Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 16:00

Aujourd'hui, pour écrire mon article quotidien, j'ai le choix entre plusieurs articles du Monde.fr (une de mes sources principales, on va dire). Le choix entre Alain Minc et sa bipolarité politique, la restriction du droit de manifestation au Québec ou le cannibalisme avéré en Corée du Nord ou alors encore mieux, sur le site du Nouvel Obs, cet article sur un enfant de quatre ans ayant pris 70 contraventions et 23.000 euros d'amende. Du joli boulot, en somme. 

Je pourrai faire un mixage de toutes ces brèves, ce qui donnerait, grosso modo, Alain Minc, bipolaire politique, "visiteur du soir" de Nicolas Sarkozy, qui veut restreindre le droit de manifestation au Québec, aurait été mis en examen pour fraude, ayant déclaré son fils comme titulaire d'une carte grise. Les autorités sud-coréeenne aurait découvert, en plus, qu'il était responsable d'actes de cannibalisme.

Bon, c'est pas spécialement viable, comme propos, je vous le concède. Mais, les propos de la presse sont-ils toujours viables ? Ne peut-on pas décemment penser que les codes de la presse sensationnaliste d'aujourd'hui seraient capables de ressortir ce genre de sujets ? Si des citoyens sont capables de berner les grands médias à coup de série télé pour illustrer le crash du Rio-Paris, je suis désolé, on peut décemment considérer que ce genre de brève peut être écrite par n'importe qui. 

Et sincèrement, Alain Minc, l'homme de l'ombre, le "nègre" de Nicolas Sarkozy, personne ne le connaît, c'est bien d'ailleurs pour ça que je me permets d'utiliser le mot "nègre". Oui, mesdames, mesdemoiselles, messieurs, le mot "nègre", dans son sens littéraire, permet de parler d'une personne qui écrit des oeuvres à la place d'un artiste véritable, du genre Victor Hugo, William Shakespeare ou Patrick Poivre d'Arvor (même si, dans son cas, c'est plus du plagiat, mais bon, je ne m'attarderai pas là-dessus, le sujet ayant déjà fait polémique).

La Corée du Nord. Havre de beauté et de paix, où les gens pleurent quand ils voient un portrait de Kim-Jong Il, vénérable démocrate qu'il était, où on envoie des fusées dans l'espace sans avoir peur des représailles, ou la nourriture ne manque pas. Oui, en Corée du Nord, la nourriture ne manque pas (ou ne manque plus) : en effet, on finit par devenir cannibales. Le cannibalisme, à écouter les gens, c'est un vieux truc de peuples amerindiens ou d'aborigènes australiens. Mais non. C'est redevenu vachement moderne, en fait. Voilà, on a trouvé un moyen de réguler la famine dans le monde. Bon, les Lofofora avaient déjà lancé le truc en affirmant "Maintenant je bois du cul, BUVEZ DU CUL", mais bon, c'est autre chose, là. Un retour vers le folklorisme, vers les racines de l'Humanité, quand les gens n'avaient pas la décence (et pas le temps) de faire cuire un mammouth pour le dîner (après, ouais, par glissement de sens, le mammouth est devenu un centre commercial. En gros, cet animal a toujours fourni de la bouffe, peu importe l'époque, quoi), qu'ils ne pouvaient pas ouvrir une boîte de raviolis quand ils avaient la flemme de faire un feu. Dans ces cas-là, il suffisait de croquer un morceau de son voisin et le tour était joué. Pourquoi se donner tant de mal à cuisiner alors qu'avec le gras de certaines personnes (notamment aux Etats-Unis), on pourrait huiler des poêles de cinq mètres de circonférence ? Pourquoi chercher compliqué (de la cuisine cinq étoiles, à deux cent euros la tartiflette à la truffe et aux herbes de provence) quand on peut faire archi-simple (un morceau de Nadine et le tour est joué) ? Le problème ? Il faut que les gens soient comestibles, déjà. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : My Way of Thinking
  • My Way of Thinking
  • : Vous vous rendez compte de ce qu'il se passe dehors ? Non mais allô quoi.
  • Contact