des premières places boursières). Je déplore cela (tout en sachant que je fais intégralement partie de ce système et que le moindre changement mettrait à mal mon être tout entier), le fait que personne ne soit capable de se lever contre les grandes dominations du fric et de l'austérité. Pour en revenir au fascisme et à son pendant gauchiste, arrêtez de vous battre comme ça, vous ne servez à rien, juste à faire tâche dans le paysage français. Si votre seul argument de vente est "Moi, je suis capable de casser la gueule d'en face, viens avec nous on te protégera", c'est limite, hein, vous convenez ?

 

Repost 0
Published by Hannibal - dans Réflexion
commenter cet article
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 21:02

Début du conclave pour désigner le prochain Pape. A la "suprise" générale, la fumée est sortie noire en ce premier jour de délibérations. Rien d'étonnant. Nourris et logés, je vois pas pourquoi ils ne feraient pas durer le plaisir. Un jour. C'est rien. Même pas le temps de se poser et de faire deux trois vannes sur le ridicule des pédophiles belges (enfin je dis ça, j'en sais rien, mais ils ont pas le temps de se connaître, quoi). Alors trouver bizarre que le premier jour de conclave ne donne rien, c'est lolilol. C'est comme s'étonner qu'il neige en hiver. OHÉ LES GENS ! On est encore en hiver là ! Jusqu'au 21 !

Non mais sérieux, quoi. Les gens qui trouvent bizarre qu'il neige en Mars. Non mais allô quoi. C'est comme si je te dis "T'es une fille t'as des nibards, quoi". C'est comme Valérie Pécresse qui couine que les communes gôchiss ne font rien pour aider les transports en commun. Bah écoute... Comment te dire que c'est pas les communes qui choisissent, mais le CG et, a fortiori, les compagnies de bus (parce que la vie de personnes est entre leurs main, quoi). Donc la soit-disant "faute de gestion de la gauche" n'en est pas une. C'est bel et bien de l'ennui politique. Madame Pécresse, vous êtes le maillon faible. Au revoir. Mais vous êtes loin derrière Nadine Morano et Christine Boutin. Encore un effort.

Repost 0
Published by Hannibal
commenter cet article
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 18:24

tumblr_miak59zKym1qidk4eo1_500.jpg


Je suis dans l'incapacité de dire ce qui m'a donné envie d'acheter cet album. Un coup de folie, sûrement. Peut-être aussi parce que j'étais en plein dans ma période Black Sabbath. Et que je voulais voir ce qu'Ozzy en solo, ça donnait.

Et bam! la déception. Pourquoi ? Parce que c'est de la soupe. Une espèce de soupe sirupeuse sans nom qui colle de partout. Rien à voir avec le Sabbath. Malgré deux trois morceaux pas trop mal (Crazy Train, Suicide Solution ou Mr Crowley), cet album se ramasse complètement. Le Prince des Ténèbres vire en princesse gothique glam et se sert de Randy Rhoads (grand guitariste au demeurant), jeune guitariste avec Flying V custom avec des pois blancs sur fond noir pour vendre son premier album solo.

Il est évident qu'il ne faut pas laisser Ozzy composer ou écrire des chansons, vu la piètre qualité des paroles (Mother Earth, You Looking at Me...).

Repost 0
Published by Hannibal - dans Chroniques
commenter cet article
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 20:08








































Repost 0

Présentation

  • : My Way of Thinking
  • My Way of Thinking
  • : Vous vous rendez compte de ce qu'il se passe dehors ? Non mais allô quoi.
  • Contact