Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 16:54

Linkin-Park-Living-Things-2012.jpg

L'ennui m'y a poussé, la platitude spectaculaire de l'info aujourd'hui me l'a confirmé... Vous allez avoir droit à une chronique Linkin Park. 

Alors, soyons simples et précis. Cet album fera grincer des dents les gens qui ont connu les "LP" à leur heure de gloire, c'est à dire 2003, avec Meteora. Le duo de chanteurs qui fonctionnait plutôt bien se retrouve maintenant avec une nette domination d'un phrasé rap sur la plupart des titres. Un truc assez dénaturé, assez dénaturant, donc. La voix claire est tout simplement tangeante, peut-être une des facettes les plus appréciables de l'album, comme sur In My Remains ou sur Road Untraveled, où, malheureusement, le beat de batterie vient gâcher la (relative) beauté du morceau, où les carillons servent d'assise rythmique à un chant clair et à une guitare un peu rock. Le sample d'intro de Lies Greed Misery pourrait passer pour potable. Mais l'ambiance "surf rock 2010's" qui manque tellement sur le dernier Offspring (dans le genre, pas la réalisation, bien sûr). Et je ne vois pas non plus l'intérêt de sampler, voire d'auto-tuner une voix scream (qui aurait même tendance à se rapprocher d'un chant à la Zack de la Rocha, au niveau du phrasé) pour la rendre écoutable au plus grand nombre (par ça, j'entends les ados de quatorze ans qui se la pètent parce qu'ils écoutent des chansons-avec-des-guitares-saturées-et-des-voix-violentes). 

Un album beaucoup trop tourné vers l'hybride rap/metal. Certains diront rapcore, mais je dis non. Tout ce qui contient "core" se doit d'être vraiment bourrin, se doit de claquer des tympans à chaque secondes. Ici, ce n'est pas le cas. Castle of Glass, sans doute un des morceaux les plus écoutables de ce disque. Le sample (je ne vois pas quel mot utiliser d'autres, tellement ça y ressemble, même si j'ai des doutes) d'intro est passable, mais le chant envoie cette chanson dans une autre dimension. Un truc plus proche de ma sensibilité, déjà, pas bourrin, jusque ce qu'il faut de voix (pas trop aiguë, ni trop violente), un beat de batterie pas trop trop laid. Et pas de rap de MC Shinoda, et ça, ça fait bien plaisir. Le court morceau Victimized peut être considéré comme un morceau pouvant se finir en "-core" (et vous noterez le jeu de mots avec le titre le plus célèbre des LP, Numb/Encore, en duo avec Jay-Z. Et là, c'est mon côté ado qui vous parle, ce morceau est juste une putain de tuerie, du Linkin Park grand cru. Quand Chester Bennington était encore un blond à lunettes et pouvait envoyer des decibels avec sa voix sans retouches informatiques. Et que Mike Shinoda savait faire autre chose que du sample et du chant MC). Until it Breaks est juste horrible, inécoutable et électronique à mort. ET CETTE VOIX AUTO-TUNEE. Une simple horreur. Y'a mêmes des passages où on se croirait à la messe tellement le passage est trop calme et la voix trop lointaine.

Peut-être que Linkin Park est en fait un groupe condamné à faire de la musique pour ado qui n'attende que de les voir en concert avant de passer leurs quinze ou seize ans. Ca fait bizarre de réécouter le Numb, et de se remémorer les années collège, celles qui m'ont construites. Il manque quelque chose dans ce nouvel album. Une insouciance, peut-être. Ou encore le fait de parler de sujets qui leur tiennent à coeur et pas chanter des textes qui font bouger le plus grand nombre. C'est ça qui est, je trouve, dommage. Ne plus faire ce qu'on aime, se tourner vers un truc qui fait vendre, s'assurer une reconnaissance et tout ce qui va avec. 

Un album trop conventionnel pour un style de musique presque mort comme le Nu-Metal. Au lieu de vouloir faire renaître le vrai Nu (KoRn, SlipKnot,...), j'ai juste l'impression qu'ils ont cherché quelque chose à faire de leur reconnaissance mondiale. Un beau ratage, un gâchis magnifique. 3/10 pour cet album. Deux pour ce qu'ils ont fait par le passé et aussi parce que ça m'a permis de regarder encore une fois dans le rétro, surement une des dernières. Et un pour le morceau Castle of Glass. L'album ne vaut pas grand chose. Juste bon à écumer les boîtes. Même pas le live.


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Hannibal - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : My Way of Thinking
  • My Way of Thinking
  • : Vous vous rendez compte de ce qu'il se passe dehors ? Non mais allô quoi.
  • Contact