Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 10:43

DETROIT---horizons.jpg


Le nouveau projet de Bertrand Cantat avait fait du bruit. Beaucoup de bruit. Trop, de mon point de vue. Pourquoi ne pas laisser le musicien refaire sa vie si on ne veut pas que l'Homme continue à vivre ? Même lui a fait une tentative de suicide, c'est vous dire que vous n'êtes pas les seuls à penser qu'il a fait quelque chose d'horrible. J'aime Bertrand Cantat. J'aime l'émotion qui passe à travers sa voix, à travers ses mots. J'aime la carrière de Noir Désir, surtout vers la fin. Quand le sentiment d'humanité a pris le pas sur le sentiment de révolte. Des Visages, Des Figures était le parfait exemple d'accomplissement pour le groupe. Une symbiose texte-voix-musique. Cette symbiose qu'on avait retrouvé, le temps d'un morceau, en 2010, avec Gagnants-Perdants. Avant la séparation complète du groupe. 

Je ne comprends pas les gens qui viennent cracher leur haine au visage de Bertrand. Qu'on ait de la rancoeur, je peux comprendre, lui aussi en a. Il ne se cache pas. La rancoeur est une chose. La haine en est une autre. Seule la coère de la famille Trintignant est justifiée. Vous, vous n'avez pas le droit de demander justice. Vous seriez les premiers à réclamer le droit de refaire votre vie si une telle tragédie vous arrivait. Alors arrêtez de cracher votre haine, laissez-le vivre.

Au niveau du contenu de l'album, on retrouve clairement la Muse de Noir Désir. Comme dans ce morceau, Le Creux de Ta Main, où le son des guitares est semblale au son de ce qui était utilisé dans Noir Désir. La ligne de basse du morceau est bétonnée au possible, tellement puissante qu'on se croirait revenu en 2001. Voire avant. Pascal Humbert a cela de magique, dans cet album, c'est qu'il arrive à puiser dans les racines de Noir Désir pour en retirer une inspiration qui colle (évidemment) à l'univers de Cantat. Cette inspiration que l'on retrouve aussi dans Null and Void. Cela dit, parler de ce qui est semblable à Noir Désir serait un peu facile. Trop, même. J'aimerais vous parler de ce qui est différent.

Comme je l'ai dit plus haut, on retrouve un Bertrand Cantat qui, cinq ans après sa sortie de prison, a réussi à refaire sa vie. Cependant, la prison est passé par là. Pour moi, on redécouvre un homme qui n'a plus peur de se montrer tel qu'il est, avec ses forces et ses faiblesses (pour le coup, on a plus le droit aux faiblesses qu'aux forces). Les atmosphères sont plus puissantes, plus aériennes, comme dans Glimmer in Your Eyes. Une utilisation plus massive de l'anglais, aussi. Pour exprimer plus, je pense. Il existe plus de musicalité dans la langue anglaise pour exprimer ses sentiments. Cela dit, il se débrouille très bien en français pour cela aussi, comme dans Ange de Désolation, qui, dans l'ambiance, dans le texte, fait penser à du Saez. C'est certainement ça qui fait la force de Bertrand Cantat : sa capacité à passer, avec une aisance folle, du français à l'anglais, sans pour autant perdre une once de sa musicalité et des sentiments transportés. Pour la chanson badante de cet album, la plus triste (parce qu'elle est en français ET en acoustique, vous la trouvez ici)

Au final, un album peut-être trop conventionnel pour ce qu'on peut attendre de l'ex-leader de Noir Désir qui nous avait habitué à des morceaux passés mythiques. Je ne dis pas que cet album est mauvais, bien au contraire. Juste un poil conventionnel. En espérant que d'autres viennent pour voir si la tendance est la même.

Partager cet article

Repost 0
Published by Hannibal - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : My Way of Thinking
  • My Way of Thinking
  • : Vous vous rendez compte de ce qu'il se passe dehors ? Non mais allô quoi.
  • Contact