Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 21:15

Le National Geographic propose de vous faire gagner un abri anti-atomique. Je veux bien. Mais déjà, faut répondre à des questions de culture générale sur la façon de préparer et d'aborder une attaque nucléaire, naturelle ou X truc un peu apocalyptique (même un concert de black metal post indus grungecore norvégien. C'est dire de la puissance de protection de ce bordel). Mais surtout, c'est que c'est hyper pratique. C'est le seul endroit assez bien pensé pour pouvoir faire rentrer six personnes dans huit mètres carrés. Si c'est pas classe, ça. Vous vous marchez dessus toute la journée, vous passez le temps à vous prendre la tête pour rien, et le premier qui dit "J'vais me calmer dehors", ben il a perdu, quoi.

Par contre, j'aimerais savoir ce que ça fait de se dire qu'on sera peut-être coincé avec des gens qu'on supporte pas. Bah oui, réflechissez. Si toute votre famille claque, que cinq autres personnes survivent, vous allez pas faire le connard ? Si ? Bande de putes. Bon, vous êtes un peu altruiste et vous décidez de faire une place à ces gens que vous connaissez vaguement. Le connard qui vous crache dessus tous les matins prétextant des glaires trop intenses, la vieille blonde péripatéticienne qui fait le pied (mais pas que) devant votre immeuble, la grand-mère du septième étage (vous vous demandez comment elle a réussi à survivre, elle) et son roquet à la con auquel vous foutriez bien des coups de latte (NB : ce chien ne compte pas comme une personne, même si ça propriétaire prétend le contraire. Mais pour notre exemple, c'est mieux que ce soit un banal chien à la con), le jeune cadre dynamique qui cherche l'amour, la jeune fille blonde, vierge et trop romantique sur les bords qui est arrivée pourchassée par une meute de chiens enragés que le jeune cadre dynamique a fait fuir, vous savez pas trop comment, et vous n'en avez rien à foutre.

Première heure : tout le monde est en état de choc, personne ne bouge, ni ne parle.
Deuxième heure : la vieille blonde veut fumer une clope. Vous lui dites que non, c'est impossible. En effet, vingt-cinq centimètres de béton armé, ça laisse pas respirer, quoi.
Deuxième heure et trente minutes : la péripatéticienne décide de sortir fumer sa clope. Elle tambourinera cinq minutes plus tard pour rentrer. Vous ne lui ouvrirez pas. Elle l'a cherché. Et en plus, elle puait la vieille vinasse.
Quatrième heure : le chien veut aller faire ses besoins. Vous maudissez décidément la vieille de s'en être sortie. Déjà au départ, vous pouviez pas la blairer, mais là, c'est le summum. 
Quatrième heure et deux minutes : vous ne supportez plus d'entendre le chien couiner et gratter à la porte. Vous entrouvrez donc cette dernière, assez pour faire sortir le chien, mais trop peu pour que la blondasse puisse y passer un bras. Le chien ne rentrera pas, vous aviez prévenu la vieillle dame. Qui demande elle aussi à sortir. Vous la laissez sortir. Elle ne rentra plus. Et elle se fera bouffer par les loups. 
Sixième heure : le connard glaireux fait un arrêt cardiaque parce que c'est pas assez ventilé et qu'il est claustrophobe. Vous avez gagné, vous l'avez eu. 
Dixième heure : vous regardez depuis quatre heures le jeune cadre dynamique et la jeune nymphe batifoler comme si de rien n'était. Quand les galloches deviennent trop profondes, vous leur demandez si vous ne les dérangez pas. Ils vous demandent de les laisser seuls. C'est votre abri anti-atomique, vous protestez. Ils déguerpissent. Vous les entendez forniquer, puis hurler. Les loups, sûrement. Enfin seul !
Deuxième jour : le cadavre du gros commence à puer. Vous songez à vous en débarasser. 
Troisième jour : ça devient insupportable, vous le traînez jusqu'à la sortie et le balancez... pour vous apercevoir que dehors, tout le monde va bien. 

Ceci est un récit de fiction quant à une probable fin du monde. Toute ressemblance avec la réalité serait complètement con, je vous l'accorde. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Hannibal
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : My Way of Thinking
  • My Way of Thinking
  • : Vous vous rendez compte de ce qu'il se passe dehors ? Non mais allô quoi.
  • Contact