Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 18:12

DGB.jpg

Un nouvel album d'Offspring est toujours un mini-séisme dans le monde du punk-rock pas (trop) commercial et un peu couillu. Pourquoi ? Peut-être le charisme du groupe, ce qu'il dégage dans chacun de ses albums. Je ne suis pas un gros fan d'Offspring, je le dis sincèrement. La preuve en est que mon album préféré est leur Greatest Hits (2005). Depuis bientôt trente ans (le groupe s'est formé en 1984), ils nous servent le même punk-rock efficace mais, malheureusement, assez répétitif. Par exemple, sur cet album, Secrets From the Underground, qui sonne comme l'hymne Can't Repeat (au niveau du riff principal, du pré-refrain, du refrain, notamment). Le premier morceau, The Future is Now, reste quand même efficace, qui sonne punk-rock couillu et relativement bon. Pourquoi ? Je n'en sais trop rien. Peut-être qu'il me rapelle ce fameux best-of et mes années collège. Allez savoir.

La chanson-titre, Days Go By, sonne comme du surf-rock dépassé par la vague géante de son passé, morceau qui sonne comme Gone Away (encore que ce titre était plus puissant, plus abrasif, comme le reste des premiers morceaux d'Offspring), surtout au niveau du riff principal, parce que, au niveau du chant, Dexter Holland a perdu de sa superbe. Un chant plus mou, moins ferme, moins percutant. 

Le punk-rock est efficace chez eux, sans être vraiment convainquant. Pas de quoi décoller le tympan d'un sourd, ils ont clairement fait mieux, et je doute qu'ils ne refassent mieux que sur Americana. Peut-être aussi parce que la mode du punk-rock s'est pris une sacrée gifle dans la tête, et que, si on n'a pas gardé son âme de lycéen (voire de collégien, plutôt), on a eu tendance à murir musicalement parlant et de se tourner vers des groupes plus trashs, plus directs (je pense notamment aux Foo Fighters, mais ceci n'est que mon humble avis).

Un album assez offspringien, donc. Pas de grandes révolutions, pas de grands changements de style, pas de minime remaniement de compos. Toujours les mêmes trois accords de gratte, la batterie "punk-rockesque" au possible (avec des changements de tempo, genre de 150 bpm, on passe à 100), avec des subtilités, quand même, mais rien de bien innovant pour un genre de musique qui se pose clairement sur son batteur et sa capacité de frappe et de créativité (je pense notamment à Travis Barker). 

Je ne pensais qu'un groupe de punk puisse salir autant un "Hey Ho, Let's Go" comme ils le font en essayant de le sampler sur Cruising California. Clairement LE morceau à jeter sur cet album. Intro R'n'B, un mauvais rap de Dexter Holland sur ce même sample qui tourne en boucle, les choeurs à la Black Eyed Peas. Le refrain passe mieux, avec une rupture et un retour sur le punk-rock (qui ne dure malheureusement pas assez longtemps). La voix auto-tunée du refrain, est par contre, vraiment horrible. Le beat "fausse double pédale" de rupture n'est pas fait et n'est plus à faire tellement il est horrible. Clairement le gros moins sur l'album.

Un album moyen, donc, à qui j'accorde un petit 6/10. Un album un peu surfait, un groupe qui ne semble pas se remettre en question et semble attendre la fin avec la même vieille recette (qui marche, d'accord, mais bon). Quelques chansons bonnes à garder, comme The Future is Now ou Dividing by Zero, qui apportent une certaine vitalité à l'album, mais sans grande conviction. Un album pour les fans de la première heure, et ceux qui apprécient le punk-rock dans sa forme brute. Je prends aussi en compte l'effort fait sur la pochette. Plus classe que leurs dessins de comics U.S des 90's.

Partager cet article

Repost 0
Published by Hannibal - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : My Way of Thinking
  • My Way of Thinking
  • : Vous vous rendez compte de ce qu'il se passe dehors ? Non mais allô quoi.
  • Contact