Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 19:01

C'est en regardant le film Elephant de Gus Van Sant (que j'avais déjà vu, ceci dit), que je me suis mis à comprendre un peu mieux le mécanisme de ce film. La première fois, il m'a paru vraiment, mais vraiment long et soporifique. Finalement, j'ai percuté. Et ce film est juste... bouleversant. Pourquoi ?

Parce que déjà, la manière de filmer de Van Sant, qui est très très personnelle (en effet, vous n'entendrez jamais dire une personne dans un ciné : "Ce mec filme comme Gus Van Sant, c'est fou"), qui joue sur pleins de sous-entendus. Sa manière aussi d'alterner les plans, de voir l'histoire d'un personnage puis de le revoir, plus tard, croisant le chemin d'un autre personnage. Quand on comprend les mécanismes de la réalisation, cela va tout de suite mieux.

Ensuite, ce film, au-delà d'une réalisation géniale va plus loin. Le génie de ce film tient plus à la banalité du quotidien qu'à la présentation de la fusillade. Parce que c'est bien ça, le point d'orgue du film : montrer comment une fusillade bouleverse. Pas seulement des vies, mais aussi le quotidien des gens. Dans Elephant, un univers entier s'effondre. D'ailleurs, la phrase des deux tireurs "Vas-t-en, ne reviens pas" est assez évocatrice. Une sentence du type "ce que tu as connu est mort, essaye de te faire à l'idée que tes amis, tu ne les reverras qu'une fois. En costume noir dans une Eglise". C'est cette dimension qui m'a frappé au visage, hier. Une fissure dans l'espace-temps, qui ne se refermera pas. 

Avec toutes ces polémiques sur les armes aux Etats-Unis et la dernière fusillade en date d'aujourd'hui, il me semblait important de dire ce que je pense vraiment de cela. L'épisode des Simpson que je regardais à midi y faisait tristement écho. Le port d'armes légal aux Etats-Unis est protégé par la constitution. Là, est, pour moi, le problème. Cela donne un énorme avantage à la NRA (National Rifle Association, Association Nationale des Armes) qui vend toujours autant (voire plus) de fusils, de flingues, d'armes de poing, depuis la fusillade de Newton, en Décembre dernier. Il serait urgent, pour la première démocratie du monde, de faire en sorte que tous ces citoyens soient égaux, qu'il n'y ait plus de violences. Mais les gouvernements successifs savent (je ne fais pas là l'apologie d'une quelconque théorie du complot) et sauront toujours que le lobby des armuriers est tellement puissant qu'ils ne pourront rien faire (sauf augmenter les taxes pour récupérer un peu de feraille). Alors on continuera à écraser une petite larmichette devant les caméras du monde entier, pour montrer qu'on est quand même triste que notre lobby (et notre gouvernement) autorise de telles atrocités, et que, le soir, avant de s'endormir, on recharge sa carabine parce qu' "on sait jamais".

Partager cet article

Repost 0
Published by Hannibal - dans Réflexion
commenter cet article

commentaires

Sékateur 12/01/2013 20:04

Dans le pays le plus libéral du monde, comment pourrait-on s'opposer au mécanisme du marché offre/demande ? Si la population veut des armes, qu'on lui en fabrique ! Ok, la NRA est très puissante,
mais elle l'est car la population, dans sa large majorité, veut s'armer...

Hannibal 12/01/2013 21:20



Le problème n'est pas tant de vendre des armes (je pense que les gouvernements américains ont oublié l'idée depuis longtemps), le problème est qu'il s'en vend trop, que rien n'est fait pour parer
aux différentes fusillades qui peuvent avoir lieues. C'est triste.



Présentation

  • : My Way of Thinking
  • My Way of Thinking
  • : Vous vous rendez compte de ce qu'il se passe dehors ? Non mais allô quoi.
  • Contact