Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2012 7 03 /06 /juin /2012 15:10

J'aimerais, avant que vous ne commenciez à lire cet article, vous dire que je l'ai tourné à l'humour noir, au cynisme. Mon but n'est pas d'offenser ni de choquer, seulement de critiquer un sujet qui me paraît grave de manière plutôt légère. Mon but n'est pas d'offenser les communautés citées, bien au contraire, elles ont mon plus grand respect.


"Le petit Adolph Hitler est attendu à la caisse centrale par ses parents. Je répète, le petit Adolph Hitler". Admettez que ce genre de phrase à le don de mettre mal à l'aise, quand même. Et pourtant, ça a dû arriver, puisque, aux Etats-Unis, des parents viennent de se voir retirer la garde de leurs enfants (tous aux prénoms à consonnance nazie très fleuris, évidemment). Les prénoms des autres enfants ? Facile. JoyceLynn Arian Nation, Honszlynn Himmler Jeanne et Hons (un peu faiblard, je trouve, par rapport aux autres...). 

Avoir un père nazi, ça peut arriver à tout le monde, mais ça la fout mal, si je peux me permettre. En effet. Quel enfant de six ans aurait envie d'aller à une sombre séance d'embrigadement au fin fond d'une cave au lieu d'aller jouer avec ses petits camarades qui pourraient être juifs, homosexuels, tziganes... (oui, j'aime le mauvais goût, c'est flagrant, non ?) Quel père peut être assez cruel pour empêcher son enfant de jouer, sous surveillance, avec un briquet dans la douche (pour vraiment éviter tous les risques) ? Quel père peut dire à son gamin "Mais non, le feu, c'est purificateur. Oui, ça fait un peu mal, au début, si t'es pas tout à fait mort, mais bon..."  sans passer pour un bourreau ? Quel père peut dire, sans avoir un petit tremolo dans la voix "L'abat-jour ? Oui, c'est grand-mère. Non, non... C'est... heu... grand-mère qui l'a fait. Oui, un cadeau de famille. Oui, tu pourras le récupérer, ça sera ton héritage, mais le dit à personne, surtout". 

Je n'aimerais pas être à la place de la femme de cet homme (déjà, j'ai pas envie de me travestir). J'aimerais pas avoir un mec qui vérifie tout le temps si le gaz est coupé (oui, elle revient souvent, je sais), j'aimerais pas qu'il vienne me dire "Chérie, j'ai envie de me lancer dans la boulangerie, faudra passer à la banque, voir à combien revient le prêt pour le four !" ou alors, qu'il désire carrément bosser au crématorium et rigoler comme un sadique en faisant descendre les cercueils dans le four. 

Le malaise est plus grand encore quand on sait que le père, qui s'est vu retirer la garde de ses enfants, a appris au petit Adolf, quand il était agé de trois ans, à tuer des gens. Soit les enfants sont de plus en plus précoces, soit les parents sont de plus en plus cons, dans certains cas. Là, personnellement, je penche plutôt vers la deuxième explication, étant donné que le père se revendique nazi sans en avoir honte.

Articles sources du Huffington Post et de TF1.fr  

Je vais me répéter, mais je préfère le dire deux fois, ceci est de l'humour noir, je ne pense pas un mot de ce qui est dit. Pour citer ma prof de Français de première, l'antiphrase ironique, c'est "dire le contraire de ce que l'on pense, tout en faisant comprendre que l'on pense le contraire de ce que l'on dit". 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : My Way of Thinking
  • My Way of Thinking
  • : Vous vous rendez compte de ce qu'il se passe dehors ? Non mais allô quoi.
  • Contact