Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 20:38

François Hollande nous assure que la guerre au Mali ne va pas durer. Oui. Certes. Donc pourquoi vouloir envoyer 2500 soldats dans une guerre qui sensée être courte ? Je me pose la question. La situation finira-t-elle à ressembler à celle de l'Afghanistan, où, au bout de onze années de guerre et 88 morts plus tard, on s'est dit qu'il serait peut-être bien de rappeler les troupes et de laisser seulement une poignée de soldats pour commencer à former l'armée afghane. Peut-être que je me trompe, je n'en sais rien. J'espère. 

Pourquoi je compare ces deux guerres ? Pour une raison simple. Peut-être qu'elle l'est trop, mais c'est ce qu'ils clament à longueur de journée, alors bon, écoutons les puissants. Selon eux, c'est une guerre contre le terrorisme qui se joue en ce moment au Mali. Moi, je veux bien. Mais quand une poignée d'intégristes se disperse quand on envoie une armée, peut-on vraiment parler de terroristes ? Un terroriste n'est-il pas sensé aller jusqu'au bout de son action ? Sinon, c'est trop facile. Attaquer des populations sans défense et ensuite faire la poule quand l'armée Française arrive... En Afghanistan, c'était pareil. On nous a dit que c'était une guerre anti-terroriste. On peut considérer ça fondé et juste, mais le sceptique que je suis ne crois pas seulement à une mission humanitaire pour délivrer un pays. Des fois je me demande s'il n'y a pas eu des enjeux pétroliers. Mais ceci reste à prouver. Au Mali, on vient nous dire la même chose. Que c'est contre le terrorisme, bref, des belles choses qui sont bien pour la confiance et pour le moral, mais qui, en langue de bois, cachent la vérité qui est autrement plus économique. Ici, il paraît que c'est pour de l'uranium extrait au Niger (article du NPA) que la France vient se battre. Parce qu'il faut dire ce qui est, la démocratie, en France, quand c'est chez nous, ça va, quand c'est chez les autres, il faut un intérêt économique. 

Un exemple ? Le Printemps Arabe, chose vantée par toutes les démocraties, loué par les chefs d'Etat et les peuples occidentaux. C'est bien beau. Sauf que ce Printemps Arabe (qui aura deux ans au mois d'Avril), à part ceux Tunisien, Lybien, Syrien et Egyptien, on n'a pas eu beaucoup d'exemples de révolutions qui ont échoué (notamment au Bahreïn). Que les médias fassent un choix sur ce qui sera vendeur, passe encore, c'est leur boulot. Que nos gouvernements démocratiques fassent un choix dans les populations à aller défendre, là, je comprends un tout petit peu moins. Vous allez dire que je vois du complot partout. Peut-être. Mais la Libye reste le seul pays où une coalition internationale est intervenue. Beaucoup pensent que c'est pour avoir la main sur des réserves de pétrole. Et je le pense aussi. D'autres disent que s'il n'y a aucune intervention en Syrie, c'est pour éviter de faire éclater la poudrière arabique. C'est sûr qu'il y a l'Iran pas loin, mais est-ce un argument valable pour laisser une population se faire massacrer par son dictateur ? Non, je ne pense pas.

Alors on va arrêter la fausse grandeur d'âme, la fausse magnanimité et on va jouer cartes sur table. Que dirait la droite si l'on apprenait que François Hollande avait décidé de faire la guerre au Mali pour de l'uranium ? Qu'aurait dit Jean-François Copé ? 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : My Way of Thinking
  • My Way of Thinking
  • : Vous vous rendez compte de ce qu'il se passe dehors ? Non mais allô quoi.
  • Contact